C.R.A.Z.Y. - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > C.R.A.Z.Y.

C.R.A.Z.Y.

Québec - 2005 - 2h09
hommage au cinéma québécois festival du film francophone Angoulême 2013
film - film francophone
de

Jean-Marc Vallée

scénario : Jean-Marc Vallée, François Boulay
direction de la photographie : Pierre Mignot
musique ou chansons : Charles Aznavour, Patsy Cline, Pink Floyd, Rolling Stones, David Bowie
avec : Michel Côté (Gervais Beaulieu), Marc-André Grondin (Zachary Beaulieu), Danielle Proulx (Laurianne Beaulieu), Pierre-Luc Brillant (Raymond Beaulieu, 22 à 28 ans), Maxime Tremblay (Christian Beaulieu, 24 à 30 ans), Mariloup Wolfe (Brigitte, 15 à 20 ans), Hélène Grégoire (Madame Chose), Michel Laperrière (le psychothérapeute), Jean-Louis Roux (le prêtre)
séances : semaine du mercredi 21 août 2013
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
15:00*
séance spéciale :
* sam 15:00 en présence de l'équipe du film

synopsis

Un portrait de famille qui dépeint la vie souvent extraordinaire de gens ordinaires à la poursuite de leur bonheur. De 1960 à 1980, entouré de ses quatre frères, de Pink Floyd, des Rolling Stones et de David Bowie, entre les promenades en moto pour impressionner les filles, les pétards fumés en cachette, les petites et grandes disputes et, surtout, un père qu'il cherche désespérément à retrouver, Zac nous raconte son histoire... 25 décembre 1960 : Zachary Beaulieu vient au monde entre une mère aimante et un père un peu bourru mais fier de ses garçons. C'est le récit de la vie d'un petit garçon, puis d'un jeune homme pas comme les autres, qui va jusqu'à renier sa nature profonde pour attirer l'attention de son père....

notes de production

Il s’agit de l’histoire de relations père-fils. Le contexte, décrit de manière réaliste et minutieuse, est le reflet fidèle de la classe moyenne du Québec des années 1960 et 1970.

Zachary est le fils d’un père qui explique le fait d’avoir eu cinq garçons par son surplus d’hormones mâles et qui estime que l’homosexualité est un choix qui coupe du bonheur ; élevé avec ses quatre autres frères à la personnalité affirmée, Zachary, adolescent, tente de se définir. Il doit composer avec une crise d’identité sexuelle émergente et le désir intense qu’il a de plaire à un père bouillant et intransigeant qu’il adore par-dessus tout.

La première lettre des prénoms Christian, Raymond, Antoine, Zachary et Yvan forment l’acronyme du titre, qui est aussi le titre de la chanson préférée de leur père.
C.R.A.Z.Y. est le film québécois qui a compté le plus d’entrées en salle au Québec pendant l’année 2005. On estime à un peu plus d’un Québécois sur huit l’ayant vu en salle.
Le film représente le Canada en vue des nominations pour les Oscar de mars 2006. Il n’a cependant pas été sélectionné parmi les finalistes.
Les scènes à Jérusalem, à Tel-Aviv et dans le désert ont été tournées au Maroc.
Dans la version du film distribuée en France, des sous-titres ont été rajoutés pour certains dialogues. En effet, des particularités du français parlé au Québec (idiomes et accent prononcé) peuvent gêner la compréhension du film pour les spectateurs français et belges.

Baigné dans la nostalgie des années 70, le film reprend de nombreux standards musicaux de l’époque. Au final les droits musicaux ont représenté près de 600 000 dollars canadiens. Le réalisateur Jean-Marc Vallée a dû revoir son salaire à la baisse pour pouvoir intégrer au film tous les morceaux qu’il souhaitait. En voici quelques titres :
Back in baby’s arms, I fall to pieces, crazy de Patsy Cline
Emmenez-moi et Hier encore de Charles Aznavour
White rabbit de Jefferson Airplane
Shine on you crazy diamond et The Great gig in the sky de Pink Floyd
Space oddity de David Bowie
From here to eternity de Giorgio Moroder
Sympathy for the devil des Rolling Stones
The Messiah will come again de Roy Buchanan
10:15 saturday night de The Cure
Tout écartillé de Robert Charlebois
Brother Louie de The Stories
L’Enfant au tambour de Ginette Reno

Lors de la cérémonie des Jutra (l’équivalent québécois des César), C.R.A.Z.Y. a remporté 13 récompenses, dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur, pour 14 nominations. Un raz de marée historique couronnant une carrière en salle exceptionnelle : 1 million d’entrées au Québec pour 7.5 millions et demi d’habitants. C.R.A.Z.Y. s’était aussi distingué au niveau national en étant couronné dans 10 catégories lors de la 26e cérémonie des Génie (les prix cinématographiques pour l’ensemble du Canada).

