recherche : bande dessinée et méditerranée 1948-2015 - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > la Cité > actualités de la Cité > recherche : bande dessinée et méditerranée 1948-2015

recherche : bande dessinée et méditerranée 1948-2015

Sébastien Llaurens, doctorant en histoire à Aix-Marseille

Sébastien Llaurens prépare une thèse de doctorat à Marseille. Il est venu consulter les fonds documentaires de la Cité utiles pour nourrir son travail, comme des revues de bande dessinée africaines.

Sébastien Llaurens est doctorant en histoire à l’Université d’Aix-Marseille, laboratoire TELEMME.
Il a déjà travaillé sur la bande dessinée en M1 (La représentation de la Shoah à travers la bande dessinée), et en M2 (Bande dessinée et engagement politique).

Sébastien Llaurens prépare maintenant une thèse sur le croisement de la bande dessinée avec l’aire géographique méditerranéenne, de la seconde moitié du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Avec pour titre provisoire Bande dessinée et Méditerranée, récits et images, 1948-2015, cette thèse est placée sous la direction de Maryline Crivello.

Rassemblant tous les ouvrages de bande dessinée traitant des thématiques des migrations et des conflits en Méditerranée, Sébastien Llaurens les « transforme » en source pour l’historien, matériau d’étude et corpus d’archive dans lequel puiser des informations.
L’auteur de bande dessinée élabore en effet dans les récits une vision historique, sociale, culturelle et souvent politique, qu’il s’agira de déconstruire. Il représente les évènements et le temps comme il peut parfois se faire l’intermédiaire de ceux qui ne peuvent parler. Il peut devenir alors témoin du témoin, étant en charge d’élaborer, de former et de diffuser un récit qui n’est pas le sien. Cette différence fondamentale avec la fiction est une des principales caractéristiques de la bande dessinée d’aujourd’hui. Alors que jusque dans les années 1980, la fiction déterminait le marché éditorial de la bande dessinée, la biographie, l’autobiographie et le reportage prennent depuis peu une part prépondérante dans la production des ouvrages. L’histoire au sens large se raconte souvent, en bande dessinée, à travers le prisme de l’écriture de soi. Celui qui écrit est le narrateur-transmetteur mais peut-être également le premier acteur représenté.
Ce travail prendra en compte autant les travaux de fictions que les biographies/autobiographies/reportages ou mises en scène de soi.

À la Cité, Sébastien Llaurens a consulté une trentaine d’ouvrages que l’on trouve difficilement ailleurs : des fictions ou biographies classiques, peu courantes dans les bibliothèques publiques ou universitaires de la région de Marseille, et des ouvrages plus rares, comme des revues de bande dessinée africaines.

Le centre de documentation de la Cité est un endroit agréable pour travailler, constate-t-il, avec énormément d’ouvrages et de dossiers documentaires dans lesquels puiser !