Gina - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Gina

Gina

Québec - 1975 - 1h35
hommage au cinéma québécois festival du film francophone Angoulême 2013
film - film francophone
de

Denys Arcand

scénario : Jacques Poulin, Denis Dostie
direction de la photographie : Alain Dostie
musique ou chansons : Benny Barbara, Michel Pagliaro, Gabriel Arcand
avec : Céline Lomez (Gina), Claude Blanchard (Bob Sauvageau), Frédérique Collin (Dolorès), Serge Thériault (l'assistant caméraman), Gabriel Arcand (le réalisateur), Louise Cuerrier (Carole Bédard), Paule Baillargeon (Rita John), Jean-Pierre Saulnier (Marcel Jobin), Roger Lebel (Léonard Chabot), Julien Lippé (Léger Carpentier)
séances : semaine du mercredi 21 août 2013
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
18:30

synopsis

Gina, danseuse de club appréciée et aimée de tous, est surprise en pleine nuit dans sa chambre de motel par un groupe de fêtards qui la moleste violemment. Elle décide de se venger des criminels qui l’ont agressée...

notes de production

Comme beaucoup d’autres cinéastes québécois, c’est dans le cinéma direct que Denys Arcand s’est d’abord signalé. Dans cette école de la prise directe du vécu dans sa réalité sociale concrète, il apprenait comment aller parmi le monde pour se perméabiliser aux problèmes réels et à leur compréhension, en même temps qu’il prenait douloureusement conscience de la situation des cinéastes engagés dans la collectivité. C’est de lui, rappelons-le, qu’est le film On est au coton, interdit par la haute direction de l’Onf et jamais diffusé officiellement ; c’est de lui également, le film Québec : Duplessis et après, qui ne fut distribué qu’après plusieurs modifications imposées, à commencer par le titre. La censure, lui il connaît ça !
http://agora.qc.ca/documents/gina_de_denys_arcand

En 1973, Arcand se décrivait : ethnographe désespéré, je me situe dans la lignée de Faulkner. Je ne peux pas m’empêcher de ressentir mais j’essaie de prendre le recul nécessaire à une appréciation aussi objective que possible des choses. Mais je ne suis pas sûr d’être pour toujours à l’abri du lyrisme.
La suite de l’œuvre a confirmé cet autoportrait, jusqu’à l’apparition du lyrisme dans Jésus de Montreal...
Images et loisirs

L’intrigue se déroule dans la cité de Louiseville en Mauricie dans un hiver typique des années 1970, très froid et neigeux. Film apprécié par la critique mais délaissé par le public, film populaire à la télévision. À noter l’indicatif musical disco-rock au début du film et clin d’œil à la radio/télévision québécoise de la décennie mi-70’.
Il y a un extrait du documentaire On est au coton pour établir le parallèle du milieu du textile.

Il s’agit du deuxième film de Denys Arcand dans lequel joue Céline Lomez car elle était également de la distribution de Réjeanne Padovani en 1973.
Il s’agit du second film de Claude Blanchard qui avait joué dans Mustang en 1974.
La chanson folklorique traditionnelle que l’on entend pendant la partie de billard est Le loup, le renard, le lièvre interprétée par Marthe Fleurant.

Gina est le premier long métrage de fiction où Arcand fait appel à des éléments autobiographiques, en l’occurrence l’expérience de son documentaire, On est au coton, que l’Onf avait refusé de sortir. Gina est un film dur, admirablement joué, fort bien dirigé par un metteur en scène dont on sent la poigne et le tempérament [...] Les conditions de travail dans les usines de textile, la vie des danseuses envoyées par leurs gérants aux quatre coins de la province, la censure qui s’exerce contre un cinéma qui veut dire les choses telles qu’elles sont : voilà ce que Arcand connaît, voilà ce qu’il raconte dans Gina.
Serge Dussault, 1975