Le film cherche à récréer le style de l’époque par les sensations, explique le réalisateur Jean-Marc Vallée, celles que procurent le tissu synthétique, le toucher désagréable d’un mur de stuco en petits pics, ou la texture d’un microsillon. Ce sont des détails inutiles à l’histoire mais essentiels à la façon de vivre des Beaulieu. Ils traversent les expériences et vieillissent, passent les modes, voient la société se transformer... alors que le seul grand changement notable de la famille tient sans doute à la priorité pour Gervais, le père, de changer d’auto tous les ans.

Le réalisateur Jean-Marc Vallée revient sur ce qui l’a poussé à écrire et tourner C.R.A.Z.Y. : comme j’approchais les 40 ans et que je n’étais toujours pas satisfait, je me suis mis à écrire le scénario dont je rêvais, pour me combler en tant qu’homme et cinéaste. J’ai beaucoup pensé à Frank Capra et à son film La Vie est belle. Ils sont plutôt rares les films qui me procurent cette sensation de bonheur intense, mais il y en a toujours quelques-uns, chaque année, qui me rappellent aussi que c’est le genre de films que j’aimerais faire, que je dois faire, ne serait-ce qu’une seule fois dans mon humble carrière. Dans mon esprit, j’ai réalisé C.R.A.Z.Y. en espérant qu’il puisse provoquer le même effet car j’aimerais que l’on puisse sortir de mon film et retrouver cette petite étincelle de lucidité qui permet de voir la vie comme elle devrait toujours nous apparaître : belle. J’ose croire que C.R.A.Z.Y. est celui-là ou l’un de ceux-là.

Le titre du film, C.R.A.Z.Y., fait référence à la chanson homonyme de la chanteuse country Patsy Cline : Patsy Cline, c’est vraiment, par excellence, la chanteuse sentimentale des coeurs brisés, explique le réalisateur. Or, dans la famille Beaulieu, le père est un vrai macho, et tous ses enfants sont des garçons. Son cœur tendre, très féminin, et non assumé, ne s’extériorise que par cette passion pour Patsy Cline et sa chanson, "Crazy". C’est grâce à cette "faiblesse" - sa sensibilité - qu’il finit par évoluer et accepte son fils, alors même qu’il en a déjà perdu un.

L’histoire de C.R.A.Z.Y. est inspirée de la propre vie de François Boulay, qui a collaboré à l’écriture du scénario avec Jean-Marc Vallée. Ce dernier s’est, quant à lui, inspiré de sa propre personnalité pour créer le personnage de Zachary Beaulieu.

C.R.A.Z.Y. est sorti en France le 3 mai 2006

Entretien avec Jean-marc Vallée
Le projet a-t-il mis longtemps à se monter ?
Oui, très longtemps. J’ai tout d’abord passé quatre ans à écrire à temps partiel, suivis d’une année à temps plein comme je viens de vous le dire. Puis il a fallu trois ans pour développer le projet, essayer de trouver les financements et surtout les bons partenaires, c’est-à-dire le bon coproducteur et le bon distributeur. Enfin, cela a pris deux ans pour préparer le film, le réaliser, le monter et faire la post-production. Quand j’ai commencé, j’avais 32 ans et quand j’en suis sorti l’an passé, j’en avais 42. Aujourd’hui, j’ai 43 ans et ça fait un an que je me promène à droite à gauche avec ce film. Mais je suis très heureux car c’est un beau succès. C’est même un succès phénoménal, exceptionnel. Le genre de succès qui n’arrive peut-être qu’une seule fois dans une vie...
http://lci.tf1.fr/cinema/news/interview-jean-marc-vallee-c-r-a-z-y-5007299.html

Jean-Marc Vallée
Né le 9 mars 1963 à Montréal.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Vall%C3%A9e
http://www.evene.fr/celebre/biographie/jean-marc-vallee-34136.php

François Boulay
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Boulay_%28sc%C3%A9nariste%29

Pierre Mignot
Né en 1944 à Montréal.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Mignot

