Gare du Nord - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Gare du Nord

Gare du Nord

France - 2013 - 1h59
compétition officielle Locarno 2013
film - film francophone
de

Claire Simon

scénario : Claire Simon, Shirel Amitay, Olivier Lorelle
direction de la photographie : Claire Simon, Richard Copans, Laurent Bourgeat
musique ou chansons : Marc Ribot
avec : Nicole Garcia (Mathilde), Reda Kateb (Ismaël), François Damiens (Sacha), Monia Chokri (Joan), Sophie Bredier (vendeuse Agatha), Michael Evans (jeune homme violent), Lucille Vieaux (vendeuse lingerie), Marvin Jean Charles (Kako),
séances : semaine du mercredi 4 septembre 2013
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
16:00
20:30
18:30
20:30
14:00
18:30
16:30
20:45
20:30
18:30
séances : semaine du mercredi 11 septembre 2013
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
16:15
18:15
20:30
18:30
14:30
20:30
séances : semaine du mercredi 18 septembre 2013
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
20:30
14:00
16:00
18:15
20:30

synopsis

Paris, Gare du nord, tout peut y arriver, même des trains. On aimerait y rester, mais il faut se dépêcher. Comme des milliers de vies qui s’y croisent, Ismaël, Mathilde, Sacha et Joan vont s’y rencontrer. Chaque jour, Ismaël est ébloui, fasciné, épuisé par ce lieu. C’est sur le quai du Rer qu’il voit Mathilde pour la première fois. Peu à peu, ils tombent amoureux. Ils croisent Sacha et Joan. Sacha est à la recherche de sa fille disparue, Joan passe sa vie dans cette gare entre Lille, Londres et Paris. La gare est comme une bulle que tous traversent, Français, immigrés, émigrés, voyageurs, fantômes... C’est un carrefour où chaque vie passe vite et disparait...

notes de production

Gare du nord
Une première gare du nord est construite par les ingénieurs des ponts et chaussées pour le compte de la Compagnie des chemins de fer du nord, sur les plans établis par Léonce Reynaud, professeur d’architecture à l’École polytechnique. Elle est inaugurée le 14 juin 1846...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gare_de_Paris-Nord

Heure par heure, la gare du nord peut donner une image de la France dans sa totalité. C’est une vraie place publique.
Claire Simon

Après avoir décidé de réaliser un film sur la gare du nord, Claire Simon a proposé à trois collaborateurs (Benoît Laborde, Judith Fraggi et John Hulsey) de passer du temps sur les lieux afin de s’imprégner de l’ambiance de la gare et de trouver matière à un scénario. D’abord armés de calepins, les quatre compagnons d’immersion ont finalement opté pour des micros et des enregistreurs pour être sûrs de ne manquer aucun élément intéressant. Ensuite nous avons retranscrit et nous nous sommes lus les textes tous ensemble. C’est à cette étape que l’idée de faire un projet plus grand est apparu, il y avait une telle matière ! La première forme qui m’est venue est le théâtre - la pièce est écrite et répétée mais bute sur des aspects financiers – puis la fiction, explique la réalisatrice.

Avant de tourner Gare du nord, Claire Simon a réalisé un documentaire à partir des rencontres faites pendant sa période d’immersion. Intitulé Géographie humaine, il a été présenté hors compétition au Festival de Locarno en même temps que Gare du nord. La cinéaste a ainsi voulu explorer ce lieu de deux façons différentes : la gare, comme le réel, excède le film continuellement, et apparaît comme telle dans les deux films et ça, c’est ce qui m’intéresse. Dans le documentaire les gens disparaissaient après quelques mots qui me laissaient deviner leur histoire et dans la fiction, j’ai pu retenir et déployer les histoires des gens qui ont maintenant disparu de la gare.

Après Les Bureaux de dieu, Gare du nord est la seconde collaboration de Claire Simon et Nicole Garcia. Cette dernière retrouve également Samir Guesmi avec qui elle a déjà tourné trois films : Bancs publics (2009), Selon Charlie (2005), Betty Fisher et autres histoires (2000).

C’est la première fois que l’actrice québécoise Monia Chokri, découverte dans Les Amours imaginaires (1) de Xavier Dolan, est à l’affiche d’un film français.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film522

C’est Marc Ribot qui signe la bande-originale de Gare du nord. Avant même de commencer à tourner, Claire Simon pensait déjà à lui pour la musique de son film. Le compositeur américain a accompagné sur scène de nombreux musiciens tels que Tom Waits et Alain Bashung. La réalisatrice explique son choix : la guitare électrique me semblait la seule musique qui "rentrait", d’une façon sensuelle, dans la gare, qui dialoguait avec sa beauté, aussi la dimension brutale du lieu.

