Polluting paradise - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Polluting paradise

Polluting paradise

Der Müll im garten eden
Allemagne, Turquie - 2012 - 1h38
documentaire - version originale sous-titrée en français
de

Fatih Akin

scénario : Fatih Akin
direction de la photographie : Hervé Dieu
musique ou chansons : Alexander Hacke
séances : semaine du mercredi 29 mai 2013
mercredi 29 jeudi 30 vendredi 31 samedi 1er dimanche 2 lundi 3 mardi 4
16:00
19:50
19:50
19:50
16:00
19:50
18:45
19:50
19:50
séances : semaine du mercredi 5 juin 2013
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
16:00
18:00
18:00
18:00
18:00
18:00
18:00

synopsis

En 2006, Fatih Akin tourne la scène finale de son film "De l’autre côté" à Çamburnu, village natal de ses grands-parents au nord-est de la Turquie, où les habitants vivent depuis des générations de la pêche et de la culture du thé, au plus près de la nature. Il entend alors parler d’une catastrophe écologique qui menace le village : un projet de décharge construit dans un mépris total de l’environnement et contre lequel s’élèvent le maire et les habitants. Il décide de lutter par ses propres moyens. Pendant plus de cinq ans, il filme le combat du petit village contre les puissantes institutions et témoigne des catastrophes inéluctables qui frappent le paradis perdu : l’air est infecté, la nappe phréatique contaminée, des nuées d’oiseaux et des chiens errants assiègent le village. Pourtant, chaque jour, des tonnes d’ordures sont encore apportées à la décharge…. "Polluting Paradise" est à la fois un portrait remarquable de la population turque des campagnes, et un émouvant plaidoyer pour le courage civique.

notes de production

Fatih Akin a filmé Polluting paradise sur une durée de cinq ans, de 2007 à 2012, sans savoir jusqu’où le tournage le mènerait véritablement ni quelle forme prendrait le film : c’était le point dangereux du projet, se souvient le réalisateur, en poursuivant : la décharge a été construite et cela aurait pu être la fin du film. Ce serait alors devenu une tragédie sur un village qui a tenté sans succès d’empêcher la construction d’une décharge. J’ai donc continué toutes ces années sans connaître le résultat final.

Fatih Akin s’est constamment senti pris en tenaille durant le tournage de Polluting paradise, entre l’espoir d’une issue heureuse aux problèmes du village et le besoin de matière pour son film : c’est une forme d’ambivalence perverse, déclare-t-il. On est confronté à une question morale : qu’est-ce que j’attends ? Mais entre-temps, toutes les catastrophes qui avaient été annoncées et qui ont fait mon film se sont produites, regrette-t-il.

Il était d’abord question que Fatih Akin apparaisse comme protagoniste dans Polluting paradise, avant que le réalisateur ne se ravise et choisisse de s’effacer totalement pour mieux mettre en valeur les villageois de Çamburnu : dans un premier temps, j’ai pensé que je ferais partie du film et en serais un des protagonistes comme Alexander Hacke l’était dans Crossing the bridge. Mais très vite, il était clair que cela détournerait l’attention du vrai sujet. Les gens du village sont les vrais protagonistes.

Le tournage étant particulièrement long et Fatih Akin ne pouvant pas toujours dépêcher une équipe en Turquie, c’est Bünyamin Seyrekbasan qui s’est occupé des prises de vue en urgence sous la direction du réalisateur, resté à Hambourg : nous avons très vite compris qu’il fallait toujours être tout de suite sur place dès que quelque chose survenait. Le photographe du village, qui avait dès leurs débuts couvert les protestations, a été comme un don du ciel pour nous, confie-t-il, en continuant : on lui a rapidement appris à se servir d’une caméra et on l’a envoyé filmer. J’ai donné la plupart de mes instructions de réalisation par téléphone. (...) Au fil du temps il a tellement progressé que ses prises s’articulaient parfaitement avec celles de mon chef opérateur de longue date.

Le tournage de Polluting paradise et son sujet sensible ont occasionné quelques conflits, notamment entre l’équipe technique et les responsables de la décharge, et parfois impliquant Fatih Akin lui-même. C’est allé très loin et j’ai failli me battre une fois avec des conducteurs de camions, raconte le réalisateur. Un jour, j’ai demandé une autorisation de tournage à l’intérieur de la décharge car je n’avais jusqu’alors filmé que l’extérieur. On m’a conseillé de ne montrer que le point de vue des villageois, mais il était clair pour moi que le film serait plus complexe et raconterait davantage de choses sur la Turquie si la partie adverse avait également droit à la parole.

Fatih Akin a choisi des collaborateurs qu’il connaît bien pour travailler sur ce projet personnel : son chef monteur de longue date Andrew Bird ainsi qu’Alexander Hacke (Head on, Crossing the bridge) se sont de nouveau joints au réalisateur pour Polluting paradise.

La première mondiale de Polluting paradise a eu lieu au Festival de Cannes 2012, en séance spéciale. Fatih Akin est lui-même un habitué de la Croisette : son film De l’autre-côté a notamment été nommé dans pas moins de neuf catégories en 2007, et récompensé par le Prix du jury œcuménique.

Fatih Akin est revenu sur la terre de ses grands-parents pour tourner ce documentaire. Pendant plus de cinq ans, il a braqué sa caméra sur cette lutte inégale de fermiers et de mères de famille qui tentent de retrouver un cadre de vie décent. David contre Goliath.
http://fr.euronews.com/2012/05/22/polluting-paradise-le-documentaire-coup-de-poing-de-fatih-akin/

Polluting paradise est une ode à la contestation de demain alors que de nombreuses populations font aujourd’hui face à de tel désastre écologique.
http://www.maxisciences.com/film/polluting-paradise-ou-l-039-engagement-de-tout-un-village-contre-une-decharge-installee-en-turquie_art29421.html

Fatih Akin
voir fiche du film Soul kitchen
http://www.citebd.org/spip.php?page=cinemarecherche&id_film=317&alpha=19&a=2013&m=5#film