Charles Aznavour
Né Chahnourh Varinag Aznavourian (Շահնուր Վաղինակ Ազնավուրեան) le 22 mai 1924 à Paris.Pendant ses soixante-dix ans de carrière, Charles Aznavour a joué dans plus de soixante films, a composé plus de mille chansons...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Aznavour

Patsy Cline
Née Virginia Patterson Hensley le 8 septembre 1932 à Gore (Virginie), décédée le 5 mars 1963 à Camden (Tennessee).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Patsy_Cline

Pink Floyd
Groupe de rock progressif et psychédélique britannique formé en 1964 à Londres.
Donne sa dernière prestation publique le 2 juillet 2005 lors du Live 8 à Londres...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pink_Floyd

Rolling Stones
Groupe de rock britannique formé en 1962.
Considérés, avec Bob Dylan, les Beach Boys, les Beatles, les Who, Led Zeppelin et quelques autres, comme des inventeurs de la musique populaire moderne...
http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Rolling_Stones

David Bowie
Né David Robert Jones le 8 janvier 1947 à Londres.
A joué dans un certain nombre de films de divers genres : drame historique, science-fiction, thriller gothique, film pour enfants…
http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Bowie

Jefferson airplane
Groupe de rock formé sur la côte ouest des États-unis pendant l’été 1965, et l’un des précurseurs du mouvement psychédélique...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jefferson_Airplane

Giorgio Moroder
Né Hansjörg Moroder le 26 avril 1940 à Ortisei (Italie).
Se fait connaître en composant une quinzaine de bandes originales de films...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Giorgio_Moroder

Roy Buchanan
Né le 23 septembre 1939 à Ozark (Arkansas) et décédé le 14 août 1988 à Fairfax (Virginie).
Bluesman blanc considéré par ses pairs comme l’un des tous meilleurs musiciens de blues des années 1970...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Roy_Buchanan

The Cure
Groupe de rock britannique formé en 1976.
http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Cure

Robert Charlebois
Né le 25 juin 1944 à Montréal.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Charlebois

Michel Côté
Né le 25 juin 1950 à Alma (Québec).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_C%C3%B4t%C3%A9

Marc-André Grondin
Né le 11 mars 1984 à Montréal.
César 2009 du meilleur espoir masculin pour son rôle dans Le Premier Jour du reste de ta vie...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marc-Andr%C3%A9_Grondin

Danielle Proulx
Née le 12 octobre 1952 à Montréal.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Danielle_Proulx

Pierre-Luc Brillant
Né le 29 janvier 1978 à Mont-Saint-Hilaire (Québec).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Luc_Brillant

Maxime Tremblay
Né le 15 juillet 1976.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maxime_Tremblay

Mariloup Wolfe
Née le 3 janvier 1978 à Montréal.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mariloup_Wolfe

Hélène Grégoire
http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9l%C3%A8ne_Gr%C3%A9goire_%28com%C3%A9dienne%29

Michel Laperrière
Né le 3 juin 1958.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Laperri%C3%A8re

Jean-Louis Roux
Né le 18 mai 1923 à Montréal.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Roux

extrait(s) de presse

Le Jdd - Un film largement à la hauteur de son titre : souvent fou dans sa forme et surprenant dans son ton.
Télérama - C'est le film d'un cinéaste qui aime les personnages hauts en couleur, les émotions vives, mais aussi les secrètes, et qui sait donner à chacun ses raisons, sans que sa générosité vire à la facilité. On appelle ça un don pour la comédie humaine.
àVoir-àLire - Malgré quelques fautes de goût, "C.R.A.Z.Y." est donc une réussite. La description d'une folie domestique ordinaire faite de sang, de salive, de sueur et de larmes, qu'il serait dommage de manquer.
Elle - On s'amuse beaucoup devant ce formidable film d'initiation plein de jeans moulants et de lunettes miroirs. Que demander de plus ?
Le Figaro - Une comédie tendre, pleine d'émotion sur le non-dit et l'incommunicabilité.
Paris match - Comme on le dit au Canada, ne flagossez pas, allez-y avec votre chum ou en gang sur votre bicycle à gaz ou dans vos chars, ce film, c'est l'fun !
Positif - L'adresse avec laquelle Vallée sait passer d'un ton à l'autre, la verve, l'invention dramatique, la maîtrise des acteurs, voilà de grandes qualités (...).
C'est comme ça - L’une de ces comédies qui mélangent le rire et l’amertume, dont les réalisateurs québécois ont le secret...