El Puesto - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > El Puesto

El Puesto

France, Belgique - 2011 - 1h14
sorti en France le 29 août 2012
documentaire - version originale sous-titrée en français
de

Aurélien Levêque

scénario : Colin Lévêque
séances : semaine du mercredi 23 octobre 2013
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
20:30*
séance spéciale :
* jeu 24 à 20h30 Ciné doc en présence de Aurélien Lévêque séance en partenariat avec Créadoc tarif unique 3,5 €

synopsis

Dans l'immensité désolée des confins de la Patagonie, un homme seul surveille les terres du bout du monde. Un western sans coup de feu ni bagarre...

notes de production

Après avoir obtenu un diplôme spécialisé en production audiovisuelle, Aurélien Levêque est passé derrière la caméra pour réaliser El Puesto, un premier documentaire qu’il avait envie de faire depuis longtemps.

El Puesto a été entièrement tourné à l’Estancia Rolito, une grande ferme qui se trouve dans le sud de l’Argentine, sur l’île de Terre de Feu, et qui s’étend sur une surface de près de 17 000 hectares.
http://el-puesto.fr/www.el-puesto.fr/Lestancia_Rolito.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Patagonie

Le réalisateur médite le projet de son film depuis plusieurs années. En collaboration avec son frère Colin Lévêque, qui est également le chef opérateur du film, Aurélien a tenté de suivre les traces de ses parents, qui ont connu les propriétaires de l’Estancia pendant les années 70. Les discussions marquantes entre les parents et leurs deux enfants à propos de leur séjour en Argentine, et des personnes qu’ils y ont connues, ont marqué le jeune cinéaste au point de devenir le fruit de sa première création cinématographique : en famille, nous avons passé de longues soirées d’hiver à regarder les diapositives de cet autre monde et autre temps (...) Ce lieu que nous connaissions si bien sans jamais y être allé, est dès lors devenu l’objet inépuisable de voyages imaginaires et un espace fantasmagorique, confie-t-il.

Afin de bien connaître l’Estancia et ses habitants, Aurélien Levêque a voyagé trois fois en Argentine. A chaque fois, il est resté sur place plusieurs semaines pour découvrir le quotidien des habitants et pour mieux connaître les lieux : au-delà de la satisfaction personnelle que j’ai pu en tirer, cela m’a réellement permis de prendre la mesure de leur quotidien. Sans beaucoup de paroles, j’ai pu créer un lien avec ceux dont je partageais le travail, partage-t-il.

Pendant la préparation du film, l’équipe a travaillé dans des conditions assez difficiles : le tournage s’est effectué avec des moyens techniques lourds (caméra 16 mm, pied caméra, bobines, générateur électrique, quads...). Cela impliquait donc une logistique importante, explique Aurélien Levêque. De plus, la première partie du séjour s’est déroulée dans un campement avec pour seuls abris une bâche, une tente pour le matériel et une autre pour l’équipe, sans compter les surprises de la météo et les longues distances à parcourir pour arriver aux sources d’eau.

C’est un documentaire filmé en super 16mm, un documentaire en cinémascope. Un des derniers, et peut-être même le dernier documentaire filmé en « argentique » et en scope. Magique. Une vibration du monde comme on n’en voit plus, comme on n’en verra plus. Un documentaire qui nous plonge dans l’immensité de la nature et dont l’image grâce à la pellicule vit et vibre comme la nature elle même. Dans cette nature, un homme. Un homme qui n’est pas à proprement parler un personnage. Un homme au fin fond de l’Argentine qui vit dans une minuscule maison de bois, s’occupe des moutons de l’Estancia ramasse les pièges qu’il a préalablement posés... Parfois il boit le maté avec un de ses voisins, et rend des comptes à sa patronne qui vient de temps en temps le voir. Ce n’est pas un portrait, ce n’est pas non plus le récit d’un autre mode de vie. Ce n’est pas non plus un film sur les paysages. Pourtant il y a un homme et des paysages. La nature, et l’homme au même niveau. C’est cela qui est remarquable, un film qui ne prend le parti ni de l’un, ni de l’autre, mais qui conjugue l’homme et la nature dans le récit et dans le plan. La question du rapport de l’homme à la nature n’est pas posée par les mots, par « le sujet » mais par le cinéma, par le cadre lui même. La nature prend une autre dimension quand l’homme entre dans « le champ » et pourtant rien n’a changé. Cet homme là ne fait souvent que traverser le paysage. Mais du simple fait de son apparition, le paysage se structure soudain différemment. Il devient autre chose. Il nous apparaît autrement. C’est cette géométrie variable entre l’homme et la nature, que l’on appréhende dans ce film. Il n’y a pas de mystification. Il y a un refus de tout romantisme et humanisme. C’est une réponse cinématographique à une question écologique.
Mariana Otero
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mariana_Otero

La distribution du film est soutenue par les cinéastes de l’Acid (Association du cinéma indépendant pour sa diffusion).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_pour_le_cin%C3%A9ma_ind%C3%A9pendant_et_sa_diffusion

Aurélien Levêque
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/363641/aurelien-leveque
http://www.film-documentaire.fr/Aur%C3%A9lien_L%C3%A9v%C3%AAque.html,auteur,34644,0

Colin Lévêque
http://www.cinemotions.com/Colin-Leveque-nm1260721

extrait(s) de presse

Fiches du cinéma - L'histoire d'un homme, sorte de cow-boy solitaire, au milieu de la Patagonie : avec une retenue et un sens de l'image admirable, Aurélien Lévêque parvient à offrir un film aussi beau qu'intelligent.
L'Humanité - Une oeuvre simple, factuelle, fondée sur le rapport de l'homme avec le paysage – dimension 
qui semble fasciner le cinéaste. 
Beau travail de captation du réel.
Le Monde - "El Puesto" : une ode à la matérialité du monde...
Les Inrocks - Un documentaire contemplatif, béhavioriste, écologique, paysager, qui enregistre sans emphase, avec un sens constant mais modéré du plan-séquence, les activités vivrières d’un homme fruste...
Bref ciel - "El Puesto" n’est pas un film argentin… mais un documentaire français se déroulant intégralement en Patagonie Argentine...
Culturopoing - Son film est un voyage où se mêle poésie et réalisme, une fenêtre ouverte sur un autre monde où les individus, loin de l’agitation des grandes villes, se contentent de peu pour vivre.