La Ruée vers l’or - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > La Ruée vers l’or

La Ruée vers l’or

ciné môme - ciné répertoire
The Gold rush
Usa - 1925 - 1h09
accessible aux enfants à partir de 6 ans
film - film muet
de

Charles Chaplin

scénario : Charles Chaplin, Jim Tully
direction de la photographie : Rollie Totheroh, Jack Wilson
musique ou chansons : Charles Chaplin, Gerard Carbonara et Max Terr
avec : Charles Chaplin (Charlot le prospecteur), Mack Swain (Big Jim McKay), Tom Murray (Black Larsen), Henry Bergman (Hank Curtis), Malcolm Waite (Jack Cameron), Georgia Hale (Georgia)
séances : semaine du mercredi 18 septembre 2013
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
14:00*
14:00
14:30
séance spéciale :
* mer 14:00 séance en présence des enseignants du dispositif "Ecole et cinéma"

synopsis

Charlot, prospecteur solitaire, trouve refuge dans une cabane isolée, où il est bientôt rejoint par Big Jim. La faim les tenaille : qui sera mangé ? Un ours à la chair fraîche vient mettre fin à l'horrible dilemme. À la ville, Charlot est séduit par Georgia, la fille du saloon. Elle feint de répondre à ses avances et accepte une invitation à dîner. Mais elle lui fait faux bond, et le pauvre petit homme se retrouve seul, faisant danser ses petits pains. Big Jim, qui a perdu la mémoire au cours d'une bagarre, a besoin de Charlot pour retrouver l'emplacement exact de la montagne d'or qu'il avait auparavant découverte...

notes de production

La ruée vers l’or
Période d’environ huit ans (1848 - 1856) qui commença en janvier 1848 par suite de la découverte d’or à Sutter’s Mill, près de Coloma, à l’est de Sacramento, dans l’actuel État de Californie. La nouvelle se répandit rapidement et attira en Californie plus de 300 000 aventuriers, américains et étrangers...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ru%C3%A9e_vers_l%27or_en_Californie

Tourné entre décembre 1923 et le 21 mai 1925, produit par les Artistes associés (United artists) (1) pour un budget estimé à 923 000 $, le film est sorti aux Usa le 26 juin 1925 au Grauman’s Egyptian Theatre (en version muette) et le 16 avril 1942 (dans une version plus courte et sonorisée par Chaplin lui-même)
Une version colorisée est sortie en 1970.
http://www.cineclubdecaen.com/realisat/chaplin/rueeverslor.htm
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/United_Artists

Vingt-cinq ans plus tard, l’une des petites-filles de Chaplin, qui venait de découvrir le film, n’arrivait pas à croire que son grand-père et Charlot étaient une seule et même personne. Elle fut émue aux larmes lorsqu’il débarrassa un coin de table et exécuta devant elle la Danse des petits pains. Cette Danse est restée l’une des scènes les plus célèbres de l’œuvre de Chaplin.
Dans le film Chaplin (2) de Richard Attenborough, Chaplin, interprété par Robert Downey Jr., la réexécute lorsqu’il dîne en face de son grand ennemi J. Edgar Hoover, patron du FBI. Cette scène est également reprise dans le film Benny & Joon (3). Il existe cependant une danse des petits pains antérieure à celle de La Ruée vers l’or  : en 1917, dans Fatty chez lui (The Rough house) de Roscoe "Fatty" Arbuckle et Buster Keaton, le personnage de Mr. Rough exécute durant 10 secondes une danse des petits pains. Bien que Charlie Chaplin ait sans doute vu ce film, on peut penser que ce jeu de mime date de l’invention de la fourchette.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Chaplin_%28film,_1992%29
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Benny_and_Joon

En 1958, un jury de l’exposition universelle de Bruxelles déclara La Ruée vers l’or deuxième meilleur film de tous les temps, derrière Le Cuirassé Potemkine.

