suzanne - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > suzanne

suzanne

France - 2012 - 1h34
Semaine de la critique Cannes 2013 - Valois de la meilleure actrice (Sara Forestier) festival du film francophone Angoulême 2013 - meilleure actrice (Sara Forestier) et meilleur acteur dans un second rôle (François Damiens) Thessalonique 2013
film - film francophone
de

Katell Quillévéré

scénario : Katell Quillévéré, Mariette Désert
direction de la photographie : Tom Harari
musique ou chansons : Verity Susman
avec : Sara Forestier (Suzanne), Adèle Haenel (Maria), François Damiens (Nicolas), Paul Hamy (Julien), Anne Le Ny (Mme Danvers), Corinne Masiero (Eliane), Lola Dueñas (Irene), Karim Leklou (Vincent)
séances : semaine du mercredi 21 août 2013
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
14:00*
13:00
20:00
séance spéciale :
* ven 14:00 salle Bunuel (espace Franquin) dim 13:00 en présence de l'équipe du film lun 20:00 en présence de l'équipe du film, salle Bunuel (espace Franquin)
séances : semaine du mercredi 18 décembre 2013
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
18:30
20:30
18:30
20:30
18:30
20:30
16:00
18:30
20:30
11:00
16:30
18:30
20:30
18:30
20:30
16:00
18:30
séances : semaine du mercredi 25 décembre 2013
mercredi 25 jeudi 26 vendredi 27 samedi 28 dimanche 29 lundi 30 mardi 31
14:00
18:45
16:00
20:30
14:00
18:45
16:30
20:30
18:45
14:00
séances : semaine du mercredi 1er janvier 2014
mercredi 1er jeudi 2 vendredi 3 samedi 4 dimanche 5 lundi 6 mardi 7
14:00
16:00
14:00
16:30
14:00

synopsis

Suzanne et Maria sont fusionnelles, elles vivent une enfance heureuse malgré l’absence de leur mère, décédée quand elles étaient encore toutes petites filles. Nicolas, leur père mène tant bien que mal la barque, à la fois aimant et maladroit, jusqu’au jour où Suzanne tombe enceinte. Arrive le petit Charly, la famille s’est agrandie. Les années passent, Suzanne rencontre Julien, un garçon un peu voyou, ils tombent éperdument amoureux... Elle partira avec lui, abandonnant tout derrière elle...

notes de production

Suzanne marque la deuxième collaboration entre Frank Beauvais et Katell Quillévéré en cette année 2013. Avant que la réalisatrice ne sollicite son homologue pour jouer Etienne, elle avait travaillé avec lui à l’occasion de Vandal (1) d’Hélier Cisterne. Quillévéré était en charge du scénario quand Beauvais officiait comme consultant musical.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film1148

Le tournage de Suzanne n’a pas été une sinécure pour Sara Forestier. L’actrice césarisée pour son rôle dans Le Nom des gens (2) a avoué avoir été mal dans sa peau sur le plateau, parce qu’elle est allée chercher de nombreuses peines au fond d’elle-même pour incarner Suzanne. Le fait d’abandonner son personnage à la fin du tournage a été vécu comme une libération par la jeune femme.
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film455

L’idée de mettre en scène Suzanne est née dans les lectures de Katell Quillévéré. Quand mon compagnon lisait beaucoup de livres sur les ennemis publics français comme Mesrine, Besse, Vaujour, il m’a offert les autobiographies de leurs compagnes. J’étais fascinée par l’attitude de ces femmes à la fois extrêmement courageuses mais aussi dans une soumission presque suicidaire à leurs hommes, confesse la réalisatrice.

Le principe même du film repose sur une série d’ellipses suggérant les évènements sans les montrer. Katell Quillévéré trouvait que ce procédé permettait une plus grande tension et une implication supérieure des spectateurs. Je trouvais plus cinématographique de montrer cette adolescente devenue mère en une coupe. La brutalité d’une ellipse peut exprimer, mieux que tout, le bouleversement provoqué par un événement (…) Tout le monde peut se représenter ce que cela implique d’avoir un enfant à dix-sept ans. Assez vite, on s’est dit aussi qu’on ne filmerait pas la cavale des amoureux, c’était trop attendu, déjà beaucoup vu au cinéma. À ce moment-là de l’histoire, il est plus intéressant d’être du côté de ceux qui restent, de travailler le personnage de Suzanne par le négatif, détaille la cinéaste.

Sara Forestier s’est mise dans un état émotionnel extrême pour incarner Suzanne. Katell Quillévéré l’a bien remarqué. A tel point que la réalisatrice s’est dite impressionnée par la faculté d’interprétation de sa comédienne : c’est une actrice incroyable, d’une intensité rare, capable d’endosser des situations de jeu très violentes. Et en même temps, elle est très lumineuse, ce qui était un atout énorme pour le personnage, car je savais que le film était potentiellement très sombre (…) Pendant le tournage j’étais fascinée par la maturité émotionnelle de cette jeune femme de 25 ans. Elle pouvait tout exprimer, la violence de la passion amoureuse, la douleur du deuil, les joies de la maternité, comme si elle avait déjà eu cent vies, rapporte Quillévéré.

