les choix du café bédé de mars 2016 - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > la Cité > actualités de la Cité > les choix du café bédé de mars 2016

les choix du café bédé de mars 2016

nos lecteurs ont aimé...

La voie des chevriers
de Samuel Figuière (Warum)

Est-il raisonnable pour un jeune couple de se lancer à partir de rien dans une vie d’éleveur de nos jours ? Non, mais c’est pourtant ce qu’on fait Cécile et Nico. Un choix d’autant plus difficile qu’ils défendent un élevage à taille humaine à une époque où seules les logiques industrielles prévalent et d’un combat pour la reconnaissance d’un travail artisanal et une lutte contre la normalisation, le puçage et l’industrialisation du métier des premiers hommes. A travers ce reportage Samuel Figuière se propose de témoigner de leur expérience, leurs joies, leurs difficultés, leur travail.

acheter La voie des chevriers de Samuel Figuière (Warum). 18€.

Je suis top !
de Blandine Métayer, Véronique Grisseaux et Sandrine Revel (Delcourt)

Catherine a brillamment réussi ses études et veut mener de front vie professionnelle et vie familiale. Elle raconte ses déboires pour arriver au sommet grâce à sa force de travail et sa ténacité tout en subissant un machisme ordinaire. Du poste d’assistante aux photocopies à top manager, il lui a fallu contourner des embûches. Notamment sur les inégalités vives qui perdurent entre hommes et femmes.

acheter Je suis top ! de Blandine Métayer, Véronique Grisseaux et Sandrine Revel (Delcourt). 15,95€.

Megg, Mogg & Owl
de Simon Hanselmann (Misma)

Megg est une sorcière, Mogg son chat de compagnie et Owl est leur ami hibou. Jusque là tout aurait des allures de gentil conte pour enfants sauf que la sorcière en question est une toxico dépressive, le chat un gros obsédé et le hibou leur souffre-douleur ! Pas de forêt enchantée ni de pouvoir magique, cette sordide comédie plante son décor au beau milieu d’un calme et banal quartier résidentiel. Le genre d’endroit parfait pour passer ses journées à s’emmerder. Et c’est ce que font les trois compagnons qui n’ont rien d’autre à faire que "comater" sur le canapé, boire, fumer des joints, et tuer le temps en imaginant les jeux les plus débiles possibles ... Megg, Mogg and Owl est un clin d’oeil à la série anglaise des années 70, Meg and Mog, suivant les aventures de trois amis : une sorcière, un chat et un hibou. Simon Hanselmann en détourne tous les codes imaginant ainsi une « teen comedy » foireuse sous fond de sexe, drogue et Lexomil. Avec un dessin à mi-chemin entre Garfield et les Simpson, il s’impose maître en l’art du récit intime ordinaire. Ses dialogues frôlant l’humour noir et sa mise en scène comique parviennent à nous faire ressentir de la compassion pour cette jeunesse perdue.

acheter Megg, Mogg & Owl de Simon Hanselmann (Misma). 39€.

Le maître des crocodiles
de Stéphane Piatzszek et Jean-Denis Pendanx (Futuropolis)

Eté 1984. Un petit groupe de plongeurs débarque dans un minuscule archipel au large de l’île de Sumatra en Indonésie, les îles Banyak. Léo, sa femme Isabelle et leur ami Bernard sont des documentaristes venus au bout du monde au service d’une cause, l’écologie : ils veulent démontrer par le film qu’ils préparent comment l’homme en détruisant son environnement se détruit lui-même. Le projet tourne à la tragédie quand Isabelle, enceinte, est dévorée par un crocodile géant sous les yeux de Léo. Avec le concours des habitants de l’île, Léo et Bernard partent en chasse du reptile. S’ils échouent à le tuer, ils le blessent à l’oeil. Léo ressent un curieux lien avec l’animal. Secondé par Bernard et Sap, un jeune Indonésien, il plonge dans le repaire sous-marin du crocodile. Il échoue une fois de plus à le tuer. Mais, mystérieusement, le monstrueux animal le laisse emporter le cadavre de sa femme. Trente ans plus tard, Léo retrouve les îles Banyak, dans un territoire encore traumatisé par le tsunami. Tel le capitaine Achab pourchassant jusqu’à la folie Moby Dick, Léo dit en finir avec celui que les autochtones appellent désormais « N’a-qu’un-oeil ». Mais sa soif de vengeance n’a-t-elle pour objet que le seul crocodile ?

acheter Le maître des crocodiles de Stéphane Piatzszek et Jean-Denis Pendanx (Futuropolis). 20€.

CE
de José Roosevelt (Editions du Canard)

Angoissé par ses cauchemars récurrents, Il décide de descendre des bureaux cybernétiques des derniers étages des gratte-ciels et de joindre l’abyssal Secteur Crecy, endroit mystérieux où Il pense pouvoir trouver la clé pour comprendre ces rêves étranges. Au baroque Secteur Crecy, Il rencontre le magicien Johan et le gardien de la Cité, Heimdall, qui le baptisera « Ce ».

acheter CE de José Roosevelt (Editions du Canard). 36,60€.

Black bullet
de Morinohon et Shiden Kanzaki (Doki doki)

Planète Terre, futur proche. Depuis qu’elle a perdu son combat contre gastrae, un virus parasite, l’humanité vit des heures sombres et désespérées. Rentarô Satomi et Enju Haira, deux agents de la sécurité civile, mènent une guerre sans relâche contre le virus. Un jour, ils reçoivent une mission secrète de la plus haute importance : empêcher la destruction de Tokyo.

acheter Black bullet de Morinohon et Shiden Kanzaki (Doki doki). 7,50€.