Une partie de nous - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Une partie de nous

Une partie de nous

Burkina Faso - 2013 - 0h13
Meilleure fiction (compétition Films des écoles) Fespaco 2013 Festival du film francophone Angoulême 2013
court(s) métrage(s) - film francophone
de

Pazouknam Jean Baptiste Ouédraogo

séances : semaine du mercredi 21 août 2013
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
19:00

synopsis

Tekla, une fillette de 8 ans a le don de communiquer avec les éléments de la nature. Elle se noue d’amitié avec un arbre de la cour de son père et elle partage une grande partie de sa vie avec. Un jour son papa décide d’abattre l’arbre parce que les racines de celui-ci ont poussé trop loin et risquent de faire tomber les murs de la maison...

notes de production

Le film s’intitule Une partie de nous, et il traite de la question de protection de l’environnement. Je me suis basé sur la culture africaine en ce sens que tout ce qu’on fait est lié à la nature. C’est au marigot, à la rivière, à la colline, à l’arbre, qu’on demande la santé, la bonne pluviométrie. Et dans mon film, c’est l’histoire entre un tamarinier et une fillette qui est relatée. Vous savez que le tamarinier a une très grande valeur dans nos traditions ; c’est uniquement sous le tamarinier que l’éléphant met bas, c’est aussi l’arbre qui abrite les ancêtres, les génies, les esprits ; il vit plus longtemps que le baobab. Le tamarinier est donc un grand symbole ; et un tel arbre séculaire, quand on l’abat, pour moi, on a tout perdu. Dans mon film une fillette se fond à un tamarinier pour s’opposer à ce qu’on l’abatte. La leçon qu’il faut en tirer, c’est que tout le monde doit se s’engager véritablement pour la protection de l’environnement...
Pazouknam Jean Baptiste Ouédraogo
http://www.savanefm.net/m-396-jean-baptiste-ouedraogo-laureat-du-prix-du-meilleur-film-fiction-des-ecoles-au-23e-fespaco-%C2%AB-le-fespaco-m-a-donne-un-prix-mais-le-combat-doit-continuer-%C2%BB.html

Pazouknam Jean Baptiste Ouédraogo
27 ans, poursuit ses études à l’Institut supérieur de l’image et du son de Ouagadougou, option réalisation. Il a déjà réalisé ou co-réalisé 13 films dont les plus connus sont : Trouble coincidence, Dès L’aube, Kungo, Confess, Ma fille excisée.
Mais avant de s’essayer au 7e art, JB a effectué des études de communication et journalisme, option communication pour le développement au département communication et journalisme de l’université de Ouagadougou. J’avais l’intention de travailler dans le cadre du développement. Mais il faut que j’ai en main des outils de l’audiovisuel. C’est ce qui m’a fait basculer en cinéma pour apprendre encore plus pour revenir servir la communication, confie-t-il. C’est en soi déjà une victoire pour JB de figurer sur deux tableaux de la compétition du plus grand festival panafricain du cinéma. Mais, un prix ne ferait que galvaniser davantage l’étudiant-réalisateur.

extrait(s) de presse

allAfrica - "Une partie de nous "traite du thème de l'environnement basé sur les valeurs culturelles africaines...
Artiste bf - Le film "Une Partie de nous" du jeune réalisateur Pazouknam Jean-Baptiste OUEDRAOGO, marque un tournant décisif dans l’histoire du cinéma burkinabé...
Ouaga - Ce court métrage traduit la volonté de Pazouknam Jean Baptiste Ouédraogo de contribuer à la protection de la nature...