ciné mardi : coup de chapeau à ted kotcheff - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2015 des rendez-vous de la cité > ciné mardi : coup de chapeau à ted kotcheff

ciné mardi : coup de chapeau à ted kotcheff

mardi 20 octobre 2015 à 18h30, cinéma de la Cité

Le troisième ciné-mardi associant Hidden Circle et le cinéma de la Cité en cet automne 2015, est un légitime coup de chapeau à plus d’un demi-siècle de carrière sans nulle œillère sur petit et grand écrans. Réalisateur éclectique, souvent inattendu voire insaisissable, le canadien Ted Kotcheff est associé pour la postérité à son grand œuvre Rambo (First blood)  : mètre-étalon du survival d’action baigné d’une acerbe critique sociétale, dont la (re)découverte en salle Nemo rappellera la figure originelle d’un anti-héros brisé par la guerre du Vietnam et ravagé par son retour au pays. Avant de refuser les séquelles manichéennes et contradictoires de cette nouvelle icône populaire, le grand Ted avait de longue date démontré son talent pluriel et une étonnante approche de la subversion à travers Wake in fright longtemps demeuré invisible : choc cinéphile, cauchemar envoûtant... et aujourd’hui expérience de spectateur sans nul équivalent.

Après deux premiers long-métrages et une carrière émérite à la télévision, Ted Kotcheff assène en 1971 avec Wake in fright un des chocs du festival de Cannes - subjuguant entre autres spectateurs un certain Martin Scorcese. Descente aux enfers d’un jeune instituteur dans le bush australien, Réveil dans la terreur (titre français) impose un style inédit au croisement de la fiction kafkaïenne, de l’étude ethnographique et d’un onirisme sulfureux riche en séquences-chocs. Stupéfiant ses producteurs, Kotcheff grand directeur d’acteurs (du méconnu Gary Bond au monstrueux Donald Pleasence) signe un acte fondateur du cinéma moderne australien qu’incarneront notamment Peter Weir et George Miller...mais verra son film privé d’une légitime longévité. Disparu pendant des décennies, objet de fiévreuses quêtes cinéphiles, le négatif sera retrouvé dans un laboratoire de Pittsburgh sous la mention "A détruire"...

Dix ans plus tard, l’ancien hippie devenu un réalisateur encensé (lauréat de l’Ours d’or à Berlin) conserve son nihilisme envers un monde occidental aux "valeurs" lézardées. Désastre humain et traumatisme culturel, le bourbier vietnamien a notamment brisé des milliers de vétérans dont le retour au pays trouble la (mauvaise) conscience de l’Oncle Sam. Un prénommé John, rejeté puis traqué par la police d’une petite ville américaine, va symboliser ces survivants indésirés : dans le roman de David Morrell puis sous les traits de Sylvester Stallone, Rambo devient un mythe cinématographique et une icône emblématique des années 80. Fructueux double de "Sly" après le boxeur Rocky Balboa, le personnage connaîtra une popularité mondiale éclipsant peu à peu les qualités filmiques et thèmes sociétaux de ce premier volet. Symptôme d’une époque ou narcissisme de star, de lucratives et simplistes séquelles transformeront l’ex-béret vert en VRP ultra-patriotique de la Maison Blanche... loin de l’anti-héros hébété en lutte désespérée contre son pays, qui sous un modèle de série B mérite aujourd’hui d’être redécouvert.

wake in fright
ciné-répertoire
Outback
Australie, Usa - 1971 - 1h54
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de Ted Kotcheff
scénario : Evan Jones
d’après l’oeuvre de : Kenneth Cook
direction de la photographie : Brian West
musique ou chansons : John Scott
avec : Donald Pleasence (Doc Tydon), Gary Bond (John Grant), Chips Rafferty (Jock Crawford), Sylvia Kay (Janette Hynes), Jack Thompson (Dick), Peter Whittle (Joe), Al Thomas (Tim Hynes), John Meillon (Charlie), John Armstrong (Atkins)

l’histoire
John Grant est l’instituteur de la classe unique de Timboonda, une petite ville perdue au fin fond de l’Australie. Les vacances d’hiver arrivent et John regagne Sydney. Il fait une halte à Bundanyabba. Le soir venu, il se retrouve entraîné dans un bar par le shérif qui, très accueillant, lui offre pinte sur pinte.

+ d'info sur le film

rambo
First blood
Usa - 1982 - 1h37
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de Ted Kotcheff
scénario : David Kozoll, William Sackheim, Sylvester Stallone
d’après l’oeuvre de : David Morrell
direction de la photographie : Andrew Laszlo
musique ou chansons : Jerry Goldsmith
avec : Sylvester Stallone (John Rambo), Richard Crenna (colonel Samuel Trautman), Brian Dennehy (shérif Will Teasle)...

l’histoire
John Rambo, ancien béret vert et héros de la guerre du Vietnam, erre sans but de ville
en ville depuis son retour aux États-Unis. Il arrive dans une petite ville d’une région montagneuse où il est arrêté sans ménagement par le shérif, jeté en prison et maltraité par les policiers. Rambo se révolte.

+ d'info sur le film

ciné mardi : coup de chapeau à Ted Kotcheff

mardi 20 octobre 2015
18h30 Wake in fright
21h Rambo
en partenariat avec Hidden circle
tarif spécial 2 films 7 €
cinéma de la Cité
vaisseau Mœbius
60 avenue de Cognac
Angoulême