les choix du café bédé de juin 2015 - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > la Cité > actualités de la Cité > les choix du café bédé de juin 2015

les choix du café bédé de juin 2015

nos lecteurs ont aimé...

Le jour le plus long du futur
de Lucas Varela (Delcourt)

Dans une ville futuriste, deux sociétés de fast-food se livrent un combat sans merci. Peu d’espaces échappent à leur omniprésence : immeubles, échangeurs, écrans… leurs logos sont partout. Dans ce monde ultra-contrôlé, où les hommes ne semblent plus être que des pions, un étranger venu d’on-ne-sait-où débarque avec une valise permettant la réalisation de désirs inconscients. Une arme puissante bientôt détournée par une des compagnies qui espère ainsi anéantir une bonne fois pour toutes son concurrent. Un employé de l’une des firmes et un pauvre robot ménager se retrouvent au centre de cette machination…
Récit entièrement muet, Le jour le plus long du futur est un livre qui se déguste avec délectation. On y retrouve les qualités graphiques de Lucas Varela : un dessin discrètement virtuose, très lisible et grouillant de multiples détails, un découpage efficace au service d’un récit à la fois drôle et complexe, de nombreuses références aux classiques de la science-fiction écrite, filmée et dessinée…
Prévoyez une et même plusieurs relectures, pour le plaisir.

acheter Le jour le plus long du futur de Lucas Varela (Delcourt). 14,95€.

Murderabilia
de Alvaro Ortiz (Rackham)

« Les murderabilia, mot-valise forgé à partir des termes latin memorabilia (« souvenirs ») et anglais murder (« meurtre »), désignent des objets liés à des meurtriers, notamment les tueurs en série et les tueurs de masse, marchandisés principalement sur des sites internet dédiés à ce type de commerce. » (Wikipédia) Le jeune Malmö Rodríguez a vite abandonné ses études, habite avec des parents qu’il déteste, est sans emploi mais ne cherche pas du travail. Il voudrait être écrivain, mais il n’écrit presque jamais. Tout ce qu’il possède ce sont deux chats noirs, héritage d’un oncle qui vient d’être terrassé par un infarctus. À première vue, on les prendrait pour des chats quelconques, mais un étrange personnage est disposé à les acheter en échange d’une coquette somme d’argent. Malmö accepte le marché, saute sur un bus et part livrer les chats au mystérieux acheteur, sans se douter que cette rencontre va changer sa vie pour toujours.

acheter Murderabilia de Alvaro Ortiz (Rackham). 21€.

Jolies ténèbres
de Fabien Vehlmann et Kerascoet (Dupuis)

Un conte cruel et saisissant Dans les champs, au printemps, une fillette gît, inerte. Est-elle morte ? Qui l’a tuée ? On n’en saura pas plus. De ci, de là, une minuscule communauté surgit, comme échappée de contes de fées : Aurore, mais aussi l’Orgueilleuse, la Régressive, l’Aventurière, le Prince m’as-tu vu. Les saisons passent et Aurore, la presque princesse, s’agite toujours pour son petit monde, qu’elle voudrait merveilleux, pour accorder cette improbable assemblée à la nature et aux bêtes qui les entourent. Jusqu’à ce jour d’hiver, où elle devra faire face à un choix amer...

acheter Jolies ténèbres de Fabien Vehlmann et Kerascoet (Dupuis). 16€.

A la dérive
de Xavier Coste (Casterman)

Paris 1910. Alors que la ville est envahie par les eaux de la grande crue de la Seine, un couple d’américains croulant sous les dettes et les menaces d’usuriers fomente un coup audacieux : profitant de la déroute générale piller la banque American Express ! Le casse du siècle ! Mais n’est pas braqueur de banques qui veut. Des « Apaches » (surnom des bandits parisiens au début du siècle avant les hauts faits des Brigades du Tigre) sont embauchés pour leur prêter main forte. L’engrenage fatal est en route. L’attaque tourne mal, un des gardiens est assassiné. Rapidement la police met la main sur un des exécutants qui balance à tout va. Alors que l’Américain est appréhendé, son épouse parvient à s’échapper avec une grosse partie du butin. Il est condamné au bagne, elle reste libre. Il fera tout pour la retrouver ainsi que les liasses, garantie d’une vie meilleure, mais l’attendra-t-elle ?

acheter A la dérive de Xavier Coste (Casterman). 18€.

La vierge et la putain
de Nicolas Junker (Glénat)

Elles sont cousines. Elles sont reines. Élisabeth Tudor est reine d’Angleterre. Marie Stuart, reine de France et d’Écosse. Elles prétendent toutes les deux au trône d’Angleterre. Élisabeth la frigide, l’éternelle vierge, fille illégitime et reniée par le Pape, peut compter sur son nom. Marie Stuart la sublime, la brillante, sur son charme et le soutien des catholiques. Mais deux reines pour une seule île, cela fait beaucoup... Avec le coffret La Vierge et la Putain, Nicolas Junker signe, dans un exercice de style digne de l’OuBaPo, deux ouvrages parfaitement symétriques dans leur construction narrative (la fin de l’un répond comme en écho au début de l’autre), racontant le destin hors du commun de ces deux femmes de pouvoir à travers le regard des hommes qui les ont côtoyées. Il réalise aussi et surtout deux passionnantes bandes dessinées historiques pouvant se lire indépendamment l’une de l’autre, montrant comment, au Moyen Âge, deux femmes ont mis l’ensemble des hommes de leur époque à leurs pieds.

acheter La vierge et la putain de Nicolas Junker (Glénat). 35€.

Charly 9
de Richard Guérineau et Jean Teulé (Delcourt)

Charles IX fut de tous les rois de France l’un des plus calamiteux. À 22 ans, pour faire plaisir à sa mère, il ordonna le massacre de la Saint Barthélemy qui épouvanta l’Europe entière. Abasourdi par l’énormité de son crime, il sombra dans la folie. Transpirant le sang par tous les pores de son pauvre corps décharné, Charles IX mourut à 23 ans, haï de tous... Pourtant, il avait un bon fond.

acheter Charly 9 de Richard Guérineau et Jean Teulé (Delcourt). 16,95€.