Vandal - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Vandal

Vandal

France - 2012 - 1h24
sorti en France le 9 octobre 2013
film - film francophone
de

Hélier Cisterne

scénario : Hélier Cisterne, Gilles Taurand, Nicolas Journet, Katell Quillévéré
direction de la photographie : Hichame Alaouie
avec : Zinedine Benchenine (Chérif.), Jean-Marc Barr (Paul, l'oncle), Ramzy Bedia (Farid, le père), Marina Foïs (Hélène, la mère), Brigitte Sy (Christine, la tante), Emile Berling (Thomas), Kevin Azaïs (Johan), Chloé Lecerf (Elodie)
séances : semaine du mercredi 9 octobre 2013
mercredi 9 jeudi 10 vendredi 11 samedi 12 dimanche 13 lundi 14 mardi 15
16:30
20:30
18:30
20:30
16:30
18:30
16:45
20:30
18:30
20:30
séances : semaine du mercredi 16 octobre 2013
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
18:30
20:45
18:30
20:15
18:30
séances : semaine du mercredi 23 octobre 2013
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
16:00
16:00
16:00
16:00
16:00

synopsis

Chérif, 15 ans, est un adolescent rebelle et solitaire. Dépassée, sa mère décide de le placer chez son oncle et sa tante à Strasbourg, où il doit reprendre son CAP maçonnerie. C'est sa dernière chance. Très vite, dans cette nouvelle vie, Chérif étouffe. Mais toutes les nuits, des graffeurs œuvrent sur les murs de la ville. Un nouveau monde s'offre à lui...

notes de production

Le metteur en scène Hélier Cisterne explique comment est né le projet : je voulais faire le portrait d’un adolescent, et incarner à travers lui l’expérience étrange et insolite de cet âge écartelé entre les univers familiaux, amicaux et amoureux que l’on sait être les espaces de toutes les confrontations. La scolarité aussi, qui est alors tendue par l’angoisse des choix d’orientation et d’avenir. Loin de l’insouciance, cette période est pourtant encore traversée par des fantasmes et des aspirations qui subliment le quotidien. Je tenais à cette dimension romanesque et lyrique propre à l’adolescence que j’avais déjà abordée dans mes courts métrages, déjà produits par Justin Taurand.

Pour créer les graffitis du personnage de Vandal, le réalisateur a fait appel à l’un des artistes français les plus reconnus dans le milieu, Lokiss, qui oeuvre en tant que graffeur depuis les années 80. Il a également eu recours à Pisco Logik et Orka, du collectif El Cartel, afin de créer les autres graffitis et de coacher les jeunes comédiens du film jouant les graffeurs.

Lorsqu’on lui demande pourquoi avoir choisi l’univers des graffeurs pour son premier long métrage, le réalisateur Hélier Cisterne avoue sa fascination et fait un rapprochement avec un autre univers : le graffiti témoigne de manière absolument sincère et brute de la jeunesse d’une époque. (...) Assez naturellement, avec Nicolas Journet, l’un des co-scénaristes, nous sommes arrivés à la figure du graffeur qui, comme un super-héros, hante la ville sous un nom d’emprunt et agit souvent masqué pour ne pas être identifié. Ce lien est cultivé par certains graffeurs eux-mêmes, qui cherchent à repousser leurs limites, à affermir leurs pouvoirs en dessinant sur des murs à priori inaccessibles.

Le monde des graffeurs étant essentiellement nocturne, l’équipe a très souvent tourné de nuit : l’esthétique du graffiti, qui est une pratique très nocturne, a beaucoup nourri le travail sur l’image. Le livre "Black flashes" de Ruedione a été un de nos repères sur ce sujet. Avec Hichame Alaouié, le chef opérateur, on a travaillé la matière de la HD en cassant sa capacité à sur-définir et à tout rendre clair, on voulait revenir à quelque chose de plus primitif dans ces espaces, explique Hélier Cisterne.

Le réalisateur Hélier Cisterne a tenu à faire un casting sauvage avec la directrice du casting, Cynthia Arra. Mais uniquement pour les adolescents du film afin de contraster avec les adultes qui sont, quant à eux, des comédiens reconnus, Marina Foïs et Ramzy Bedia en tête. La directrice du casting a également suivi les jeunes premiers tout au long du tournage en tant que coach d’acting.

Le film a été partiellement tourné sur le site de la Madeleine (durant six semaines) à Bourg-en-Bresse dans l’Ain, en 2012. Préalablement, le tournage s’est déroulé en Alsace.

Hélier Cisterne fait des études de philosophie. En 2003 il réalise son premier court métrage, Dehors. En 2006, le jeune réalisateur présente Les Deux vies du serpent à la Semaine de la critique. Les deux films sont primés dans plusieurs festivals. Les Paradis perdus (1) est son troisième film. En 2012 sort L’Hiver dernier, le récit de Johann, qui reprend l’exploitation agricole de son père dont l’équilibre est menacé, peu à peu il va s’isoler, se replier sur lui-même.
(1) Vandal est son premier long métrage alors qu’il s’était déjà exercé sur plusieurs courts métrages dont Les Paradis perdus (2008) pour lequel il avait reçu le prix Jean Vigo et une nomination au César du meilleur court métrage.

Hélier Cisterne

Gilles Taurand

Nicolas Journet

Katell Quillévéré

Hichame Alaouie

Zinedine Benchenine

Jean-Marc Barr

Ramzy Bedia

Marina Foïs

Brigitte Sy

Emile Berling

Kevin Azaïs

Chloé Lecerf