Tempête sous un crâne - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Tempête sous un crâne

Tempête sous un crâne

France - 2012 - 1h18
documentaire - film francophone
de

Clara Bouffartigue

avec : Isabelle Soubaigné
séances : semaine du mercredi 20 mars 2013
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
21:00*
séance spéciale :
* mar 26 18:00 conférence de Philippe Meirieu entrée libre (dans la limite des places disponibles) 21:00 projection du film tarif unique 3,5 € soirée organisée dans le cadre de "Parlons d’images" en partenariat avec le Pôle régional d’éducation à l’image, le Cddp et Magelis

synopsis

Au collège Joséphine Baker de Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, Alice et Isabelle enseignent à la même classe tour à tour agitée, timide, joyeuse, turbulente, mélancolique et vivante : la Quatrième C. La première est professeure de lettres, la seconde d’arts plastiques. Tempête sous un crâne nous plonge le temps d’une année scolaire au cœur de ce collège tenu par une équipe énergique et soudée, dans ses couloirs et dans ses classes où les deux professeures sont bien déterminées à transmettre à leurs élèves les moyens de s’exprimer...

notes de production

Parlons d’images n°7
Quelles pratiques artistiques et culturelles à l’école ?

Conférence de Philippe Meirieu
Professeur en sciences de l’éducation à l’université Lumière-Lyon 2
Vice président de la Région Rhône-Alpes délégué à la formation tout au long de la vie

Au moment où se profile la mise en place, pour tous les élèves, d’un parcours artistique et culturel , il est, plus que jamais nécessaire de s’interroger sur le sens qu’il pourrait avoir et les conditions pour qu’il remplisse parfaitement son rôle : l’art et la culture ne peuvent se réduire à un chapelet d’activités pour remplir des cases libérées par la réorganisation de la semaine, pas plus qu’ils ne peuvent être réservés à ceux et celles qui bénéficient déjà, par ailleurs, d’une sensibilisation à ces domaines. L’art et la culture sont aujourd’hui les contrepoisons indispensables au “capitalisme pulsionnel” et au crétinisme médiatique qui poussent tout un chacun à céder aux injonctions consommatrices et à patauger dans l’obscénité. L’art et la culture sont, en effet, en eux-mêmes porteurs de l’exigence du “sursis” et de l’émergence du “symbolique”. Contre le “tout-tout de suite”, ils invitent la pensée et l’imaginaire à prendre leur temps. Contre le “tout voir”, ils invitent l’humain à convoquer l’exigence du sens et à se confronter avec une authentique altérité. C’est pourquoi l’éducation artistique et culturelle doit comprendre, tout à la fois, une rencontre avec les œuvres et une démarche de création personnelle et collective. C’est ainsi qu’elle seront fondatrices d’une formation de la personne en permettant à chacun et à tous de passer de la gesticulation au geste, du bavardage à la parole. Elles permettront d’inscrire, au cœur de notre projet éducatif”, “l’inversion de la dispersion” sans laquelle le lien social et la démocratie sont inévitablement menacés.

La conférence sera suivie à 21h du film Tempête sous un crâne

C’est au cours de l’affaire Champmathieu que Monsieur Madeleine (alias Jean Valjean) repense à Romainville et hésite avant de prendre la décision qui l’amènera à se dévoiler au tribunal d’Arras.
Ce chapitre, extrait des Misérables de Victor Hugo, s’intitule Tempête sous un crâne.
http://www.intratext.com/IXT/FRA1623/_P1L.HTM
Gilles Marchal - la Cité

Tempête sous un crâne est la première réalisation de Clara Bouffartigue. Avant cela, elle exerçait le métier de monteuse, et avait notamment officié sur Les Yeux bandés de Thomas Lilti (2006) ou sur Le Démon de midi de Marie-Pascale Osterrieth en 2005.
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=108739.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_D%C3%A9mon_de_midi_(film,_2005)

Selon ses propres termes, la réalisatrice Clara Bouffartigue aime l’urgence du documentaire, la rigueur de positionnement que cette urgence exige. Dans un souci de capter la réalité, chaque séquence de son film s’est ainsi limitée à une seule prise, et c’est lors du montage que la narration a été affinée.

Le documentaire met en scène deux enseignantes, Isabelle Soubaigné, qui enseigne les arts plastiques et Alice Henry, professeure de lettres modernes. Pour cette dernière, le film est une totale réussite puisqu’elle estime que Clara Bouffartigue arrive très bien à transmettre la joie et la difficulté d’enseigner, de partager, de grandir.

C’est le métier d’enseignant et l’action de transmettre qui est au cœur du film. Pour la réalisatrice, Tempête sous un crâne porte un regard positif sur un métier difficile : la force du documentaire réside en partie dans cette fonction de miroir par le regard d’un autre. Ce film est politique, au sens noble, explique la cinéaste.

