12 ans d’âge - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > 12 ans d’âge

12 ans d’âge

France - 2012 - 1h25
film - film francophone
de

Frédéric Proust

scénario : Frédéric Proust
direction de la photographie : Denis Gaubert
musique ou chansons : Laurent Petitgand
avec : François Berléand (Charles), Patrick Chesnais (Pierrot), Anne Consigny (Dany), Florence Thomassin (Cathy), Elise Lhomeau (Manon), Aymen Saïdi (Ahmed)
séances : semaine du mercredi 26 juin 2013
mercredi 26 jeudi 27 vendredi 28 samedi 29 dimanche 30 lundi 1er mardi 2
16:00
18:00
20:15
21:40
18:00
20:15
21:40
18:00
19:45
14:00
18:00
20:15
21:40
16:30
18:15
14:00
16:30
18:00
14:00
séances : semaine du mercredi 3 juillet 2013
mercredi 3 jeudi 4 vendredi 5 samedi 6 dimanche 7 lundi 8 mardi 9
14:00
16:00
14:00
16:00
14:00
16:00
14:00
16:00
19:00
14:00
16:00
14:00
16:00
séances : semaine du mercredi 10 juillet 2013
mercredi 10 jeudi 11 vendredi 12 samedi 13 dimanche 14 lundi 15 mardi 16
16:00
19:45
14:00
18:00
16:00
19:45
14:00
18:00
16:45
16:00
19:45
14:00
18:00

synopsis

Charles et Pierrot sont inséparables. Le jour où Charles part en pré-retraite, c’est le bonheur ! Ils vont pouvoir passer encore plus de temps ensemble. Leur devise est claire : "profiter de la vie et rire de tout". Leur imagination débordante va remplir leurs journées sous le regard tendre et parfois inquiet des femmes de leur vie…

notes de production

12 ans d’âge marque les débuts de Frédéric Proust en tant que réalisateur. Il a été longtemps scénariste, notamment pour Canal +. Il a écrit pour la série H aux côtés de Bruno Nicolini, plus connu sous le nom de Bénabar, aussi passé au cinéma en 2008 avec Incognito.

Dans 12 ans d’âge, François Berléand est amené à courir à plusieurs reprises. Un rôle physique qui lui a permis de réaliser qu’il n’était pas en aussi bonne forme qu’il le pensait : je me souviens d’un épisode de Pardaillan que j’ai tourné pour la télévision avec Guillaume Canet et Jean-Luc Bideau. C’était un téléfilm de cape et d’épée et on faisait les combats nous-mêmes avec des épées de cinéma, qui pesaient leur poids tout de même. J’ai fait pas mal de sport, mais aujourd’hui, j’ai vieilli et j’ai pris du poids, ce n’était donc pas si simple ! Du coup, j’ai fait un régime suite à ce film !

Dans le film de Frédéric Proust, Charles et Pierrot ont décidé d’agir comme des adolescents. Et pour eux, cela veut dire braquer une banque. Patrick Chesnais reconnaît avoir lui aussi eu une telle ambition à l’âge de quinze ans : on avait décidé avec un copain de faire un hold-up. On avait échafaudé un plan et je m’étais fait à cette idée ! C’était un jeu et une forme de transgression de l’ordre établi. On ne l’a jamais fait, mais si l’on avait été moins cadré, on serait peut-être passé à l’acte.

Dans le cadre de la polémique déclenchée par le producteur Vincent Maraval sur les salaires des acteurs, François Berléand s’est exprimé sur ses propres revenus. Considéré comme l’un des comédiens français les plus populaires, il a révélé dans Le Parisien avoir pris 45 000 euros pour le long-métrage de Frédéric Proust, ce dernier disposant d’un petit budget. Pour Les Choristes, film ayant fait plus de huit millions d’entrées, il aurait reçu 100 000 euros.

C’est le 4ème film que Patrick Chesnais tourne avec Anne Consigny. Ils ont déjà joué ensemble dans Le Scaphandre et le papillon, On va s’aimer et Je ne suis pas là pour être aimé.

12 ans d’âge est l’occasion pour François Berléand et Patrick Chesnais de se retrouver au cinéma. Les amis de longue date ont joué de nombreuses fois ensemble au théâtre et ont partagé l’affiche de L’Homme de ma vie et du téléfilm Vieilles canailles (dans lequel ils forment un trio avec Claude Brasseur).

