L’Artiste et son modèle - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > L’Artiste et son modèle

L’Artiste et son modèle

El artista y la modelo
Espagne - 2012 - 1h45
Coquillage d'argent du meilleur réalisateur San Sebastian 2012
film - version originale sous-titrée en français
de

Fernando Trueba

scénario : Fernando Trueba, Jean-Claude Carrière
direction de la photographie : Daniel Vilar
avec : Jean Rochefort (Marc Cros), Aida Folch (Mercè), Claudia Cardinale (Léa), Götz Otto (Werner), Chus Lampreave (Maria), Christian Sinniger (Emile), Martin Gamet (Pierre), Mateo Deluz (Henri)
séances : semaine du mercredi 15 mai 2013
mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21
16:00
19:45
16:00
16:00

synopsis

Été 1943, dans la France occupée, non loin de la frontière espagnole. Marc Cros, célèbre sculpteur, vit une retraite paisible avec sa femme Léa, anciennement son modèle. Fatigué de la vie et de la folie des hommes, il est à la recherche d’une inspiration nouvelle, mais rien ne semble le sortir de la monotonie ambiante. En hébergeant Mercé, une jeune espagnole échappée d’un camp de réfugiés, le vieil artiste découvre une nouvelle muse et retrouve le goût du travail. Il démarre alors la sculpture de sa dernière œuvre…

notes de production

Le réalisateur Fernando Trueba nourrissait depuis longtemps l’envie de réaliser L’Artiste et son modèle, malgré les difficultés rencontrées, comme il l’explique lui-même : j’ai commencé à penser à ce film en 1990. J’avais alors le rêve que mon frère y collabore en faisant tout le travail de sculpture ou en préparant l’atelier. Il est mort en 1996. A ce moment-là, je me suis dit que je ne ferai pas ce film, parce que sans l’opportunité de travailler avec lui, ça n’avait plus de sens. Mais j’y suis revenu, parce que cette histoire refusait de partir de ma tête. (...) L’idée à peu près claire du film est venue en 1994. Je l’ai laissée dans son coin, sur un cahier. Il y avait quatre pages, titrées Portrait de l’artiste-Dieu.

L’Artiste et son modèle a reçu le prix du meilleur réalisateur au Festival de San Sebastian en 2012 , ainsi que 13 nominations aux Goya 2013.

Pour le réalisateur Fernando Trueba, il était indispensable d’atteindre un âge proche de celui de son personnage principal, Marc Cros, avant de commencer à véritablement travailler sur L’Artiste et son modèle : il était nécessaire que j’aie le temps d’acquérir un vécu suffisant pour pouvoir raconter l’histoire de Marc.

Fernando Trueba désirait depuis longtemps travailler avec Jean Rochefort, déjà pour un second rôle dans Belle époque (1), en 1993. Le rôle était finalement revenu à Michel Galabru car l’acteur n’était pas disponible. Cette fois-ci, le réalisateur ne pouvait se passer de Rochefort pour interpréter Marc Cros dans L’Artiste et son modèle : Jean a toujours été Marc ; il a tout pour ce personnage : la gravité et l’ironie, la force et la vulnérabilité... De tous temps je l’ai vu comme un acteur original, poétique, excentrique, inqualifiable, d’une humanité débordante ; capable de faire éclater de rire comme d’émouvoir, explique-t-il.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Belle_%C3%89poque_(film)

Fernando Trueba dirige pour la seconde fois l’actrice espagnole Aida Folch, dix ans après l’avoir révélée dans son film Le Sortilège de Shanghai en 2002 (2), en lui offrant son premier rôle principal à 15 ans.
(2) http://www.toutlecine.com/film/0035/00359461-le-sortilege-de-shanghai.html

Fernando Trueba était déjà familier du monde de l’art et plus particulièrement de la sculpture dans ses films. Son premier court métrage avait pour sujet le sculpteur espagnol Eduardo Chillida ; il a également produit en 1990 une série de quatre téléfilms sur l’art primitif, Magos de la tierra. Il a dédié L’Artiste et son modèle à son frère, lui-aussi sculpteur.

Bien que Fernando Trueba soit également producteur de disques et que la musique occupe une place essentielle de sa filmographie, celle-ci est totalement absente de L’Artiste et son modèle (à l’exception du générique de fin). Le réalisateur l’explique ainsi : la musique de ce film, c’est la voix des acteurs, les bruits de la nature, les sons de l’atelier. Le musicien du film c’est pour moi Pierre Gamet (l’ingénieur du son), auquel le film est aussi dédié.

