georges wolinski - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > nos ressources > ressources documentaires > actualités de la bd > archives des actualités de la bande dessinée > archives des actualités de la bande dessinée 2015 > archives des actualités de la bande dessinée - janvier 2015 > georges wolinski

disparition

georges wolinski

(1934-2015)

Georges Wolinski, né en 1934 à Tunis. Grand lecteur de bande dessinée dans sa jeunesse (il adorait Coq Hardi) il découvre très tôt les classiques américains et subit la forte influence de Mad Comics et de l’école du New Yorker. Il rejoint Hara Kiri dès les premiers numéros et en sera jusqu’au bout un des inamovibles piliers. Il dessine d’abord des bandes dessinées parodiques très marquées par l’esthétique de Mad, avant d’adopter le style « simplifié » qui est sa marque de fabrique. Mai 68 l’ouvre à la contestation politique, dont il est alors, avec son ami Siné, un des représentants les plus marquants. Les années 70 le voient mêler de plus en plus commentaire politique, humour et érotisme (un de ses albums les plus connus s’intitule Je ne pense qu’à ça ), avec une gourmandise teintée de poésie. Les amateurs de bande dessinée se souviennent des scénarios de Paulette qu’il écrivit pour Georges Pichard, et de son excellent travail de rédacteur en chef de Charlie Mensuel dans les années 1970. Dialoguiste doté d’une belle faconde, il a publié dans tous les grands titres de la presse magazine et signé plus de 80 livres. L’un des derniers, une anthologie parue en 2012 au Cherche midi, s’intitulait : Le pire a de l’avenir. Prémonitoire...