Le Snes (syndicat national des enseignements du second degré) a accepté de participer à des projections du film Tempête sous un crâne suivies d’un débat en présence de la réalisatrice.

A la fin du film, une séquence montre l’étude du poème Le Buffet d’Arthur Rimbaud, en cours de français. Cette scène résume tout à fait l’esprit du film, avec sa personnification de l’école et de l’enseignement, et permet à la réalisatrice de faire rejoindre le langage littéraire et le langage cinématographique.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Buffet_(po%C3%A8me)

Le fait de filmer davantage les professeurs que les élèves est un parti pris de la réalisatrice. En effet, Clara Bouffartigue vient d’une famille d’enseignants ; les couloirs du collège vides, pendant l’absence des élèves, et le travail des équipes pédagogiques sont donc des ambiances qu’elle connait depuis l’enfance.

Pour préparer son tournage, Clara Bouffartigue s’est rendue dans une classe une fois par semaine et a commencé ses essais de cadrages avec un petit appareil photo. Puis c’est avec un simple caméscope que la cinéaste s’est mise à filmer les cours de littérature et d’arts plastiques.

Une projection du film a été organisée pour les élèves filmés dans le documentaire. L’accueil a été positif, et certains collégiens sont même allés voir leur professeure pour s’exclamer : oh là là ! Mais des fois, on est insupportables, madame !

L’éducation est un sujet qui inspire les cinéastes, tant dans le domaine de la fiction avec par exemple Entre les murs de Laurent Cantet (2008) ou Detachment de Tony Kaye (2011), que dans celui du documentaire avec Brooklyn castle de Katie Dellamaggiore, tourné en 2012, et bien sûr Tempête sous un crâne de Clara Bouffartigue.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Entre_les_murs_(film)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Detachment
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=207086.html

Entretien avec Clara Bouffartigue
Qu’est-ce qui vous a poussé à réa­li­ser un film sur le thème de l’enseignement ?
Je vou­lais tra­vailler sur la ques­tion de la trans­mis­sion. Or, étant issue d’une famille d’enseignants, il était pour moi évident que c’est autour de l’acte d’enseigner que j’allais tra­vailler. De plus, Alice Henry, la pro­fes­seure de fran­çais du film est une amie de jeu­nesse, que j’ai connue alors qu’elle ne savait pas elle-même qu’elle devien­drait un jour ensei­gnante. Nous par­ta­gions sur l’école et sur le métier un regard très proche. Proposer ce pro­jet à Alice était donc pour moi une évidence, en sachant dès le départ que je sou­hai­tais qu’il y ait plu­sieurs ensei­gnants dans le film, pour pou­voir appro­cher des péda­go­gies dif­fé­rentes. J’ai donc ensuite ren­con­tré Isabelle et puis...
http://www.vousnousils.fr/2012/10/22/clara-bouffartigue-dans-tempete-sous-un-crane-jai-cherche-a-sonder-lacte-denseigner-et-les-secrets-de-la-transmission-536082

Clara Bouffartigue
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=155691.html
http://www.toutlecine.com/star/biographie/0026/00262414-clara-bouffartigue.html

Philippe Meirieu
Né le 29 novembre 1949 à Alès.
Considéré selon le journal Libération comme le pédagogue le plus écouté de nos gouvernants...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Meirieu

extrait(s) de presse

Critikat - À l'heure des "grands débats sur l'éducation", la réalisatrice, sans en avoir l'air, s'engage moralement et politiquement, en rappelant la mission centrale de l'école : la transmission.
Le Nouvel obs - Les documentaires valent souvent par ce que vaut leur objet : loin de tout cliché sociologique, celui-ci repousse la facilité de tisser des portraits profs/élèves pour s'attacher à la technique de la maïeutique et à l'art de garder le cap.
Télérama - "Tempête sous un crâne" est un concentré d'énergie, souvent drôle.
Le Monde - A bonne distance des succès comme des déconvenues, des tensions comme des osmoses, "Tempête sous un crâne" n'est pas naïf. Les convictions qui le portent sont belles, et la démarche entreprise utile.
Fiches du cinéma - Qu'est-ce qu'enseigner ? Avec délicatesse et discrétion, C. Bouffartigue rend pasionnante l'ambition de deux professeurs, attachés à faire entrer dans les crânes de leurs élèves les moyens de s'exprimer.
L'Express - La beauté de "Tempête sous un crâne" est là, dans le souci de réhabiliter le travail des profs et de montrer des élèves en situation d'apprentissage.
Cinéphilia - "Tempête sous un crâne" cache en son sein une écriture, un montage cohérent et des pistes ouvertes traitées avec sincérité et pertinence...