Le film se déroulant sur 25 ans, un soin particulier a été accordé au vieillissement des personnages. Ainsi, la transformation de François Damiens prenait près de 2h30 rien que pour son visage tous les jours afin de le rendre crédible.

Pour réaliser Suzanne, Katell Quilévéré s’est directement inspirée d’un film japonais intitulé Il était un père (3) de Yasujirō Ozu sorti en 1942 au Japon mais découvert en 2005 en France. Dans ce film, le réalisateur japonais raconte l’histoire, avec des ellipses, entre un père et un fils (un père et une fille dans Suzanne) sur une période de 20 ans (25 dans Suzanne).
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film793

Pour les besoins du scénario, Katell Quillévéré et son équipe ont tourné dans une prison pour hommes dans le sud de la France (une scène devant se dérouler dans une prison pour femmes). De fait, une vingtaine de figurantes ont été introduites dans le pénitencier pour réaliser le tournage. Cette présence féminine n’a pas manqué d’émoustiller les pensionnaires du lieu qui ont suivi avec attention la scène.

C’est en hommage à Leonard Cohen (4) que Katell Quilévéré a écrit Suzanne. C’est d’ailleurs en rentrant de l’un de ses concerts qu’elle a trouvé l’envie de recommencer à écrire.
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Suzanne_%28chanson%29

Entretien avec Katell Quillévére
Comment est né le personnage de Suzanne ?
Quand mon compagnon lisait beaucoup de livres sur les ennemis publics français comme Mesrine, Besse, Vaujour, il m’a offert les autobiographies de leurs compagnes. J’étais fascinée par l’attitude de ces femmes à la fois extrêmement courageuses mais aussi dans une soumission presque suicidaire à leurs hommes. Dans leur livre, elles consacrent toujours le premier chapitre à leur enfance et leur adolescence pour y chercher, sans vraiment les trouver, des événements qui donneraient du sens à leur parcours, expliqueraient cette rencontre amoureuse déterminante. Pourquoi tombent-elles tout d’un coup sur cet homme-là, s’y enchaînent et se révèlent capables d’introduire des explosifs dans une prison ou d’apprendre à conduire un hélicoptère pour le faire évader ? Leur trajectoire pose la question du destin et du hasard. Parallèlement, j’ai toujours beaucoup aimé la forme américaine des biopics comme Bird, En route pour la gloire, Nashville lady (1)... Dans ma tête a alors commencé à germer l’idée de construire le biopic d’une inconnue qui s’enchaîne à un amour, au point de tout abandonner pour lui...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/suzanne,262867
(1) Bird réalisé par Clint Eastwood (1988)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bird_%28film%29
Bound for glory réalisé par Hal Ashby (1976)
https://fr.wikipedia.org/wiki/En_route_pour_la_gloire
Coal miner’s daughter réalisé par Michael Apted (1980)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nashville_Lady

Katell Quillévéré
Née le 30 janvier 1980 à Abidjan.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Katell_Quill%C3%A9v%C3%A9r%C3%A9
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/334988/katell-quillevere
http://www.quinzaine-realisateurs.com/katell-quillevere-r10042.html

Mariette Désert
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/340576/mariette-desert
http://dvdtoile.com/Filmographie.php?id=121345

Tom Harari
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/334989/tom-harari
http://www.commeaucinema.com/personne/tom-harari,115128

Verity Susman
https://www.facebook.com/events/543735505647333/

Sara Forestier
voir fiche du film Le Nom des gens
http://www.citebd.org/spip.php?film455

Adèle Haenel
voir fiche du film Alyah
http://www.citebd.org/spip.php?film926

François Damiens
voir fiche du film Tango libre
http://www.citebd.org/spip.php?film952

Paul Hamy
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=606623.html

Anne Le Ny
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Le_Ny
voir aussi fiche du film La Guerre est déclarée
http://www.citebd.org/spip.php?film656

Corinne Masiero
voir fiche du film De rouille et d’os
http://www.citebd.org/spip.php?film963

Lola Dueñas
Née le 6 octobre 1971 à Madrid.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lola_Due%C3%B1as

Karim Leklou
http://fr.wikipedia.org/wiki/Karim_Leklou

extrait(s) de presse

Télérama - "Toute vie est un processus de démolition" écrivait le jeune Fitzgerald. Suzanne l'a bien entendu. Et la beauté du film de Katell Quillévéré est de montrer aussi bien la vie que le désastre...
Libération - La Française Katell Quillévéré a écrit une œuvre naturaliste et romanesque, marquée par des rôles féminins sidérants...
Cinématraque - "Suzanne" est donc un drame, un vrai, mais il ne tombe jamais dans l’écueil du pathos car il ne recherche pas la tension dramatique...
Courte-focale - La jeune cinéaste peut déclarer sans être ridicule ni prétentieuse vouloir faire le grand écart entre Maurice Pialat et Douglas Sirk...
Le Nouvel obs - La cinéaste a choisi lors d'essais Sara Forestier qui l'avait marquée dans "L'Esquive" et "Le nom des gens"...
Ciné show - C’est vraiment brillant pour un second film, réellement abouti et épuré de toute fioriture pouvant nuire au propos...