En 1999, Frédéric Proust a joué dans le premier film d’Hélène Angel, Peau d’homme, cœur bête. C’est pendant ce tournage qu’il a fait la connaissance d’Hélène Cases qui produit aujourd’hui 12 ans d’âge.

Bien que François Berléand ait joué dans de nombreux films et pièces de théâtre, on l’a rarement vu dans un rôle qui demande de produire autant d’émotion que dans 12 ans d’âge : la scène où je pleure est une scène très pudique. C’est drôle, parce que la première fois où j’ai tenu une femme dans mes bras dans une scène d’amour au cinéma, c’était dans La Fille coupée en deux de Claude Chabrol. J’avais plus de 50 ans ! Et je ne savais pas comment m’y prendre, j’étais très mal à l’aise. Là, c’était pareil ou presque. Ce n’était pas difficile de trouver l’émotion, mais c’était assez nouveau pour moi qui suis rarement dans ce registre sur scène ou au cinéma.

Frédéric Proust admet être un grand amateur des comédies italiennes. Il s’en est d’ailleurs inspiré pour 12 ans d’âge : je crois que je les ai toutes revues pour ce film : Le Fanfaron, Les Monstres, etc. Ce qui m’intéresse dans ces films-là, c’est qu’il y a une gaieté permanente, contrebalancée en permanence par une grande mélancolie. C’est quelque chose qui me touche beaucoup. Un goût que le réalisateur partage avec Patrick Chesnais : moi qui suis un nostalgique de la comédie italienne, ça m’a fait penser au charme, à la folie qu’elle portait en elle. Ce scénario m’évoquait Mes chers amis de Mario Monicelli. Toute cette richesse de la comédie italienne qui n’est plus m’était proposée dans un scénario français, c’était très excitant.

Avant de se lancer dans la réalisation, Frédéric Proust a été acteur et scénariste. Il a travaillé avec le duo Kad Merad et Olivier Baroux (Un ticket pour l’espace, Safari) ainsi qu’avec Pef, ancien Robin des bois (King Guillaume, Essaye-moi). Il a donc avant tout de l’expérience dans la comédie. Pour 12 ans d’âge, il a voulu relier son désir de faire rire et son amour du cinéma indépendant.

Etre acteur, ce n’est pas aller dans les écoles d’art dramatique, c’est s’immerger dans la vie, regarder les autres, vivre avec eux, avoir des expériences sociales et terriennes nombreuses, et savoir s’en servir. Alors le problème que rencontre mon personnage avec le sentiment amoureux, sa pudeur, son incapacité à déclarer son amour, je l’ai connu et retenu, je suis en terrain familier. J’ai plus ou moins vécu cela, je l’avais mis dans un coin de ma mémoire sensorielle et l’ai restitué en jouant.

Frédéric Proust
Né le 14 janvier 1963 à Niort.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Proust
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/319389/frederic-proust

Denis Gaubert
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/320670/denis-gaubert

Laurent Petitgand
Né le 28 septembre 1959 à Laxou (agglomération de Nancy).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Petitgand

François Berléand
Né le 22 avril 1952 à Paris.
Obtient son grand premier rôle dans Mon idole de Guillaume Canet...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Berl%C3%A9and

Patrick Chesnais
Né le 18 mars 1946 à La Garenne-Colombes.
Fait ses débuts devant la caméra de Jacques Rozier dans Les Naufragés de l’île de la Tortue (1976)...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Chesnais

Anne Consigny
Née le 25 mai 1963 à Alençon.
Commence au théâtre à neuf ans dans une pièce de Jean-Louis Barrault aux côtés de Geneviève Page...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Consigny

Florence Thomassin
Née le 24 juin 1966 à Paris.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Florence_Thomassin

Elise Lhomeau
Née le 1er janvier 1990.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Elise_Lhomeau

Aymen Saïdi
Né en 1987.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aymen_Sa%C3%AFdi

extrait(s) de presse

Fiches du cinéma - La vie des retraités, sujet dans l'air du temps, est traitée et interprétée avec une finesse de si bon aloi qu'elle mène à une fort jolie réussite.
Le Jdd - Le film démarre sur une hilarante scène de pot de départ (...).
L'Express - Le film est sympathique et souriant.