Magic magic - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Magic magic

Magic magic

Usa - 2013 - 1h37
sorti en France le 28 août 2013
hors compétition Sundance 2013 quinzaine des réalisateurs Cannes 2013
avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
film - version originale sous-titrée en français
de

Sebastián Silva

scénario : Sebastián Silva
direction de la photographie : Christopher Doyle, Glenn Kaplan
musique ou chansons : Daniel Bensi, Saunder Jurriaans
avec : Michael Cera (Brink), Juno Temple (Alicia), Emily Browning (Sara), Catalina Sandino Moreno (Barbara), Agustín Silva (Agustín)
séances : semaine du mercredi 2 octobre 2013
mercredi 2 jeudi 3 vendredi 4 samedi 5 dimanche 6 lundi 7 mardi 8
21:00*
séance spéciale :
* mardi fantastique : "La Peur au féminin" séance organisée en partenariat avec Hidden circle. tarif spécial 2 films = 7 € voir fiche du film "Répulsion"

synopsis

Pendant ses vacances au Chili, Alicia, une jeune américaine réservée, se retrouve embarquée par sa cousine Sara et sa bande d'amis sur une île isolée. Personne ne fait vraiment d'effort pour intégrer Alicia. Elle se replie de plus en plus sur elle-même et commence à perdre peu à peu ses facultés mentales sans que le groupe n’y prenne garde…

notes de production

Après La Nana (1) et Les Vieux chats (2), Magic magic est le troisième film de Sebastián Silva, qu’il a également écrit. Celui-ci a notament été 1er assistant réalisateur pour Avant la nuit (3) de Julian Schnabel, Babel (4) de Alejandro González Inárritu, et plus récemment À la merveille (2012) (5) de Terrence Malick.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film281
(2) http://www.lesinrocks.com/cinema/films-a-l-affiche/les-vieux-chats/
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Avant_la_nuit_%28film%29
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Babel_%28film,_2006%29
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film997

En attendant de réaliser Magic magic, Sebastián Silva a tourné un premier film également avec Michael Cera au Chili, Crystal fairy & the magical cactus (6). Les deux films ont été présentés en avant-première mondiale au Festival de Sundance. Magic magic est un film très sombre, dont l’humour noir alimente le désespoir ambiant. Crystal fairy est au contraire un film sur l’espoir et la compassion , déclare-t-il. J’ai l’impression que ces films sont aux antipodes l’un de l’autre, et pour cette raison, il y a comme un effet de miroir qui s’opère entre eux. Du fait qu’ils aient été tournés à la même période, l’un à l’extrême sud et l’autre à l’extrême nord du Chili, ils sont en quelque sorte cousins, mais ils n’en restent pas moins des films profondément différents.
(6) http://www.cinoche.com/films/crystal-fairy-the-magical-cactus/index.html

Le personnage de Brink aurait dû à l’origine être interprété par un Chilien, avant que Michael Cera ne se propose et se montre extrêmement motivé pour le rôle - bien plus que le réalisateur : c’était important pour moi que Brink soit chilien, ou au moins qu’il parle la langue. (...) Souvent la barrière de la langue est très importante entre les Chiliens et les autres hispanophones, explique Sebastián Silva, qui poursuit : j’étais sceptique, jusqu’à ce qu’il se mette à prendre des cours d’espagnol, jusqu’à cinq heures par jour ! Si un acteur s’implique autant, pourquoi ne pas lui donner sa chance ? Cera s’est même installé cinq mois dans la famille du réalisateur pour parfaire son espagnol aux côtés d’Agustín Silva, frère de Sebastián.

Juno Temple et Emily Browning se sont présentées ensemble à l’audition de Magic magic. C’est Browning à l’origine qui devait interpréter Alicia ; pourtant convaincante, Mike White a tout de même décidé de les tester en inversant leurs rôles, ce qui a finalement parfaitement fonctionné.

Sebastián Silva s’est inspiré de vieux films de Roman Polanski, comme Le Locataire (1976) ou Rosemary’s baby (1968), qui mêlent humour, scènes dérangeantes tout en s’amusant à perdre le spectateur qui peut ainsi compatir avec le personnage principal. Magic magic est également inspiré d’une histoire vraie : deux Chiliennes se sont rendues en vacances au Brésil, où l’une d’elles a commencé à développer des signes de schizophrénie sans que personne ne s’en inquiète. Pour le réalisateur, la perte de ses capacités mentales est sa plus grande peur ; il a donc voulu en faire le cœur de son film.

Sebastián Silva a choisi de mettre en scène des adolescents dans Magic magic, notamment pour s’amuser des clichés du film d’horreur montrant des groupes de jeunes pris au piège dans une cabane au fond des bois.
Magic magic est le premier film de Sebastián Silva tourné en anglais, avec des acteurs américains. Initialement écrit en espagnol, c’est l’arrivée de Michael Cera sur le projet qui l’a ainsi modifié.