Jean Rochefort a évoqué la possibilité que L’Artiste et son modèle soit le dernier film de sa carrière : quand on fait partie de ma génération, (...) on ne veut plus s’emmerder. J’ai une peur bleue que l’osmose n’opère pas avec un metteur en scène, de devoir penser encore trois semaines de tournage avec lui (...) A moins que je tombe sur un projet de film qui me bouleverse, j’arrêterai aussi le cinéma. Et je serai très heureux que ce soit avec ce film-là.

Pour son film en noir et blanc, Fernando Trueba a pris le pari risqué de travailler avec un jeune chef opérateur, pour lequel L’Artiste et son modèle est le premier long métrage. Il explique ainsi son choix : j’aurais pu faire appel aux plus grands chefs opérateurs espagnols, mais j’avais envie de travailler avec Daniel, qui avait été mon assistant, puis cadreur sur certains de mes films. Je voulais quelqu’un de frais, de vierge.

Avec L’Artiste et son modèle, c’est la première fois que Fernando Trueba réalise un long-métrage de fiction entièrement dans une langue étrangère à la sienne, ici le Français.

Fernando Trueba
Né le 18 janvier 1955 à Madrid.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fernando_Trueba
http://www.evene.fr/celebre/biographie/fernando-trueba-33201.php

Jean-Claude Carrière
voir fiche du film Syngué sabour, pierre de patience
http://www.citebd.org/spip.php?page=cinemarecherche&id_film=1007&alpha=19&a=2013&m=4#film

Jean Rochefort
Né le 29 avril 1930 à Dinan.
A dix-neuf ans quand il entre à l’école de la rue Blanche...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Rochefort

Aida Folch
Née le 24 novembre 1986 à Reus (Espagne).
Très jeune, suit des cours de théâtre à l’école, en activité extra-scolaire...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aida_Folch

Claudia Cardinale
Née Claude Joséphine Rose Cardinale à Tunis le 15 avril 1938.
Ses véritables débuts dans un long métrage se feront dans Le Pigeon de Mario Monicelli...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Claudia_Cardinale

Götz Otto
Né le 15 octobre 1967 à Dietzenbach (Hesse).
http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%B6tz_Otto

Chus Lampreave
Née María Jesús Lampreave à Madrid le 11 décembre 1930.
Connue pour ses rôles dans de nombreux films de Pedro Almodóvar...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chus_Lampreave

Christian Sinniger
Né à Paris le 28 octobre 1947.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Sinniger

extrait(s) de presse

Positif - ["L'Artiste et son modèle"] doit son équilibre au traitement du son respectueux du rythme et de l'harmonie de chaque scène.
Le Nouvel obs - Tourné dans un noir et blanc sublime, d'une sensualité folle, le dernier film de Fernando Trueba réussit à rendre l'indicible (...) Littéralement porté par Jean Rochefort, magistral, et la jeune Aida Folch, vraie révélation, (...) "L'Artiste et son modèle" est une invite à la plénitude.
Films actu - De la même façon que "The Artist" était un hommage au cinéma muet des années 1930 et savait nous parler de notre époque, celle où le cinéma est en proie à de profonds bouleversements, "L'Artiste et son modèle" nous invite à réfléchir sur notre contemporanéité.
Le Figaro - Une oeuvre émouvante et ambitieuse où Jean Rochefort apporte un supplément d'âme à ce vieil artiste qui, au contact de la jeunesse et de la beauté, va trouver un second souffle.
Le Jdd - Fernando Trueba signe là une parenthèse impressionniste faite de mille sensations (...). Dans la peau de Marc Cros, l'immense Jean Rochefort, fier, fort, entêté, apporte toute son intelligence et sa finesse à ce sculpteur retiré du monde qui va réaliser là son oeuvre ultime.
Le Parisien - Il y a une oeuvre d'art dans ce film : c'est ce noir et blanc sans cesse caressé de soleil. (...) Jean Rochefort incarne de façon troublante un génie au soir de sa vie. Et comme le talent n'est jamais à un paradoxe près, c'est en jouant les crépuscules qu'il est à son zénith.
Télérama - Le film a l'honnêteté de ne rien prétendre inventer et cherche, plutôt, à saisir tout le classicisme de la situation, que souligne une image en noir et blanc très nostalgique. (...) Tantôt hiératique, solennel dans l'inspiration, [Jean Rochefort] est aussi spirituel. (...) Un véritable artiste.
La Croix - Fernando Trueba, cinéaste de l'élégance et de la création (...) se concentre sur cette alchimie secrète et indéfinissable qui transmue le souffle de la vie en oeuvre d'art. Nimbé d'un noir et blanc lumineux et contrasté, le film (...) se concentre sur les repentirs, les impuissances et les renoncements, avant le jaillissement de la forme idéale.