Ugly - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Ugly

Ugly

Inde - 2013 - 2h06
sorti en France le 28 mai 2014
Quinzaine des réalisateurs Cannes 2013 - Lotus du jury et prix du jury festival du film asiatique Deauville 2014
avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
film - version originale sous-titrée en français
de

Anurag Kashyap

scénario : Anurag Kashyap
direction de la photographie : Nikos Andritsakis
musique ou chansons : G.V. Prakash Kumar, Brian Mcomber
avec : Ronit Roy (Shoumik Bose), Tejaswini Kolhapure (Shalini), Rahul Bhat (Rahul Varshney / Kapoor), Anshikaa Shrivastava (Kali Varshney), Vineet Singh (Chaitanya Mishra), Girish Kulkarni (Jadhav), Surveen Chawla (Rakhi), Siddhant Kapoor (Siddhant)
séances : semaine du mercredi 18 septembre 2013
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
18:30*
séance spéciale :
* le meilleur de la Quinzaine 2013 dim 18:30 tarif unique 3,5 € - en partenariat avec le groupement national des cinémas de recherche
séances : semaine du mercredi 13 août 2014
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
14:00
20:30
14:00
11:00
18:30
14:00
20:30
14:00

synopsis

Shalini, une femme dépressive et alcoolique, est mariée en seconde noce avec Bose, un policier dont l'attitude à son égard est assez ambiguë. Elle a une fille, Kali, de son premier mariage avec Rahul, un acteur qui cherche vainement à émerger. Alors qu'il a la garde de sa fille pour le week-end, Rahul se rend chez un ami qui doit lui remettre un scénario. Kali, contrariée d'être mise à l'écart une fois de plus, refuse de l'accompagner et reste dans la voiture mais quand il revient, sa fille a disparu... Ce drame provoque une série de reproches, d'humiliations, de mensonges et de révélations qui mettent à jour le délitement de la vie des personnages ainsi que leur égocentrisme.

notes de production

Ne pas confondre avec The Ugly, film néo-zélandais de Scott Reynolds (1997).
http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Ugly

Ugly a été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes 2013 mais n’y obtint aucun prix. Il fut par contre sélectionné au festival asiatique de Deauville en 2014 et reçut le Lotus du jury, récompense qu’il dut partager avec A cappella, du Coréen Lee Su-jin.
http://www.avoir-alire.com/a-cappella-han-gong-ju-la-critique-du-grand-gagnant-du-festival-de-deauville

Ugly n’est pas un film qui date d’aujourd’hui. Le réalisateur Anurag Kashyap en avait le scénario principal en tête depuis plusieurs années mais ne reçut à son propos que des avis défavorables. Lorsqu’il put enfin le réaliser, seul son producteur fut mis au courant du script, le cinéaste engageant ses acteurs sur la promesse de ne pas le regarder. J’avais l’impression que si les acteurs lisaient le script, ils ne me permettraient pas de faire le film, confie-t-il lors d’une interview à Cannes. Les comédiens se prêtèrent au jeu et ne découvrirent l’intrigue et leur personnage qu’au jour le jour. Ce n’est qu’au festival de Cannes qu’ils virent enfin à quel film ils avaient eu affaire.

Ce nouveau long-métrage de Anurag Kashyap touche à un milieu proche, au moins aussi violent, que celui d’un de ses précédents films, Gang of Wasseypur, qui tournait autour d’une guerre de clans dans les années 70. Au-delà, Ugly s’inscrit dans un cinéma multiple. Proche du style de The Pledge de Sean Penn et de Zodiac de David Fincher, il s’approche également de Funny games, de Michael Haneke, pour son traitement de la violence, de A Touch of sin de Jia Zhang-ke, pour la critique sociétale, mais aussi de Bong Joon-ho (Memories of murder) et de Na Hong-jin (The Chaser) pour l’humour noir. Autant dire qu’il s’agit d’un cinéma des plus cosmopolites.

http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Pledge
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zodiac_%28film%29
http://fr.wikipedia.org/wiki/Funny_Games_%28film,_1997%29

http://fr.wikipedia.org/wiki/Memories_of_Murder
http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Chaser_%28film,_2008%29

Hors des musicals légers et divertissants de Bollywood, quelques réalisateurs indiens parviennent à lier cinéma d’auteur et cinéma grand public. Anurag Kashyap était déjà parvenu à cette hybridation avec Gangs of Wasseypur et Bombay talkies, mais il n’est pas le seul. Ashutosh Gowariker, avec Swades mixait déjà le film musical et questionnement des racines et de l’avenir des nouvelles générations indiennes. Balaji Sakthivel a mélangé critique sociale et polar dans L’Affaire 18/9, alors que Ritesh Batra, avec The Lunchbox, a donné à la romance des accents de film documentaire.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bollywood
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bombay_Talkies_%28film,_2013%29
http://fr.wikipedia.org/wiki/Swades_:_Nous,_le_peuple
http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27affaire_18/9

L’histoire de Ugly n’est pas à proprement parler une histoire vraie, mais elle se base sur des cas similaires, des événements identiques à ceux racontés : les personnages quant à eux sont inspirés de ce qui existe dans notre société patriarcale au sein de laquelle l’homme est toujours dans la domination, où il existe de nombreux cas de violence conjugale, explique Anurag Kashyap. Ce sont des éléments constituant la société indienne qui ont servi d’exemple au réalisateur, les multiples entrefilets apparaissant quotidiennement dans la rubrique faits divers.
Tournage serré

L’intrigue d’Ugly se déroule intégralement à Bombay (Mumbai), l’une des plus grandes métropoles indiennes. Malgré sa taille impressionnante, certaines séquences furent tournées dans le nord du pays, dans les grandes villes de Jaipur (Rajasthan), et d’Agra (Uttar Pradesh), située moins à l’est mais tout aussi enclavée dans les terres. Par ailleurs, le réalisateur Anurag Kashyap considéra le tournage comme difficile car situé majoritairement dans des endroits très confinés, selon ses dires.

