les choix du café bédé d’octobre 2015 - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > la Cité > actualités de la Cité > les choix du café bédé d’octobre 2015

les choix du café bédé d’octobre 2015

nos lecteurs ont aimé...

California dreamin’
de Pénélope Bagieu (Gallimard)

Ellen naît en 1941 dans une famille juive de Baltimore et, petite déjà, rêve de devenir chanteuse. Sa voix est incroyable, mais sa personnalité aussi excentrique qu’attachante cache une faille de taille : Ellen est boulimique. Et grosse. Trop grosse pour espérer un jour devenir une star. Pourtant quand, à 19 ans, elle devient Cass Elliot, c’est pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York ! C’est là que, happée par la folk de l’époque, Cass tombe amoureuse de Denny, le chanteur des Journeymen.

acheter California dreamin’ de Pénélope Bagieu (Gallimard). 24€.

Les beaux étés t.1 : Cap au sud !
de Zidrou et Jordi Labebre (Dargaud)

Août 1973. Zidrou et Lafebre nous font une place dans la 4L rouge Esterel de la famille Faldérault : entre les parents et les 4 enfants, nous voici en route vers le Midi pour de "beaux étés" ! Chaque année, les mêmes rituels : Pierre, le père, rend ses planches de B.D. en retard, les chansons de vacances, l’étape pique-nique. Un mois pour oublier le quotidien, le couple qui bat de l’aile, Tante Lili malade. Des souvenirs à engranger qui font que la vie est plus belle, des moments précieux pour se rappeler l’essentiel. Cap au sud !

acheter Les beaux étés t.1 : Cap au sud ! de Zidrou et Jordi Labebre (Dargaud). 13,99€.

Trashed
de Derf Backderf (Ca et là)

À 21 ans, J.B. se retrouve à son grand désarroi de nouveau coincé chez ses parents, dans un patelin du fin fond de l’Ohio. Il vient d’arrêter la fac et doit absolument trouver un boulot pour ne plus avoir sa mère sur le dos en permanence. Suite à une annonce providentielle parue dans le magazine municipal, J.B. se retrouve engagé sur le champ comme éboueur contrac-tuel. Il sera bientôt rejoint par un ancien pote de lycée, Mike. À eux deux, ils vont découvrir les joies de ce métier, se confronter aux habitants les plus dérangés de la ville, aux éboueurs titulaires de longue date, aux chiens errants et aux sacs poubelle mal fermés. Pendant une longue année, ils devront faire leur tournée quotidienne sous la pluie, la neige ou sous un soleil de plomb, persécu-tés en permanence par leur chef, l’infâme Will E.

acheter Trashed de Derf Backderf (Ca et là). 22€.

Histoire de l’art macaque
de Benoît Preteseille (Cornelius)

Un macaque défoncé aux champis qui barbouille sur des rochers des représentations du grand dieu singe : telle est la genèse de cette histoire de l’Art revisitée façon primate, de ses balbutiements à l’ère préhistorique à ses dérives contemporaines. Une fresque cynique, bourrée de références théoriques et de clins d’oeil picturaux, qui analyse avec lucidité une institutionnalisation de la création artistique marquée par ses liens intrinsèques avec le pouvoir et l’argent, où rien ni personne n’est épargné. Englués dans leur vanité et leur ambition, alléchés par le profit, les macaques se déchirent joyeusement dans une recherche constante de nouveauté qui confine parfois à l’absurde. Scandales et provocations finissent par faire de l’Art un vaste champ de spéculation où le public et l’État se félicitent de consommer du culturel - et peu importe s’ils n’y comprennent rien, car ce qui compte, c’est d’être dans le coup. À travers cette relecture iconoclaste autant que décalée, Benoît Preteseille pose la question de la légitimité d’une oeuvre d’Art. Des conventions bourgeoises d’un Art officiel au snobisme d’une élite bien-pensante, l’importance de ceux qui se croient habilités à juger de la valeur artistique d’une oeuvre a pris le dessus sur les qualités esthétiques réelles, vidant de son sens la définition même de l’Art. Et si tout renouveau passe par une rupture, il est peut-être temps de faire du passé table rase, pour redonner enfin à l’Art un nouveau souffle et une vraie liberté.

acheter Histoire de l’art macaque de Benoît Preteseille (Cornelius). 15,50€.

Alvin t.1 : L’héritage d’Abélard
de Renaud Dillies et Régis Hautière (Dargaud)

Régis Hautière et Renaud Dillies signent la suite d’Abélard avec le nouveau diptyque Alvin. Son ami disparu, l’ours mal léché Gaston traîne son désespoir à N ew York. Mais rien à faire ! Son karma doit être d’aider les petits êtres aux mille questions ! Alvin, un jeune orphelin revêche, profitera de sa belle âme. Les voilà sur les routes, accompagnés, pour ne rien arranger, d’un prédicateur fou ! Poésie, dialogues truculents et virtuosité graphique se mêlent pour une très belle ode à la différence et à l’entraide.

acheter Alvin t.1 : L’héritage d’Abélard de Renaud Dillies et Régis Hautière (Dargaud). 13,99€.