Hannah Arendt - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Hannah Arendt

Hannah Arendt

Allemagne, France - 2012 - 1h53
Avant-première Toronto 2012 Prix du jury et du public Pessac 2012
film - version originale sous-titrée en français
de

Margarethe Von Trotta

scénario : Pamela Katz, Margarethe Von Trotta
d'après l'oeuvre de :
direction de la photographie : Caroline Champetier
musique ou chansons : André Mergenthaler
avec : Barbara Sukowa (Hannah Arendt), Axel Milberg (Heinrich Blücher), Janet McTeer (Mary McCarthy), Julia Jentsch (Lotte Köhler), Ulrich Noethen (Hans Jonas), Michael Degen (Kurt Blumenfeld), Victoria Trauttmansdorff (Charlotte Beradt), Klaus Pohl (Martin Heidegger)
séances : semaine du mercredi 24 juillet 2013
mercredi 24 jeudi 25 vendredi 26 samedi 27 dimanche 28 lundi 29 mardi 30
21:25
21:25
16:15
21:25

synopsis

1961 : la philosophe juive allemande Hannah Arendt est envoyée à Jérusalem par le New Yorker pour couvrir le procès d’Adolf Eichmann, responsable de la déportation de millions de juifs. Les articles qu’elle publie et sa théorie de “La banalité du mal” déclenchent une controverse sans précédent. Son obstination et l’exigence de sa pensée se heurtent à l’incompréhension de ses proches et provoquent son isolement...

notes de production

C’est Le Septième sceau de Ingmar Bergman qui m’a donné envie de faire des films, parce que c’était une œuvre très complète.
Margarethe Von Trotta
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hannah_Arendt_%28film%29

Hannah Arendt, née en 1906 et décédée en 1975, était une philosophe juive allemande, qui a notamment eu pour professeurs Edmund Husserl et Martin Heidegger. Suite aux événements du début des années 1940, elle a émigré vers les États-Unis. Sa pensée philosophique se décline autour de problématiques telles que la révolution, le totalitarisme, la culture ou la modernité, éléments qui régissent le fonctionnement en société. Elle est notamment connue pour son étude sur ce qu’elle a elle-même qualifié de banalité du mal, concept qui ressort de son rapport sur le procès du criminel de guerre nazi Adolf Eichmann. Le procès, qui s’est déroulé en 1961, est par ailleurs le moment sur lequel se focalise le film : le film se concentre sur les quatre années tumultueuses pendant lesquelles les vies d’Hannah Arendt et d’Adolf Eichmann se sont croisées, l’impact historique et les répercussions émotionnelles de cette expérience, précise la réalisatrice Margarethe Von Trotta.

La banalité du mal est un concept inventé et développé par Hannah Arendt dans le rapport qu’elle a réalisé à partir du procès Eichmann, auquel elle a assisté en 1961 à Jérusalem. Cette notion, à l’époque, a créé la polémique, certains analystes l’ayant interprétée comme une justification des atrocités commises par l’officier nazi. Or, ce que la philosophe a voulu exprimer par cette idée, c’est que Eichmann était un homme terriblement banal, qui a commis toutes ces atrocités par devoir et obéissance envers le régime nazi, sans se poser de questions. En rien, cette approche ne cherche à excuser l’abomination de ces actes : chercher à comprendre ne signifie par pardonner (cf. Hannah Arendt dans le film).

L’un des enjeux notables du film Hannah Arendt tient du fait que sa protagoniste, la célèbre philosophe, se caractérise par quelque chose d’insaisissable à l’image : la pensée. Je voulais me confronter aux problématiques liées à la réalisation d’un film sur une philosophe. Comment regarder, filmer une femme dont l’activité principale est la pensée ?, indique Margarethe Von Trotta.

Avec son film, Margarethe Von Trotta a cherché à s’intéresser à la personnalité d’Hannah Arendt en tant que philosophe en accord permanent avec ses opinions, mais pas seulement. Elle explique : je voulais également essayer de découvrir la femme qui se cachait derrière cette grande philosophe indépendante. En tant que juive, elle a dû quitter l’Allemagne, et c’est ainsi que son histoire rejoint un thème récurrent dans mes films : comment une personne réagit-elle face à des évènements historiques et sociaux sur lesquels elle n’a aucune influence ou maîtrise ?

La réalisatrice, afin de s’immerger au mieux dans l’univers de la philosophe, a lu ses ouvrages et ses correspondances. Elle a également rencontré de nombreuses personnes l’ayant côtoyée, et recueilli leurs témoignages respectifs.

Heidegger était le premier amour d’Hannah et elle est restée en contact avec lui malgré son adhésion au parti Nazi, raconte Margarethe Von Trotta. La cinéaste a décidé de faire allusion à cette histoire d’amour par le biais de flashbacks.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Heidegger_et_le_nazisme

Heinrich Blücher est, si l’on excepte son premier amour Martin Heidegger, l’homme de la vie d’Hannah Arendt. Ils se sont rencontrés à Paris, et ont ensuite fui le régime nazi, à travers l’Europe puis à New York. Ils se sont mariés assez rapidement et ont vécu ensemble pendant près de 35 ans, jusqu’au décès de Blücher.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Heinrich_Bl%C3%BCcher

Alors qu’elle était attaquée pour son rapport sur le procès Eichmann, Hannah Arendt a reçu un soutien très appuyé de la féministe et écrivain américaine Mary McCarthy, interprétée par Janet McTeer. Cette dernière était elle-même l’objet de beaucoup de jugements négatifs à propos de sa nouvelle Le Groupe parue en 1963. La correspondance entre les deux femmes a par ailleurs été publiée. A la mort d’Hannah Arendt, en 1975, c’est son amie qui a terminé son dernier ouvrage inachevé La vie de l’Esprit.