Shoumik Bose, joué par Ronit Roy, est décrit par le réalisateur comme un bon inspecteur, efficace et intègre, mais dont les idées vis-à-vis de la société sont trop traditionnelles, centrées sur l’idée du patriarche. Shoumik fait partie de ce genre d’officiers de police à la fois stricte, honnête et très moralisateur. Il a par exemple des idées très arrêtées sur la façon dont les femmes doivent se comporter en société. (...) Quand on entend beaucoup de politiciens indiens parler des affaires de viols, on en apprend beaucoup sur la psyché du pays. Le personnage principal, censément le héros, n’est donc pas un sauveur immaculé mais un homme imparfait, traduisant le malaise d’une société en pleine évolution.

Anurag Kashyap participa à plusieurs longs-métrages visibles sur les écrans occidentaux en 2013 et 2014 en plus d’Ugly dont il est le réalisateur, le scénariste et l’un des producteurs. Il écrivit notamment les dialogues de Hasee Toh Phasee, premier film de Vinil Matthew sorti en février aux USA, et de Lootera (sorti en juillet 2013 en Angleterre), de Vikramaditya Motwane, avec qui il avait déjà travaillé en tant que scénariste, producteur et musicien sur Udaan et sur Dev.D. Il fut par aileurs le producteur de Queen de Vikas Bahl (sorti en mars aux USA), et l’un des acteurs du film d’horreur Bhoothnath returns de Nitesh Tiwari.
http://www.cinoche.com/films/hasee-toh-phasee/index.html
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=221728.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Udaan
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=143025.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Queen_%28film,_2014%29
http://en.wikipedia.org/wiki/Bhoothnath_Returns

La musique d’Ugly, composée par Brian McOmber et G.V. Prakash Kumar, participe à l’atmosphère oppressante du film et à sa violence déferlante. Faite de sons stridents, de voix hurlante et de distorsions de guitare saturées, elle fut écrite dans l’idée de mettre en avant le chaos qui régnait non seulement dans la société de Bombay mais également dans les esprits des personnages, pourris par cette société. Tout est fait pour que la mise en scène, montage et bande sonore, entrent en résonnance.

Entretien avec Anurag Kashyap
Comment un film comme "Ugly" peut-il être reçu par le public indien ?
En fait, je n’en sais rien, je ne sais pas comment ça va être reçu en Inde. Cela faisait très longtemps que j’avais envie de faire ce film et c’est grâce au soutien que j’ai eu avec Gangs of Wasseypur (1), le film précédent, que j’ai pu réaliser celui-ci. Donc, vraiment, je ne sais pas du tout comment ça va être reçu. J’avais écrit le scénario en 2006, j’essayais de le faire lire et tout le monde me disait : non, c’est impossible, ce n’est pas un film que l’on pourra réaliser.
Lorsque j’ai enfin pu monter ce film, j’ai refusé de montrer le script à qui que ce soit, j’ai juste dit : Faites-moi confiance, si vous croyez en moi, c’est comme ça que ça va se passer. Je me suis donc tourné vers mes acteurs et mon équipe. Je leur ai demandé de me faire confiance, mais en fait durant le tournage, personne ne savait ce que ça allait donner...

http://www.bollywoodstudio.fr/cannes-2013-conference-de-presse-dugly/
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film991 et http://www.citebd.org/spip.php?film992

Anurag Kashyap
Né le 10 septembre 1972.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anurag_Kashyap

Ronit Roy
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=436558.html

Vipin Sharma
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=422741.html

Surveen Chawala
http://subtitlebox.org/fr/person/surveen-chawla-420309/

Girish Kulkarni
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=398557.html

extrait(s) de presse

Culturebox - "Ugly" apparaît donc comme un "anti-Bollywood". Ici rien ne finit bien, la saleté est visible à l'image, la grande violence de la société indienne apparaît en pleine lumière et les personnages sont présentés comme n'ayant aucune morale.
Télérama - Au fil d'une intrigue arachnéenne, "Ugly" le bien nommé lève le voile sur la laideur morale d'une société vérolée par le vice...
Bollywood studio - "Ugly" est un excellent film.
Cinématraque - On le sentait déjà dans son précédent film : Kashyap ne souhaite pas s’adresser au seul public indien, on sent le cinéphile, aussi fan de Johnnie To que de Michael Haneke...
Ecran noir - "Ugly" est ce qu’il est : un polar jouissif, aussi âpre que violent, rock que rocambolesque...
Fiches du cinéma - Comme le titre l’indique, il s’agit de filmer la laideur qui se cache derrière chaque être humain...
Sens critique - Polar désespéré, un peu maniéré, mais intense et efficace...
Torso - "Ugly" est un film sans concession, d’une noirceur telle qu’elle en devient parfois excessive de désespoir, et qui offre une vision terriblement amère du pays continent...