Rock the casbah - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Rock the casbah

Rock the casbah

Maroc - 2012 - 1h40
Compétition festival du film francophone Angoulême 2013
film - film francophone
de

Laïla Marrakchi

scénario : Laïla Marrakchi, Guy Meirson
direction de la photographie : Pierric Gantelmi d'Ille
musique ou chansons : Laurent Garnier
avec : Hiam Abbass (Aicha), Nadine Labaki (Miriam), Lubna Azabal (Kenza), Morjana Alaoui (Sofia), Omar Sharif (Moulay Hassan), Raouia (Yacout), Lyès Salem (Youssef)
séances : semaine du mercredi 21 août 2013
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
16:00
14:00*
13:00
séance spéciale :
* sam 14:00 salle Bunuel (espace Franquin)

synopsis

Sur trois jours comme la tradition musulmane le veut, la famille se réunit dans la maison du défunt pour se remémorer les souvenirs et partager la perte de cet être cher qu’est le père de famille. C’est l’été, il faut quitter les plages, les maillots de bains pour se vêtir de djellabas, réunir tout le monde et donner à la maison des allures de deuil... L’agitation est à son comble d’autant plus que cet homme n’a laissé derrière lui que des femmes. Tout va basculer avec l’arrivée de Sofia, la dernière des filles. Contre le gré de son père, elle a fait sa vie en Amérique, loin des siens. Elle est devenue actrice, mais n’interprète que des rôles de terroristes dans des séries américaines. Son retour pour l’enterrement de son père va être le moyen de régler ses comptes. Les secrets vont éclater et bouleverser les rapports familiaux ainsi que l’ordre établi depuis toujours par ce patriarche. Entre larmes et rires, une hystérie collective va mener chacune de ces filles à se révéler à elle-même...

notes de production

Le film était initialement prévu sous le titre Gnaza party.

Rock the casbah devait se tourner initialement à Casablanca, mais c’est à Tanger que le tournage s’est déroulé pour des raisons techniques. Au final, ce choix appuie le message de liberté que le film cherche à véhiculer, comme le précise l’actrice Lubna Azabal : le Tanger de la Belle Époque, cette mémoire d’un Maghreb insouciant, pas encore claustrophobe, quand Paul Bowles et les Rolling Stones y avaient posé leurs valises et que les femmes se promenaient en mini-jupes et fumaient dans la rue. On oublie trop souvent que cette période a existé.

La réalisatrice Laïla Marrakchi et l’actrice Morjana Alaoui sont cousines. Cette dernière a même démarré sa carrière dans Marock, le premier long-métrage de la cinéaste : le fait d’appartenir à la même famille est parfois un gros atout parce que l’on se connaît et que l’on se comprend mieux, précise la comédienne.

L’idée du film Rock the casbah est née suite à la mort de l’oncle de Laïla Marrakchi : j’ai vécu trois jours de funérailles très émouvants durant lesquels j’ai découvert les femmes de ma famille sous un autre jour. La comédienne Morjana Alaoui (Sofia) ajoute : petit à petit, le scénario a évolué. Il s’est dégagé de notre histoire familiale, il a pris son indépendance. J’ai commencé à considérer Sofia comme un vrai personnage et non plus comme la réplique de la femme que j’avais pu être.

Les actrices principales de Rock the casbah vivent aux Usa, en France, au Liban, et en Israël : depuis le début, je ne voulais pas m’enfermer dans un casting 100% marocain. L’idée d’un casting pan-arabe me permettait d’élargir mon sujet à l’ensemble du monde arabe, explique Laïla Marrakchi, en précisant que le film est une quête d’identité et qu’elle a voulu offrir à toutes ces femmes une identité commune.

Les actrices et la réalisatrice ont toutes vécu ensemble pendant le tournage du film : le fait de vivre en communauté durant plus d’un mois a beaucoup contribué à nous souder. Nous petit-déjeunions, déjeunions et dînions ensemble. Nous habitions au même endroit. C’est très précieux sur un tournage : on se sent en famille et la complicité qui se développe hors plateau se sent à l’écran, explique la comédienne Nadine Labaki.

Le tournage n’a duré que 33 jours, mais la précision et la volonté de Laïla Marrakchi ont permis de passer outre cette contrainte : je voulais revenir à ce cinéma qui m’avait fait rêver, jeune, quand il était possible de prendre le temps de faire de beaux plans, de proposer de longs plans séquences, de raconter une histoire, d’observer les personnages.