Sans être pour autant féministe, l’équipe du film est en majeure partie composée de femmes : la réalisatrice Margarethe Von Trotta, d’une part, mais aussi sa co-scénariste Pamela Katz, ainsi que la directrice de la photographie Caroline Champetier, la chef-monteuse Bettina Böhler et la productrice Bettina Brokemper.

Hannah Arendt marque la quatrième collaboration au cinéma entre la réalisatrice Margarethe Von Trotta et l’actrice Barbara Sukowa. Auparavant, la première a dirigé la seconde sur trois films : Les Années de plomb en 1981, Rosa Luxemburg en 1986, et Vision – Aus dem Leben der Hildegard von Bingen en 2009. Égérie du Nouveau cinéma allemand, Barbara Sukowa a également travaillé avec Rainer Werner Fassbinder et Volker Schlöndorff, deux chefs de file du courant.

Le film Hannah Arendt a été présenté parmi la sélection officielle du Festival International du Film de Toronto. De plus, le long métrage a remporté plusieurs prix au Festival du film d’Histoire de Pessac.

De l’avis de la réalisatrice, on ne peut montrer la vraie banalité du mal qu’en observant le vrai Eichmann. Un acteur ne peut que déformer l’image. Aussi, cette dernière a-t-elle décidé d’utiliser les images d’archives, en noir et blanc, lorsqu’il s’agit de le représenter. Ces images proviennent du procès qui s’est déroulé à Jérusalem en 1961. A noter qu’après Nuremberg, en 1945-46, le procès d’Adolf Eichmann est le second grand procès au cours duquel la présence de caméras a été autorisée. Pour intégrer les images d’archives au récit, Margarethe Von Trotta a choisi de filmer les scènes de la salle d’audience depuis la salle de presse où elles étaient retransmises, et où il semblait crédible que se trouve Hannah Arendt, qui était une grande fumeuse. Pour l’unique séquence qui se déroule dans la salle d’audience, l’acteur qui incarne Eichmann n’est montré que de dos.

Hannah Arendt
Née Johanna Arendt à Hanovre le 14 octobre 1906, décédée le 4 décembre 1975 à New York...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hannah_Arendt

Margarethe Von Trotta
Née le 21 février 1942 à Berlin.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Margarethe_von_Trotta

Pamela Katz
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=188058.html

Caroline Champetier
voir fiche du film Holy motors
http://www.citebd.org/spip.php?film852

Barbara Sukowa
Née le 2 février 1950 à Brême.
Célèbre pour avoir été l’une des égéries de la Nouvelle Vague allemande dans les années 1980...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Barbara_Sukowa

Axel Milberg
http://www.programme-tv.net/biographie/19201-milberg-axel/cv/

Janet McTeer
Née le 8 mai 1961 à Newcastle upon Tyne (Yorkshire).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Janet_McTeer

Julia Jentsch
Née à Berlin le 20 février 1978.
Devient célèbre grâce à son rôle dans le film The Edukators...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Julia_Jentsch

Ulrich Noethen
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-3165/filmographie/

Michael Degen
http://www.cinemotions.com/Michael-Degen-nm5305

Victoria Trauttmansdorff
http://www.cinemotions.com/Victoria-Trauttmansdorff-nm255275

Klaus Pohl
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-9101/filmographie/

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Un excellent film d’histoire, porté par un scénario en tout point remarquable.
La Croix - Il faut se réjouir qu'une aussi belle leçon de philosophie soit portée à l'écran.
Le Monde - Privilégiant le portrait sur la biographie, c'est à travers les multiples regards (...) qui se posent sur la célèbre philosophe que la réalisatrice restitue la personnalité fascinante d'Hannah Arendt.
Le Parisien - Ce film, tenu d'un bout à l'autre par la personnalité de l'actrice allemande Barbara Sukowa (...), est ambitieux et courageux.
Le Nouvel obs - (...) Margarethe von Trotta réalise une prouesse. Elle reconstitue avec beaucoup de justesse la stupeur éprouvée par Arendt face au bureaucrate nazi (...). Et l’on comprend alors, en images, que penser librement est l’un des plus beaux risques que puisse prendre l’être humain.
Positif - Von Trotta cerne son sujet au plus près, ne dévie pas de sa ligne qui est de rendre compte du débat philosophique et politique, n'hésitant pas à laisser s'exprimer ceux qui s'opposent à ses idées, dont son vieil ami Hans Jonas, penseur israélien et sioniste.
Télérama - Von Trotta continue, avec force, à ouvrir les yeux des Allemands sur leur lourd passé.
Marianne - Le film prend le risque, (...), de montrer une pensée en train de se faire. L'actrice Barbara Sukowa tient le pari avec une force renversante.