Hiver nomade - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Hiver nomade

Hiver nomade

Suisse - 2012 - 1h25
European film award du meilleur documentaire 2012 Bayard d'or de la meilleure photographie Namur 2012
documentaire - film francophone
de

Manuel von Stürler

scénario : Claude Muret, Manuel von Stürler
direction de la photographie : Camille Cottagnoud
musique ou chansons : Stéphane Blok
avec : Pascal Eguisier (le berger), Carole Noblanc (la bergère), Jean-Paul Peguiron (l’éleveur de moutons)
séances : semaine du mercredi 24 avril 2013
mercredi 24 jeudi 25 vendredi 26 samedi 27 dimanche 28 lundi 29 mardi 30
16:15
19:45
18:00
16:15
19:45
18:00
16:00
18:00
19:45

synopsis

Carole et Pascal partent pour leur transhumance hivernale avec trois ânes, quatre chiens et huit cents moutons. Pour la nuit, une bâche et des peaux de bête comme seul abri. Une odyssée hivernale au coeur des montagnes, de la nature et du monde rural...

notes de production

Hiver nomade a reçu de nombreux prix dans plusieurs festivals prestigieux, dont le Prix du meilleur documentaire aux European Film Award 2012, le Prix du jury et le Prix Etudiant au festival du film d’Arras 2012 ou le Prix du meilleur documentaire suisse 2012 au festival Visions du Réel à Nyon.

Le réalisateur Manuel von Stürler est à la base compositeur de musique et musicien pour le théâtre. C’est pendant ses voyages, notamment au Moyen-Orient, en Islande et au Chili, qu’il a redécouvert sa passion pour l’image. Hiver nomade est son premier long-métrage.

C’est après être rentré de ses voyages que Manuel von Stürler a rencontré les bergers Pascal et Carole, ces derniers passant près de sa maison, en Suisse, pour la transhumance : ce fut une incroyable rencontre : tout d’abord avec le spectacle inouï du flot des moutons, mais surtout avec les bergers, Pascal et Carole. L’aventure de la transhumance m’a passionné, elle m’a ouvert les yeux sur la mutation du paysage et la « los-angelisation » du Plateau suisse. L’idée d’en faire un film s’est immédiatement imposée, confie le cinéaste.

Une transhumance (migration périodique du bétail en fonction du temps) dure à peu près quatre mois et la distance parcourue est d’environ 600 km.

Au départ, les bergers Pascal et Carole étaient assez sur la défensive ; plusieurs films amateurs avaient déjà été réalisés sur eux et ils étaient réticents à l’idée de remettre le couvert : quand ils ont compris que mon projet était plus ambitieux et que j’étais déterminé, ils ont pris le projet au sérieux, révèle Manuel von Stürler. Développer le projet a ensuite pris deux ans, pendant lesquels le cinéaste a pu effectuer une transhumance entière en compagnie des deux bergers.

Les bergers Pascal et Carole possèdent un cheptel de près de 1000 moutons. On peut dire qu’ils ne doivent pas avoir de soucis pour s’endormir.

Manuel von Stürler a voulu mettre en avant la virtuosité et l’exigeance dont il faut faire preuve afin de bien mener les moutons : guider un troupeau de huit cents bêtes sur un chemin de trois mètres de largeur bordé de champs ensemencés qu’aucun mouton ne doit fouler n’est vraiment pas à la portée du premier venu. Il faut un doigté de chef d’orchestre !, affirme le metteur en scène.

Pendant ce long voyage, la seule distraction que peuvent avoir les bergers est la lecture ; dans le film, on peut voir Carole lire Cantique de l’apocalypse joyeuse d’Arto Paasilinna.

Les conditions de tournage particulières ont demandé une mise en place spéciale et il a fallu s’adapter au rythme des bergers : le chef opérateur, Camille Cottagnoud, est un habitué des tournages en montagne et la prise de son était assurée par mon frère, Marc von Stürler, également aguerri. Il a évidemment fallu s’adapter au rythme de la transhumance, et non l’inverse !, déclare Manuel von Stürler.

Entretien avec Manuel von Stürler
"Hiver nomade" traite d’un monde sinon disparu, du moins en train de rétrécir comme peau de chagrin. Avez-vous eu l’impression de faire un film nostalgique ?
Je me suis efforcé de ne pas faire un film nostalgique. De ce que j’entends et de ce que je lis, il semble d’ailleurs qu’il ne soit pas ressenti comme tel par les spectateurs. Ce que montre le film, c’est une page qui se tourne. Il ne dit pas pour autant que c’était mieux avant, qu’il faudrait revenir en arrière. C’est simplement un témoignage d’un mode de vie en voie de disparition. Et pas qu’en Suisse. Un réalisateur africain me racontait récemment que le nomadisme n’existe presque plus dans l’Afrique subsaharienne...
http://cineuropa.org/ff.aspx?t=ffocusinterview&l=fr&tid=2474&did=232234

Manuel von Stürler
Né à Lausanne en 1968, de nationalité suisse et française, Manuel von Stürler étudie la musique puis se produit sur scène au sein de formations acoustiques et électriques. L’exploration de la création passe aussi par la découverte du monde, totalisant deux ans de nomadisme, C’est l’occasion de redécouvrir son vieil amour pour l’image et de réaliser plusieurs films personnels. En 2008, il se lance dans l’aventure d’Hiver Nomade.

Claude Muret
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=15376.html

Camille Cottagnoud
http://www.cinemotions.com/Camille-Cottagnoud-nm209911
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=60367.html

Stéphane Blok
http://www.blok.ch/?page_id=268

Pascal Eguisier
http://www.hivernomade.ch/synopsis/pascal-eguisier

Carole Noblanc
http://www.hivernomade.ch/synopsis/carole-noblanc

extrait(s) de presse

La Croix - Il faut courir voir "Hiver nomade", et prendre son temps en revenant.
Le Monde - Pour la beauté de ce voyage dans les paysages hivernaux, pour la rigueur lyrique des images, il faut faire le voyage d'"Hiver nomade".
Fiches du cinéma - Cette plongée dans l'hiver, auprès de deux belles âmes, droites et passionnées, et filmée avec pudeur, réchauffe le coeur.
Libération - Trois ânes, huit cents moutons, quatre chiens, un homme et une femme, telle est l'équation d'"Hiver nomade", documentaire qui se met au pas d'une transhumance hivernale à travers une Suisse domestiquée.
Ouest France - Une odyssée dans la nature riche de dépaysement, avec sa rigueur, ses codes, ses bonheurs.
Positif - (...) ce film propose un modèle de nomadisme romantique qui est aussi une allégorie de la liberté. (...) Une belle réussite.
Télérama - Ce beau documentaire sur la transhumance héroïse surtout les humains. (...) Visuellement, le spectacle est un pur régal. Sans jamais verser dans le passéisme, le film rend hommage à une activité presque disparue et incroyablement rude.
Critikat - Perdant le spectateur dans une narration non-didactique, Manuel von Stürler et la caméra nous entraînent dans une temporalité suspendue, attachante et singulière.