planche du mois : les aventures du baron de crac - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2015 des rendez-vous de la cité > planche du mois : les aventures du baron de crac

planche du mois : les aventures du baron de crac

en juillet 2015 au musée de la bande dessinée

Chaque mois, le musée de la bande dessinée met à l’honneur une planche tirée de sa prestigieuse collection, l’occasion pour le visiteur de (re)découvrir une œuvre emblématique de l’histoire du 9ème art ou au contraire injustement méconnue. Ce mois-ci c’est une planche de Henry Le Monnier, tirée des fameuses Aventures du Baron de Crac qui est ainsi proposée aux visiteurs du musée.

Il ne faut pas confondre Henry Monnier et Henry Le Monnier.

Le premier est caricaturiste et auteur de théâtre du XIXe siècle, créateur du célèbre Monsieur Prudhomme, archétype du bourgeois solennel et imbécile. Le second est un dessinateur et affichiste du XXe siècle, et c’est lui qui nous occupe aujourd’hui.
On sait peu de choses sur Henry Le Monnier : Il a réalisé dans l’entre-deux-guerres des dizaines d’affiches commerciales de belle facture pour des produits alimentaires (bouillies, jambons, boissons apéritives, etc.), des marques de semelles, du cirage, etc.
On peut penser que son travail d’affichiste a passé de mode à la fin des années 1930, puisqu’à partir de 1941, on trouve son nom au sommaire de plusieurs revues de bandes dessinées (Wrill, Bob et Bobette, Pierrot), ainsi que dans quelques récits complets et titres de petits formats.
La planche de Monsieur de Crac, gentilhomme gascon qui est présentée aujourd’hui appartient à un long récit paru dans l’hebdomadaire Pierrot au cours de l’année 1950. Sans doute adapté des Aventures du Baron de Crac de Cami (qui lui-même s’inspira des Aventures du Baron de Münchhausen de l’écrivain allemand Rudolf Erich Raspe, lui-même inspiré d’un personnage réel, militaire allemand du XVIIIe siècle), le récit de Le Monnier respecte la forme « ancienne » du texte sous l’image. Ce qui pourrait passer pour un archaïsme se justifie en l’espèce par le fait que les aventures du baron fonctionnent sur le registre d’une surenchère bouffonne dont le texte est le support principal. Parlant à la première personne, le baron présente comme parfaitement anodines les péripéties les plus exagérément invraisemblables. Le Monnier illustre ces énormes gasconnades avec une efficacité mêlée de joliesse décorative.

la planche du mois de juillet 2015

les aventures du Baron de Crac d’Henry Le Monnier
(collection du musée de la bande dessinée)
la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
musée de la bande dessinée
quai de la Charente
Angoulême