une nuit de pleine lune - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez de vous couvrir pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > nos ressources > ressources éducatives > blog : quoi de neuf ? > chroniques > une nuit de pleine lune

une nuit de pleine lune

par William Cancy, Dylan Raynaud et Julien Chalais

« Une nuit de pleine lune » est une BD dessinée par Hermann, scénarisée par Y. Vesh et mise en couleur par Sébastien Gérard.

C’est l’histoire d’une bande de cinq jeunes qui décident de cambrioler une maison habitée par un couple de personnes âgées. L’intrigue est passionnante, pleine d’action et de rebondissements. Les informations qu’on apprend sur le personnage qu’on croit être une personne âgée ordinaire ont de quoi vous faire avoir des sueurs froides et une envie d’en connaître toujours plus sur la suite de l’histoire. A la fin, le suspense est à son maximum et on ne s’attend pas du tout à une telle chute.

Les dessins sont réalistes et sont assez sombres. Ce qui nous montre la noirceur et l’horreur de l’histoire.

J’ai aimé l’histoire et son dénouement. Je conseille cette BD aux amateurs de thrillers et de polars. Les points négatifs de cette BD sont un style graphique trop sombre à mon goût et une galerie de personnages peu attrayants, sauf le vieil homme.Retour ligne automatique
J’ai noté cette BD 14/20

Une chronique de William Cancy, élève de 2EEC.

— 

L’histoire est simple, mais très sombre. C’est un groupe de jeunes qui a besoin d’argent. Ils ne sont pas très subtils dans le domaine du cambriolage, mais ils décident de braquer le coffre d’un couple de retraités assez particuliers. Ils s’appuient sur l’idée de les prendre en otage, pour les effrayer, dans l’espoir qu’ils leur dévoilent le code du coffre. Mais personne ne sait qui est monsieur Boisson... ce riche retraité qui ne cèdera pas à la menace même sous les pires tortures ...

L’heure de la vengeance a sonné !

Le dessin de la BD est sombre et réaliste à l’image du titre « Une nuit de pleine lune ». La composition de la planche est simple, précise, sans surcharge de texte. Les couleurs évoluent en même temps que le scénario : claires au début, elles s’assombrissent dans les bleus/noirs. La mise en scène est très cinématographique.

J’ai accordé la note de 16/20 à cet album. Je l’ai lu d’une seule traite avec plaisir. Il est captivant. J’ai beaucoup aimé le retournement de situation quand les coupables prennent la place des victimes.Retour ligne automatique
Je conseille cette BD aux adolescents car elle est passionnante, elle se lit très facilement et rapidement .

Une chronique de Dylan Raynaud, élève de 2TUSEN.

— 

L’histoire est intéressante, captivante et la fin est surprenante. En effet on ne s’y attend pas du tout, et lorsqu’on la connait, le dessin en page de garde prend tout son sens. Dans l’histoire les rôles de chaque jeune sont différents : l’un est méfiant tandis qu’un autre est forte tête, la fille a un look gothique et est un peu perdue dans son monde et le quatrième jeune est une « taupe » qui connaît la maison. Les petits inconvénients de la B.D. sont la longueur et la noirceur des dessins, car elle se lit tellement vite que lorsque l’on arrive à la fin de l’histoire, on ne voudrait pas qu’elle s’arrête. Par contre il faut absolument être attentif aux premières pages qui sont décisives pour la compréhension de l’intrigue.

Je lui ai attribué la note de 15/20 et je pense qu’elle mérite d’être connue car l’inventivité des auteurs de cette B.D. est étonnante.

Une chronique de Julien Chalais, élève de 2GT5.

Retrouvez cet album à la librairie de la Cité : Une nuit de pleine lune, d’Yves H. et Hermann, Glénat. 13,50€.