Même les génies doivent ménager leurs intestins. Enseignement trivial mais pertinent livré par le tournage de l’une des deux scènes légendaires et alimentaires de La Ruée vers l’or. Pas celle des petits pains dansant, mais bien celle de la dégustation de bottine. Chaplin avait été frappé par la lecture d’un livre retraçant les catastrophes subies par un groupe d’immigrants bloqués dans la neige en 1846 (4). Les survivants, en attente vaine de secours, avaient mangé leurs morts, leurs chiens et... leurs mocassins. Le tournage de la scène de cuisson et de consommation de la chaussure dura trois jours et nécessita 63 prises, Chaplin peaufinant et repeaufinant son comique gastronomique. Trois jours entiers pour lui et Mack Swain (Big Jim) à manger... de la réglisse, produit comestible le plus ressemblant à du cuir et des lacets qu’il ait pu trouver. Mais la réglisse est aussi un puissant laxatif. Après les trois jours d’un tel régime, le tournage dut être interrompu une semaine ! Regardez les ombres maladives sous les yeux du petit prospecteur vagabond affamé, quand il suce, avec délectation, le clou de sa semelle. Beau travail de maquilleur ou cernes trahissant les débuts de l’empoisonnement ?
Guillemette Olivier in Télérama (hors-série, oct 2002)
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9dition_Donner

Les deux mille cinq cent chercheurs d’or dans le film étaient en réalité des vagabonds engagés pour une journée de figuration.

Après l’échec de L’ Opinion publique en 1923, Charles Chaplin renoue avec le succès l’année suivante grâce à La Ruée vers l’or. Le film fut l’un des plus gros succès financier de l’époque et rapporta à son auteur plus de deux millions de dollars.

En 1942, Chaplin a réédité son chef-d’œuvre de 1925 en supprimant les cent quarante et un cartons d’origine et en ajoutant une musique et un commentaire dit par lui-même. La suppression des intertitres n’est pas anodine. Ils étaient accompagnés de dessins qui ajoutaient leur touche à l’émotion - comme une rose près du nom de Georgia, qui perd ses pétales quand Charlot millionnaire regrette son amour perdu...
Cette nouvelle version sonore, commenté et mise en musique par Charles Chaplin, fut également un gros succès.
http://www.cineclubdecaen.com/realisat/chaplin/rueeverslor.htm

Le rôle de Georgia fut d’abord tenue par Lita Grey que Chaplin épousa en novembre 1924. Il décida ensuite de la remplacer par Georgia Hale, et re-filma toutes les scènes qu’ils avaient tournées avec Lita. Ce remplacement est l’une des causes du procès en divorce (5) que lui intenta Lita après la sortie du film, procès qui entoura le nom de Chaplin, pendant de longues années (surtout aux Usa), de tout un contexte scandaleux.
Images et loisirs
(5) http://www.histoire-en-questions.fr/personnages/chaplin%20chronique.html

Si Charles Chaplin avait utilisé la totalité des scènes qu’il avait tournées, La Ruée vers l’or durerait vingt-sept fois plus longtemps.

Sous son aspect le plus général, La Ruée vers l’or est moins la tragédie d’un homme que celle du désespoir et de l’inanité des efforts humains qui s’enlisent dans l’absurde. Charlot recherche l’amour, son compagnon recherche l’or : l’or se dérobe. Charlot a rendez-vous avec l’amour : on entre... c’est un âne... Charlot, désespéré, abandonne tout et se laisse vivre machinalement. L’autre a perdu la mémoire et n’a pas conscience du néant de son aventure : il trouve l’or ; l’amour vient à la fin... Ni l’un ni l’autre ne sont satisfaits...
Jean Mitry in l’Avant scène cinéma (n° 219/220, 1979)

Au début, le personnage de Charlot était plus libre, moins tributaire de l’intrigue raconte Chaplin. Son cerveau ne servait que rarement. Il n’avait recours qu’à ses instincts. Mais avec chaque comédie à succès, le personnage de Charlot devenait plus complexe. Le sentiment commençait à filtrer à travers le personnage. Cela posait un problème... Je trouvais la solution le jour où je conçus Charlot comme une sorte de Pierrot. Dès lors, je pouvais plus aisément embellir la comédie de petites touches de sentiments... La Ruée est le film par lequel je veux qu’on se rappelle mon nom.
Philippe Lemoine, François Pédron in Charlie Chaplin story ou Charlot l’immortel

