La Fille de nulle part - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > La Fille de nulle part

La Fille de nulle part

France - 2012 - 1h31
Léopard d'or Locarno 2012
film - film francophone
de

Jean-Claude Brisseau

scénario : Jean-Claude Brisseau
direction de la photographie : David Chambille
avec : Virginie Legeay (Dora), Jean-Claude Brisseau (Michel), Claude Morel (ami de Michel), Lise Bellynck (fille rencontrée dans la rue), Sébastien Bailly (le fou), Anne Berry (la mort)
séances : semaine du mercredi 29 mai 2013
mercredi 29 jeudi 30 vendredi 31 samedi 1er dimanche 2 lundi 3 mardi 4
16:00
20:00
20:00
16:00
20:00
16:30
20:00

synopsis

Michel, professeur de mathématiques à la retraite, vit seul depuis la mort de sa femme et occupe ses journées à l’écriture d’un essai sur les croyances qui façonnent la vie quotidienne. Un jour, il recueille Dora, une jeune femme sans domicile fixe, qu’il trouve blessée sur le pas de sa porte et l’héberge le temps de son rétablissement. Sa présence ramène un peu de fraîcheur dans la vie de Michel, mais peu à peu, l’appartement devient le théâtre de phénomènes mystérieux...

notes de production

La Fille de nulle part est né dans l’esprit de Jean-Claude Brisseau par désir de retourner à des conditions de tournage proche de celles de ses débuts, mais aussi à un cinéma disparu : j’avais la nostalgie des films de la Nouvelle Vague, comme Tirez sur le pianiste (1960), par exemple, où pendant les cinq premières minutes, on ne voit pas grand-chose à l’image, mais c’est le film de Truffaut qui m’a le plus touché, explique-t-il.

20 ans après la présentation de Céline au Festival de Berlin, le réalisateur Jean-Claude Brisseau a remporté un prix important dans un autre festival célèbre : celui de Locarno, où La Fille de nulle part a été récompensé d’un Léopard d’Or, par le jury du réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul.

Jean-Claude Brisseau n’était pas destiné à jouer le premier rôle masculin : il pensait le confier à son ami Claude Morel qui joue quand même dans le film. Le cinéaste s’est laissé convaincre par son entourage de faire l’acteur, une situation dans laquelle il ne s’était jamais retrouvé auparavant : (...) ce travail a été très pénible car je devais apprendre tous les jours des textes par cœur, souvent très longs, et en même temps, jouer et faire la mise en scène.

Virginie Legeay, qui interprète le premier rôle féminin, connaît Jean-Claude Brisseau depuis plusieurs années : ils se sont d’abord rencontrés alors qu’elle était étudiante à l’école de cinéma la Fémis, puis elle est devenue son assistante sur le tournage du film Les Anges exterminateurs en 2006. La Fille de nulle part est leur premier face à face à l’écran.

La Fille de nulle part a été tourné avec un petit budget, en caméra Dv et dans l’appartement parisien de Jean-Claude Brisseau. Ce manque d’argent a obligé l’équipe à faire preuve d’inventions en tous genres : les travellings étaient réalisés avec une poussette sur laquelle on avait fixé une planche horizontale et sur laquelle on avait posé le pied de la caméra, se souvient le cinéaste.

Malgré son prix au Festival de Locarno, le film de Jean-Claude Brisseau n’était pas certain de connaître une date de sortie. Au départ, c’était la société de distribution Capricci films qui devait s’occuper de la sortie du film mais un litige commercial opposant les distributeurs au cinéaste bloqua la situation. C’est finalement la jeune société Les Acacias qui a fini par distribuer La Fille de nulle part.

Entretien avec Jean-Claude Brisseau
Comment est né "La Fille de nulle part" ?
J’ai fait ce film en partant du principe que j’allais le faire
avec rien. J’avais envie de retrouver un côté un petit peu
amateur, dont j’avais la nostalgie. Par exemple, j’avais la
nostalgie du premier film Super 8 sonore que j’ai tourné en
1975-1976....

http://www.fichesducinema.com/spip/spip.php?article3913

Jean-Claude Brisseau
Né le 17 juillet 1944 à Paris.
Professeur de français pendant une vingtaine d’années avant de se tourner entièrement vers le cinéma grâce à son film Noce blanche...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Brisseau

David Chambille
http://davidchambille.jimdo.com/
http://www.aevll.org/entretien-avec-david-chambille.html

Virginie Legeay
Née à Nantes le 9 novembre 1982.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Virginie_Legeay
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/343159/virginie-legeay

Lise Bellynck
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lise_Bellynck
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/337833/lise-bellynck

Sébastien Bailly
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/310659/sebastien-bailly

extrait(s) de presse

Critikat - Brisseau redécouvre l'épure et l'intime qui lui vont si bien, érige Virginie Legeay en féminité contemporaine et montre à tous nos jeunes réalisateurs de qualité française ce que c'est qu'être jeune. Son nouveau cinéma peut commencer.
Les Inrocks - L'effet touchant de "La Fille de nulle part" consiste à totalement déjouer les attentes éventuelles de spectateurs qui seraient attirés par la réputation de Brisseau. (...) Chez Brisseau, comme dans son cinéma, existe un mélange unique de sophistication et de primitivisme.
Libération - Il émane du film cette légèreté presque enfantine qui est la marque des chefs-d'oeuvre tardifs. Plus que jamais, le cinéma de Brisseau s'affirme ici dans une géométrie qui échapperait aux lois d'Euclide.
Mad movies - Insolemment fauché, "La Fille de nulle part" est un chef d'oeuvre.
Positif - [Jean-Claude Brisseau] rompt avec l'inspiration érotique de ses derniers titres pour s'inscrire dans la veine fantastico-mystique de Céline. (...) Le spectateur jubile de ce retour à la vie et à la joie d'un personnage qui se confond avec son interprète.
aVoir-aLire - Poème d'amour fulgurant envers la Femme, le nouveau Jean-Claude Brisseau est une oeuvre austère et fragile qui mérite amplement son Léopard d'Or au festival de Locarno.
Chronic'art - Avec "La Fille de nulle part", Brisseau se présente à nous comme un dévot magicien qui aurait fait voeu de pauvreté.
Ecran large - Un manque de moyens au service d'un propos intelligent. Un long-métrage à voir absolument pour prouver que l'on peut faire beaucoup (et bien)... avec (presque) rien.