Ich bin eine terroristin - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Ich bin eine terroristin

Ich bin eine terroristin

France, Pologne, Allemagne - 2011 - 1h37
Festival Premiers Plans d’Angers 34e festival international du film de São Paulo
film - film francophone
de

Valerie Gaudissart

scénario : Valerie Gaudissart, Cécile Vargaftig
direction de la photographie : Claire Mathon
musique ou chansons : Morton Potash
avec : Mathilde Besse (Violette), Huguette Besse (sa grand-mère communiste), Benoît Giros (son père qui ne vote plus), Sylvia Etcheto (sa mère alanguie), Friedhelm Ptok (sosie de Karl Marx), Marcin Kuzminski (Janusz, le chef des douaniers), Tadeusz Lomninski (Tadeusz, le sous-chef des douaniers), Monique Couturier (Miléna, qui perd la mémoire)
séances : semaine du mercredi 15 mai 2013
mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21
18:00*
séance spéciale :
* mar 21 18:00 "Ich bin eine terroristin" tarif unique 3,5 € suivi du film mar 21 20:00 "Ez kurdim" entrée libre (dans la limite des places disponibles) soirée-débat organisée dans le cadre de "Quand les femmes font leur cinéma" en partenariat avec la Mpp (Maison des peuples et de la paix). plus d'infos www.reseau-mpp.org

synopsis

Violette, 11 ans et 3 mois, une belle nuit va ficher le camp. Dans son baluchon, quelques choco Bn, l’urne des cendres de sa grand-mère communiste et chérie et un livre : « Les Lettres de prison de Rosa Luxemburg ». Les lettres de Rosa, sa Rosa, cette grande grande grande révolutionnaire allemande, assassinée en 1919 dont elle se sent aujourd’hui l’héritière. Elle ira donc marcher dans ses pas, prendra de longs trains de nuit, s’enfoncera de plus en plus loin vers l’Est, et essaiera avec son insouciance de gaminage et son précieux bouquin de changer le monde à sa manière...

notes de production

Tout a commencé il y a quinze ans, lorsque Valerie Gaudissart est tombée par hasard sur un livre intitulé Les lettres de prison de Rosa Luxemburg (1). Impressionnée par le militantisme de cette femme socialiste, la réalisatrice a lu les lettres tant de fois qu’elle les a apprises par cœur. Des années plus tard, elle a décidé de réaliser ce film en adoptant le regard de son personnage Violette, une fillette de onze ans qui, comme elle, se récite les lettres de la militante allemande.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rosa_Luxemburg

Pour ce premier long métrage, Valerie Gaudissart n’a pas réussi à trouver les 20 000 € nécessaires pour assurer la distribution de son œuvre. Toutefois, le film a finalement été soutenu par le Cnc (Centre national du cinéma et de l’image animée) qui lui a accordé la somme de 7 000 € dans le cadre d’une aide sélective à la distribution de films pour le jeune public.

Mathilde Besse, la jeune actrice du film, a suivi des cours de théâtre à Clermont-Ferrand. C’est là que la réalisatrice l’a vue pour la première fois. Ich bin eine terroristin a été la première expérience cinématographique de la fillette. Valerie Gaudissart avait prévu de consacrer plusieurs mois à la recherche de l’enfant idéal pour le rôle, mais elle a trouvé Mathilde le premier jour.

En écrivant le film, Valerie Gaudissart avait prévu que le personnage de Violette allait avoir treize ans. C’est suite à la découverte de Mathilde Besse qu’elle a changé d’avis. En effet, la cinéaste a estimé que l’actrice était parfaite pour le rôle, et que 11 ans était l’âge adéquat pour transmettre l’insouciance du personnage, celui-ci étant plus proche de l’enfance que de l’adolescence.

La réalisatrice a tiré le titre de son film d’une inscription qui accompagne le portrait de Rosa Luxemburg (militante socialiste et théoricienne marxiste), dessiné au pochoir sur les restes du Mur de Berlin.

Ich bin eine terroristin se place dans la continuité des thèmes déjà abordés par Valerie Gaudissart. Dans des courts métrages qui ont précédé ce premier long, par exemple Apesanteurs, Mes insomnies ou Céleste, la réalisatrice s’était focalisée sur des personnages féminins, et intéressée à leur capacité de changer le monde (comme c’est le cas avec le personnage de Violette dans ce film).

Entretien avec Valérie Gaudissart
D’où est venue cette histoire ?
D’un livre que j’ai trouvé au hasard d’une librairie, il y a 15 ans déjà ! “Les lettres de prison de Rosa Luxemburg”, de cette militante de la cause humaine. Comme mon personnage de Violette dans le film, j’ai tellement lu et relu ces lettres que je les connaissais par coeur et me les récitais. Je voulais à mon tour transmettre la force et la célébration de la vie qu’elles contiennent, et cette vision politique féminine singulière du monde, cette clairvoyance, cette tenue morale. Ainsi est arrivée l’histoire de Violette, cette fugueuse qui est un vrai poil à gratter pour son entourage, qui va ruer dans les brancards, et bouleverser ceux qu’elle croise avec des mots. Son livre de Rosa, c’est son passeport, sa bombe, sa boussole, sa carte du monde...
http://www.commeaucinema.com/interviews/ich-bin-eine-terroristin,241723-note-98542

Valerie Gaudissart
http://fr.wikipedia.org/wiki/Val%C3%A9rie_Gaudissart
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/305414/valerie-gaudissart

Cécile Vargaftig
Née le 13 octobre 1965 à Villerupt.
http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9cile_Vargaftig
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/128096/cecile-vargaftig

Claire Mathon
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/320647/claire-mathon
http://www.commeaucinema.com/personne/claire-mathon,67398

Morton Potash
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/333486/morton-potash

Benoît Giros
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/305717/benoit-giros

Sylvia Etcheto
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/333487/sylvia-etcheto

Friedhelm Ptok
http://www.cinemotions.com/Friedhelm-Ptok-nm175711

Marcin Kuzminski
http://www.cinemotions.com/Marcin-Kuzminski-nm433734

Tadeusz Lomninski
http://www.cinemotions.com/Tadeusz-Lomnicki-nm12216

Monique Couturier
http://www.cinema-francais.fr/les_actrices/actrices_C/couturier_monique.htm
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/322740/monique-couturier

extrait(s) de presse

Le Monde - Exhumer la mémoire de Rosa Luxemburg pour le faire revivre dans l'esprit d'une gamine : en chansons, en serments éternels imaginaires, en jeux superstitieux... La naïveté de l'approche, son aspect en apparence réducteur, a de quoi faire peur. Pourtant, le film ne manque pas de charme.
Fiches du cinéma - Un film chantant et décousu, qui inspire quelques réserves quant à sa forme, mais qui ne laisse aucun doute quant au talent de sa comédienne principale.
Le Nouvel obs - Le film traverse les frontières, mélange de fiction, documentaire, film initiatique, road-movie, conte politique, idéologique et même musical à la Kurt Weill. Une liberté salutaire, parfois laborieuse, mais souvent savoureuse.
L'Express - Un talent à suivre.
Il était une fois le cinéma - Personne ne restera indifférent à Violette qui sait parler, lire, écrire, chanter des chants révolutionnaires et provoquer mieux que quiconque. Une leçon plus politique que terroriste à méditer en période électorale comme la nôtre.