petit-fils d’algérie - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > nos ressources > sélections de la Cité > archives des sélections de la Cité > archives 2015 des sélections de la Cité > petit-fils d’algérie

petit-fils d’algérie

de Joël Alessandra (Casterman)

L’auteur, à l’aube de la cinquantaine, né à Marseille de parents Pieds Noirs, rapatriés d’Algérie, est préoccupé par le comportement passé de sa famille sur le plan des valeurs humaines. Il se demande s’ils n’étaient pas racistes ou profiteurs.
Invité à Constantine par l’Institut Français, il va découvrir une ville très chaleureuse aux parfums et ambiances inconnus, aux mosquées et palais somptueux, et surtout se confronter à l’histoire de sa famille. Il va apprendre que les siens, architectes et entrepreneurs ont construit une multitude de bâtiments, notamment le grand cinéma de la ville, un hôpital, un hôtel et des immeubles.
L’intérêt de ce livre réside d’abord dans les éléments historiques qui s’entremêlent avec le passé de la famille ; les causes de la guerre d’indépendance sont évoquées ainsi que les rapports franco-algériens toujours très compliqués ; le poids de l’Histoire est très présent.
L’émotion qui se dégage du récit est perceptible à plusieurs reprises, lorsque Joël Alessandra se rend au cimetière sur les tombes de ses ancêtres, quand il arrive devant la maison familiale de ses grands-parents et au moment où ses parents, quittant l’Algérie, débarquent sur le port de Marseille, confrontés à la haine des Français.
Le message délivré est très fort : ce besoin irrépressible de s’immerger dans le passé afin de comprendre, transmettre au mieux à ses enfants l’esprit de sa famille et se rassurer quant à l’image que celle-ci a laissée, au vu des informations recueillies.

C’est un pur bonheur de suivre les déambulations de l’auteur dans Constantine, entre illustrations pleine page, photos et documents d’archive. Le traitement graphique à l’aquarelle confère une certaine douceur à ce récit autobiographique. De plus l’alternance des dessins noir et blanc et couleur, au gré des époques, apporte un confort de lecture indéniable. (MM)

acheter le livre de Joël Alessandra : Petit-fils d’Algérie. Casterman / 19€.