Si pour Claire Simon, la gare du nord est un microcosme permettant de parler de toutes sortes de personnes et de leurs histoires, elle est également une métaphore de notre vie : on arrive, on traverse, on part : ça correspond au séjour sur Terre. Je pensais toujours à ça, au Jugement dernier, à la Porte des Enfers. Sans l’aspect cauchemardesque de l’Enfer, mais dans l’idée d’un passage, d’une porte vers l’inconnu. La gare est un non-lieu entre la ville et l’ailleurs, et souvent on imagine que les rails sont les rives du Styx.

Pour écrire les personnages de son film, Claire Simon s’est beaucoup appuyée sur la personnalité des acteurs qui allaient les interpréter. Monia Chokri que j’ai découverte dans les films de Xavier Dolan, n’aimait pas tellement la foule au départ, ce qui correspondait au personnage et tout au long de l’histoire et du tournage, elle s’est laissée atteindre par la gare jusqu’à en devenir le médium… Et j’ai beaucoup tenu avec Reda Kateb à la proximité entre l’acteur et le personnage, curieux, intellectuel, fragile, complexe, qui s’éloigne de certains rôles dans lesquels on a pu le voir, raconte la réalisatrice.

Le personnage de Mathilde, interprété par Nicole Garcia, a été créé tardivement par Claire Simon. Alors que la réalisatrice était à la Gare du nord en repérage, la vendeuse du magasin Agatha lui a raconté qu’une femme gravement malade venait tous les jours pour acheter des bijoux : je n’ai jamais vu cette femme mais le récit de la vendeuse est resté en moi et le personnage de Mathilde s’est mis à exister dans ce sas qu’est la gare, entre chez elle et l’hôpital, la gare devenant pour elle un monde à part entière, et un autre monde, une nouvelle vie.

La réalisatrice de Gare du nord a tenu à tourner son long-métrage dans des conditions réelles. La Sncf, qui n’avait jamais eu un tournage aussi long, a posé énormément de contraintes, surtout au niveau des horaires. Claire Simon a disposé d’un bureau dans la gare, lui permettant de développer une véritable familiarité des lieux : on y a fait tout le casting des non professionnels, et puis la production du film pendant la préparation et le tournage. D’une certaine manière, j’ai un peu habité le lieu, en tout cas tissé un rapport très intime avec lui. Afin de pouvoir s’entendre dans cette gare si bruyante, les membres de l’équipe du film ont utilisé des oreillettes. Peu de prises ont été gâchées par les passants mais certaines ont demandé une attention toute particulière : (…) quand on a fait la scène où le type engueule sa copine, il a fallu dresser un cordon de séparation parce que les gens venaient systématiquement au secours de la fille, raconte la réalisatrice.

Entretien avec Claire Simon
Vous aviez dit dans un entretien que tous vos films étaient sur des lieux, comment expliquez-vous cette attirance ?
Parce qu’un lieu est une histoire en soi, ça règle en quelque sorte la question du scénario. Et pas qu’une histoire, mais des milliers ! C’est aussi une affaire de croyance, dans les religions, les gens donnent un lieu à leur foi...
http://www.commeaucinema.com/interviews/gare-du-nord,286987-note-110172

Claire Simon
Née à Londres en 1955.
Son œuvre est essentiellement composée de documentaires dans lesquels elle traque des histoires...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Claire_Simon
http://comitedufilmethnographique.com/master-class/

Shirel Amitay
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/306938/shirel-amitay

Olivier Lorelle
Né le 6 juin 1955.
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/141356/olivier-lorelle
http://www.evene.fr/celebre/biographie/olivier-lorelle-54175.php

Richard Copans
Né le 25 novembre 1947.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Copans

Laurent Bourgeat
http://www.imdb.com/name/nm1214910/

Marc Ribot
Né à Newark le 21 mai 1954.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Ribot

Nicole Garcia
voir fiche du film 38 témoins
http://www.citebd.org/spip.php?film791

Reda Kateb
voir fiche du film A moi seule
http://www.citebd.org/spip.php?film804

François Damiens
voir fiche du film Tango libre
http://www.citebd.org/spip.php?film952

Monia Chokri
voir fiche du film Les Amours imaginaires
http://www.citebd.org/spip.php?film522

Sophie Bredier
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/304011/sophie-bredier

extrait(s) de presse

Télérama - La réalité déborde la fiction et inversement. Des contrôles d'identité menacent de tourner à l'émeute, et la cinéaste s'acharne à reconstituer la situation dans toute sa complexité...