Les 4 personnages féminins du film constituent une référence au titre Four women de Nina Simone dans laquelle la chanteuse présente 4 femmes aux caractères différents. Sarah, qui souffre et prend sur elle-même, Saffronia, coincée entre deux mondes mais qui l’accepte, Sweet thing, qui mise tout sur son physique, et enfin Peaches, amère, qui se bat. C’est d’ailleurs la chanson Wild is the wind de Nina Simone qui devait à l’origine servir pour la scène d’introduction du film, avant que Rob ne compose la bo.

Après Marock qui pointait du doigt un conflit générationnel très marqué, Laïla Marrakchi dénonce ici la condition des femmes arabes et leurs tiraillements entre tradition et modernité. La mort du père de famille autour de laquelle les gens se rassemblent n’est pas anodine, comme le souligne la cinéaste, puisque ce décès symbolise la fin d’une époque.

Rock the casbah et ses non-dits renvoient au film Tetro de Francis Ford Coppola, dans lequel un homme part vivre en Argentine pour fuir sa famille, et plus précisément la tyrannie imposée par son père. Lorsque son frère le retrouve 10 ans plus tard, les langues se délient et la situation vole en éclats.
http://www.citebd.org/spip.php?film307

Nadine Labaki et Hiam Abbass (Miriam et Aicha) sont également réalisatrices et ont déjà traité des sujets similaires à ceux présents dans Rock the casbah : Caramel en 2007, qui est un hymne à la féminité mettant en scène cinq femmes libanaises dans un institut de beauté et Héritage en 2011 qui retrace l’implosion d’une famille palestinienne dont le père est dans le coma.
http://www.citebd.org/spip.php?film90
http://www.citebd.org/spip.php?film956

Rock the casbah de Laïla Marrakchi n’est pas à confondre avec Rock the casbah de Yariv Horowitz sorti début mai de la même année et qui se centre sur le conflit israélo-palestinien.
http://www.critikat.com/Rock-the-Casbah.html

Entretien avec Hiam Abass
Parlez-nous du tournage ?
Lors de ma rencontre avec Laïla Marrakchi, elle hésitait entre deux rôles qu’elle voulait me faire jouer. Deux personnages d’ailleurs très différents puisqu’il s’agissait en l’occurrence de celui de la mère et de celui de la sœur aînée. Au départ, j’avoue que je n’étais pas sûre de vouloir m’engager, car ce sont des rôles que j’ai déjà joués dans d’autres films. Finalement, que j’ai accepté car au fil des discussions, j’ai réalisé que le personnage de cette femme était très fort. Il faut dire que bien qu’elle sache exactement ce qu’elle veut, Laïla Marrakchi n’hésite pas à faire participer les acteurs dans la construction du film...
http://www.le360.ma/fr/culture/confidences-de-hiam-abass-lh%C3%A9ro%C3%AFne-de-rock-the-casbah-1554

Laïla Marrakchi
Née à Casablanca le 10 décembre 1975.
http://fr.wikipedia.org/wiki/La%C3%AFla_Marrakchi
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/308766/laila-marrakchi
http://www.africultures.com/php/?nav=personne&no=3634

Pierric Gantelmi d’Ille
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/316156/pierric-gantelmi-d-ille
http://www.filmsdocumentaires.com/auteurs/434-pierric-gantelmi-d-ille
http://www.cinemotions.com/Pierric-Gantelmi-d-Ille-nm110717

Laurent Garnier
Né le 1er février 1966 à Boulogne-Billancourt.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Garnier

Hiam Abbass
voir la fiche du film Héritage
http://www.citebd.org/spip.php?film956

Nadine Labaki
Née le 18 février 1974 à Beyrouth.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nadine_Labaki

Lubna Azabal
voir la fiche du film Incendies
http://www.citebd.org/spip.php?film540

Morjana Alaoui
Née en 1982 à Casablanca.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Morjana_Alaoui

Omar Sharif
Né Omar El-Sharif (arabe عمر الشريف) le 10 avril 1932 à Alexandrie.
Débute au cinéma avec son compatriote le cinéaste Youssef Chahine...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Omar_Sharif

Lyès Salem
Né en 1973 à Alger.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lyes_Salem

extrait(s) de presse

Dimabladna - Entre larmes et rires, une hystérie collective va mener chacune de ces filles à se révéler à elle-même.