Il y a des œuvres qui désarment la critique, qui rendent le commentaire tout penaud. Avec Le Songe d’une nuit d’été, Moby dick, La Dame de pique et quelques autres, La Ruée vers l’or est de celles-là. On en raconte le sujet aussi fidèlement que possible, on se remémore les moments exaltants - il y en a foule, et tous faits de ces ultrasons de la sensibilité qu’il suffirait d’un souffle pour qu’on fonde en larmes alors même qu’une jubilation extrême nous soulève - on compte avaricieusement les joyaux éparpillés tout au long de cette histoire si pure, si candide qu’on la croirait imaginée par un enfant avant de s’endormir - et l’on se tait. Qu’y a-t-il à dire ? On ne voit qu’une chose : La Ruée vers l’or est une ode immortelle à l’innocence.
Maurice Bessy, Robin Livio in Charles Chaplin (ed. Denoël, 1972)

Charlie est peintre comme Villon fut poète. Il est lui sous la forme qui lui est le plus commode : la photogénie. C’est pourquoi, au point de vue de l’image animée, cet homme est le premier créateur complet, et, en attendant mieux, le seul.
Louis Delluc in Charlot (ed. de Brunhoff, 1921)

Charles Chaplin
Né Charles Spencer Chaplin, Jr. à Londres le 16 avril 1889 et décédé le 25 décembre 1977 à Corsier-sur-Vevey (Suisse).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Charlie_Chaplin
http://www.charliechaplin.com/fr

Rollie Totheroh
Né Roland ’Rollie’ H. Totheroh le 29 novembre 1890 à San Francisco, décédé le 18 juin 1967 à Hollywood.
Personnifié par David Duchovny dans Chaplin (1992) de Richard Attenborough...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Totheroh

Gerard Carbonara
Né le 8 décembre 1886 à New York, décédé le 11 janvier 1959 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gerard_Carbonara

Mack Swain
Né Moroni Swain le 16 février 1876 à Salt Lake City, décédé le 25 août 1935 à Tacoma.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mack_Swain

Tom Murray
Né le 8 septembre 1874 à Stonefoot, décédé le 27 août 1935 à Hollywood.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tom_Murray

Henry Bergman
Né le 23 février 1868 à San Francisco et décédé le 22 octobre 1946 à Hollywood.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Bergman

Malcolm Waite
Né le 7 mai 1892 à Menominee, décédé le 25 avril 1949 à Van Nuys.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Malcolm_Waite

Georgia Hale
Née le 24 juin 1905 à Saint Joseph, décédée le 7 juin 1985 à Hollywood.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Georgia_Hale

extrait(s) de presse

Les Enfants de cinéma - Film burlesque dont les moments les plus drôles n’ont pas pris une ride, La Ruée vers l’or est peut-être le film le plus tendre et le plus mélancolique de Charles Chaplin...
Télérama - Chaplin se perfectionne de film en film, épurant son comique, qui prend une portée universelle, et dosant en expert le tragique et le comique...
Over blog - "La Ruée vers l'or" reste un moment de cinéma unique, qui illustre, si besoin était, le talent inimitable de Chaplin dans toute sa splendeur.
àVoir-àLire - "La Ruée vers l’or" reste comme l’un des plus grands...
Plan c - "La Ruée vers l’or" garde une force fabuleuse aujourd’hui...
Critikat - La maîtrise du décor et de l’espace par Chaplin est exceptionnelle...
Au dessus du cinéma - Une nouvelle fois, tout le talent du cinéaste est condensé dans ce chef d’œuvre...
Il était une fois le cinéma - "La Ruée vers l’or" est une superbe fable, drôle et poétique sans oublier d’être émouvante...