Sebastián Silva a travaillé avec la collaboration du directeur de la photographie Christopher Doyle (très proche notamment de Wong Kar-Wai), réputé pour son exigence et son avant-gardisme. L’occasion d’échanges explosifs ! Collaborer avec lui a été très, très intense. J’ai eu envie de le tuer un jour sur deux, et lui aussi, probablement ! Mais au final, on terminait toujours la journée en portant un toast, le résultat était toujours probant, se souvient le réalisateur.

Bien que Magic magic soit une production américaine, aucun des acteurs n’est originaire des Etats-unis et tous viennent de pays différents : Michael Cera est canadien, Juno Temple est britannique, Emily Browning est australienne, Agustín Silva est chilien et Catalina Sandino Moreno est colombienne.

Rencontre avec Sebastián Silva
Pour "Magic magic", pourquoi as-tu travaillé avec une équipe de tournage différente de tes films précédents ?
Je vis à New York depuis longtemps, bien avant la réalisation de La Nana. Durant les trois années où je suis resté au Chili, j’ai réalisé La Vida me mata et La Nana. J’ai alors rencontré Pedro [Peirano], coscénariste sur mes deux premiers films. Les Vieux chats est une œuvre commune, que nous signons tous deux. D’un film à l’autre, on retrouve la plupart des acteurs parce qu’ensemble le travail fonctionne très bien, même si je n’ai pas au préalable pensé spécifiquement à eux en écrivant le scénario. Finalement, si certains acteurs reviennent dans mes films, cela est davantage une coïncidence qu’une volonté de constituer un collectif de création...
http://www.fichesducinema.com/spip/spip.php?article4271
et aussi
http://www.quinzaine-realisateurs.com/entretien-avec-sebastian-silva-michael-cera-l207.html

Sebastián Silva
http://www.evene.fr/celebre/biographie/sebastian-silva-42298.php
http://www.premiere.fr/Star/Sebastian-Silva-1481780

Christopher Doyle
Né le 2 mai 1952 à Sydney.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Christopher_Doyle

Daniel Bensi
voir fiche du film Martha Marcy May Marlene
http://www.citebd.org/spip.php?film851

Michael Cera
Né Michael Austin Cera le 7 juin 1988 à Brampton (Ontario).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Cera

Juno Temple
Née le 21 juillet 1989.
Fille du réalisateur Julien Temple...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Juno_Temple

Emily Browning
Née le 7 décembre 1988 à Melbourne.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Emily_Browning

Catalina Sandino Moreno
Née le 19 avril 1981 à Bogota.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Catalina_Sandino_Moreno

Agustín Silva
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agust%C3%ADn_Silva

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Dans cette virée ténébreuse au seuil franchi de la folie et dans la panique émotionnelle absolue, Sebastian Silva confirme son incroyable acuité psychologique, qu’il touche aux problèmes de dégénérescence mentale chez les personnes du troisième âge (Les Vieux chats, formidable et bouleversant) et aux troubles mentaux d’une adolescente dont personne ne décode les appels à l’aide dans ce Magic Magic remarquable qui saura laisser des traces chez les spectateurs.
La Croix - Le film à l’image élégante est servi par un beau casting, avec Juno Temple et Emily Browning à contre-emploi, dont les rôles prévus initialement ont été intervertis. Il montre aussi avec justesse l’attitude parfois cruelle d’adolescents accaparés par leurs soucis, qui tardent à voir la détresse causée par leurs comportements.
Les Inrocks - La particularité de ce film hybride et indécidable, ce qui le rend d’autant plus troublant, est que le cinéaste tente une chose difficile: un film d’horreur purement psychologique calqué formellement sur les œuvres de maison hantée.
Le Jdd - Baigné dans une atmosphère dérangeante à la Polanski, ce drame à la lisière du fantastique raconte comment une fille (...) perd les pédales dans l'indifférence générale. L'ambiguïté est entretenue par un scénario imprévisible mais cohérent.
L'Humanité - Un thriller d’un genre nouveau, sans effets ni violence.
Tf1 cinéma - De la même façon que Tomas Alfredson avec son exceptionnel "Morse", son film rappelle que le cinéma de genre n'est jamais aussi bien servi que par des cinéastes étrangers aux conventions...
Libération - "Magic magic" emprunte son registre narratif un peu à tout cela, alternant humour et angoisse, mystère et réalisme, mais produisant quelque chose d’aussi indéfinissable que séduisant, et c’est bien là l’essentiel.
Evene - Un film de genre habilement ficelé, qui sonde avec inspiration l’univers mental déréglé de son héroïne.