jack davis (1924-2016) - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > nos ressources > ressources documentaires > actualités de la bd > jack davis (1924-2016)

disparition

jack davis (1924-2016)

Jack Davis est mort le 27 juillet 2016, à Athens (Géorgie) à l’âge de 91 ans. Avec lui disparaît le dernier dessinateur des EC Comics, et l’un des plus grands maîtres de la bande dessinée américaine d’après-guerre.

Jack Davis naît en 1924 et montre très tôt de grandes dispositions pour le dessin. Dès les années 1940, il travaille comme assistant sur la série Mark Trail, puis sur The Saint, mais c’est sa rencontre avec William Gaines, directeur des EC Comics, qui va véritablement lancer sa carrière. Il dessine de nombreuses histoires de science-fiction, de guerre, de piraterie et d’horreur pour Two-Fisted Tales, Frontline Combat, Incredible Science Fiction, Piracy, Tales from the Crypt, Terror Illustrated, The Haunt of Fear, The Vault of Horror, Shock Suspenstories, Crime Suspenstories. Il y gagne l’admiration de ses collègues et la gloire auprès des jeunes lecteurs de ces comic books qui auront de sérieux ennuis avec la censure. On lui doit également plusieurs histoires de western. Son aisance graphique, sa maîtrise du noir et blanc en font sans doute le plus influent des dessinateurs de cette génération, dont l’expressivité peut pencher avec autant d’efficacité vers le drame ou la bouffonnerie.
Il est de l’équipe rassemblée autour d’Harvey Kurtzman en 1952 pour le lancement de Mad, avec le retentissement que l’on sait. Il suivra ensuite Harvey Kurtzman dans les aventures éditoriales que furent Trump, Humbug et Help !, avant de s’éloigner de la bande dessinée pour se lancer dans une carrière extrêmement fructueuse d’illustrateur pour la presse, le cinéma, la publicité, l’édition… Il renoue avec Mad au milieu des années 1960 et reste un collaborateur régulier du journal jusque dans les années 1980. On lui doit de nombreuses couvertures qui mettent invariablement en scène la mascotte du journal, Alfred E. Neumann.
D’une folle virtuosité, le travail au pinceau de Jack Davis est immédiatement reconnaissable et a influencé des dizaines de dessinateurs aux USA et en Europe, parmi lesquels Bernie Wrightson, Howard Nostrand, Morris, Gir/Moebius et Alexis et tant d’autres.