ciné mardi : ettore, nous l’avons tant aimé - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2016 des rendez-vous de la cité > ciné mardi : ettore, nous l’avons tant aimé

ciné mardi : ettore, nous l’avons tant aimé

mardi 22 mars 2016 à partir de 18h30, cinéma de la Cité

Décédé le 19 janvier dernier à l’âge de 84 ans, Ettore Scola était bien plus que l’ultime survivant d’un âge d’or révolu du cinéma italien. En quarante ans de carrière, l’ancien dessinateur de presse aura offert au patrimoine cinématographique mondial un style sans égal, tissé de comédies généreuses, satires féroces des sociétés modernes, mélancolies introspectives, et de véritables prospections narratives et esthétiques. Un héritage rappelé par les deux longs-métrages à l’affiche de cet hommage exceptionnel, proposé par le cinéma de la Cité et l’association Hidden Circle.

Révélé au public transalpin dès les années 60 avec Parlons femmes puis Drame de la jalousie, c’est en 1974 avec Nous nous sommes tant aimés (dédié à son confrère et ami Vittorio De Sica décédé la même année) que Scola rencontre un légitime succès international.
A travers les parcours de trois amis – un avocat (Vittorio Gassman), un professeur (Stefano Satta Flores) et un brancardier (Nino Manfredi) – depuis la fin de la seconde guerre mondiale et le crépuscule du fascisme, jusqu’aux années "de plomb" 1970, le film évoque trente années de combats, utopies et désillusions de la société italienne, avec une justesse et une acuité qui rappellent jusque dans les rires et les larmes des spectateurs, l’émotion universelle du néoréalisme...
Deux ans plus tard, cette ambition de "toujours suivre l’homme" s’inscrit au vitriol dans le retour du cinéaste au grotesque : Affreux, sales et méchants plante pour mémorable décor un bidonville de banlieue romaine menacé par l’urbanisation, où la cupidité et le désespoir du quart-monde se heurtent au tyran patriarche local, incarné par Manfredi. Miroir sans fard et scandaleux de dramatiques injustices sociales - et privé d’une participation de Pier Paolo Pasolini suite à l’assassinat de ce dernier - le film remporte le prix de la mise en scène à Cannes en 1976... et constitue aujourd’hui, dans la France et le monde de 2016, un témoignage essentiel et détonnant de ce que put signifier alors le cinéma politiquement (très) incorrect et néanmoins pourvu d’ambitions salutaires.

nous nous sommes tant aimés

ciné-répertoire
C’eravamo tanto amati
Italie - 1974 - 2h04
César 1977 du meilleur film étranger
film - version originale sous-titrée en français
de Ettore Scola
scénario : Age-Scarpelli, Ettore Scola
direction de la photographie : Claudio Cirillo
musique ou chansons : Armando Trovajoli
avec : Nino Manfredi (Antonio), Vittorio Gassman (Gianni Perego), Stefania Sandrelli (Luciana Zanon), Stefano Satta Flores (Nicola Palumbo), Giovanna Ralli (Elide Catenacci, fille de Romolo), Fiammetta Baralla (Maria), Aldo Fabrizi (Romolo Catenacci), Federico Fellini (lui-même), Marcello Mastroianni (lui-même), Vittorio De Sica (lui-même), Mike Bongiorno (lui-même), Isa Barzizza (Elena)

l’histoire
Italie, 1944. Gianni, Nicola et Antonio se lient d’amitié alors qu’ils ont pris le maquis pour combattre les Allemands. Lorsque sonne l’heure de la libération, un monde nouveau s’offre à eux. Militants fervents, pleins de rêves et d’illusions, les voici prêts à faire la révolution. Alors que tous trois, à des périodes différentes, vont avoir une aventure avec Luciana, aspirante actrice, la vie les sépare après la chute du régime fasciste et l’avènement de la République. Gianni, avocat en quête de clients, épouse Elide, la fille d’un grossier parvenu, puis se retrouve veuf. Nicola, qui se vouait à être critique de cinéma, devient enseignant en province où il abandonne sa famille pour Rome. Antonio restera brancardier dans un hôpital romain mais lui finira par épouser Luciana. Par hasard, tous trois se rencontrent mais la communication entre eux est devenue bien différente de celle de leur jeunesse : « Nous voulions changer le monde, mais le monde nous a changés ! », déclare l’un des protagonistes…

+ d'info sur le film

affreux, sales et méchants

ciné-répertoire
Brutti, sporchi e cattivi
Italie - 1976 - 1h55
Prix de la mise en scène Cannes 1976
film - version originale sous-titrée en français
de Ettore Scola
scénario : Ruggero Maccari, Ettore Scola
direction de la photographie : Dario Di Palma
musique ou chansons : Armando Trovajoli
avec : Nino Manfredi (Giacinto Mazzatella), Linda Moretti (Matilde Mazzatella), Francesco Annibaldi (Domizio), Ettore Garofalo (Camillo), Franco Merli (Fernando), Maria Bosco (Gaetana), Maria Luisa Santella (Iside), Giselda Castrini (Lisetta), Alfredo D’Ippolito (Plinio), Giancarlo Fanelli (Paride), Marina Fasoli (Maria Libera), Marco Marsili (Vittoriano), Luciano Pagliuca (Romolo), Giuseppe Paravati (Tato), Silvana Priori (la femme de Paride), Giovanni Rovini (Grand-mère Antonecchia), Adriana Russo (Dora), Mario Santella (Adolfo), Marcella Battisti (Marcella Celhoio), Francesco Crescimone (le commissaire), Beryl Cunningham (la femme noire), Silvia Ferluga (la sorcière), Zoe Incrocci (la mère de Tommasina), Franco Marino (Santandrea), Marcella Michelangeli (l’employée de la Poste), Clarisse Monaco (Tommasina), Aristide Piersanti (Cesaretto), Assunta Stacconi (Assunta Celhoio), Ennio Antonelli (le traiteur)

l’histoire
Un bidonville de Rome au début des années 1970. Une vingtaine de personnes - parents, enfants, leurs conjoints ou amants, petits-enfants et la grand-mère - s’entassent dans un sordide taudis, vivant de larcins et de prostitution, sous l’autorité tyrannique du patriarche borgne, Giacinto Mazzatella, avare et violent. Celui-ci possède une liasse d’un million de lires, reçues en indemnité pour avoir perdu l’usage d’un œil. Il est obsédé par la crainte qu’un de ses proches puisse lui dérober son magot. Il s’entiche alors d’une prostituée obèse, commence à dépenser son argent avec elle et l’invite même à venir habiter chez lui avec sa famille, ce qui attise la colère de son épouse. Celle-ci, pour laver l’affront, organise avec toute la famille l’assassinat du mari et père indigne...

+ d'info sur le film

ciné mardi : ettore, nous l’avons tant aimé

mardi 22 mars 2016 à partir de 18h30
18h30 Nous nous sommes tant aimés
21h Affreux, sales et méchants
soirée en partenariat avec Hidden circle
tarif spécial 2 films 7 €
cinéma de la Cité
vaisseau Mœbius
60 avenue de Cognac
Angoulême