Nouvel exemple de la vivacité d’un cinéma québécois trop méconnu en France malgré le cousinage ethnique qui unit les deux pays et les deux cultures, Gina est une étape importante pour tout un courant de réalisme social, illustré au Canada par Jutra ou Carle. Denys Arcand adopte toujours le mode de la fiction avec la même authenticité terrienne qui nous touche tant en Europe. Mais, pays des grands espaces, le Canada connaît aussi les réalités du capitalisme.
Gina est un regard percutant sur ces réalités, exposées non d’une façon théorique et abrupte mais dans leurs effets vécus, physiquement ressentis. Tout n’est que rapport de force, Gina femme-objet est traitée comme produit rentable, les ouvriers sont aussi des éléments de productivité. Sans céder au triomphalisme, Arcand montre la lente mais irréversible inversion des rôles, avec une amertume désespérée qui le conduit à ne considérer ce renversement des codes de la loi du plus fort que par une violence meurtrière. Il semble en effet ne pas croire aux solutions politiques dites démocratiques. Son film est un constat d’impuissance , réalisé avec justesse, avec une sensibilité profonde qui ne fait que renforcer l’aigreur du propos. C’est le constat de sa propre impuissance en tant que cinéaste documentariste. Ce reportage sur l’industrie textile n’est autre que la reconstitution de celui qu’il réalisa en 1969 On est au coton, et qui fut interdit (soit-disant pour déformation des propos d’un ouvrier) par l’organisme producteur lui-même, l’Office national du film (Onf), déguisé ici en Office national du cinéma. Loin des frustrations de fantasmes d’auteur, il s’agit de souligner que le cinéma outil de découverte des vérités sociales est fatalement objet des répressions patronales. Que l’on songe, en France, à Bernard Paul qui dut aller tourner les séquences d’usine de Beau masque en Yougoslavie. Arcand refuse même de considérer, comme par exemple Jean-Daniel Simon avec Il pleut toujours où c’est mouillé, l’intrusion des cinéastes dans l’univers ouvrier comme un élément embryonnaire de prise de conscience. Tout rentre dans l’ordre, d’où sa conception de l’irrémédiable nécessité d’un changement violent.

Gilles Colpart in La Saison cinématographique 1976

Après l’échec de Gina, Denys Arcand retourne au documentaire le temps de réaliser pour une centrale syndicale québécoise La Lutte des travailleurs d’hôpitaux (1975). Il fait ensuite le saut à la télévision. Il y scénarise une série sur l’ancien premier ministre du Québec Maurice Duplessis et réalise trois épisodes de la série télé Empire inc. Suivra un bref retour à l’Office national du film du Canada où il signe, trop tôt diront certains, un documentaire sur le référendum pour l’indépendance du Québec de 1980, période trouble, s’il en est une, pour le Québec. Le Confort et l’indifférence (1982) remportera le Prix de la critique québécoise...
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4236&artsuite=2

Gina est sorti en France le 9 juin 1976 assorti d’une interdiction aux moins de 18 ans.

Denys Arcand
Né le 25 juin 1941 à Deschambault.
L’œuvre de Denys Arcand est à l’image de la transformation du cinéma québécois...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Denys_Arcand

Jacques Poulin
Né le 23 septembre 1937 à Saint-Gédéon-de-Beauce.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Poulin

Alain Dostie
Né le 12 septembre 1943.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Dostie
http://cinemaquebecois.telequebec.tv/#/Artisans/185/Clips/185/Default.aspx

Michel Pagliaro
Né à Montréal le 9 novembre 1948.
A également collaboré avec Jacques Higelin...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Pagliaro

Gabriel Arcand
Né à Deschambault le 4 juin 1949.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_Arcand
http://lequebecunehistoiredefamille.com/stars/gabriel-arcand

Céline Lomez
Née Léger le 11 mai 1953 à Montréal.
http://www.udenap.org/groupe_de_pages_07/lomez_celine.htm

Claude Blanchard
Né 19 mai 1932 à Joliette au Québec, décédé le 20 août 2006 à Montréal.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Blanchard_%28acteur%29

Frédérique Collin
Née en 1944 à Montréal.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9rique_Collin
http://pilule.telequebec.tv/occurrence.aspx?id=963

Serge Thériault
Né le 23 avril 1948 à Québec.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Th%C3%A9riault

Paule Baillargeon
Née le 19 juillet 1945 à Rouyn-Noranda au Québec.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paule_Baillargeon

Jean-Pierre Saulnier
Né en 1939 à Montréal.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Saulnier

Roger Lebel
Né à Rivière-du-Loup le 5 juin 1923 et décédé le 18 juin 1994.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Lebel
http://emissions.ca/artisans/roger-lebel-2755.php

Julien Lippé
Né en 1904 et décédé le 9 août 1978.
http://www.lesgensducinema.com/biographie/Julien%20LIPPE.htm

extrait(s) de presse

Cinéweb - Denys Arcand utilise un style documentaire et ultra réaliste pendant une bonne partie de son film...
Luxweb - La grande réussite de "Gina", c'est d'être d'abord une exquise comédie populaire...
Culturellement vôtre ! - C’est un film jalon dans l’histoire du cinéma québécois et en ce sens, il mérite d’être vu.
Fantasia - Grand classique du cinéma québécois, "Gina" est un film baroque qui mélange adroitement les genres, les conventions et les revirements de situation...
Encyclopédie de l'Agora - Avec "Gina", Arcand raconte une histoire des plus passionnantes...
Telequebec - Avec Gina , œuvre de fiction, Denys Arcand jouait un vilain tour à la censure...