giorgio rebuffi - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > nos ressources > ressources documentaires > actualités de la bd > archives des actualités de la bande dessinée > archives des actualités de la bande dessinée 2014 > archives des actualités de la bande dessinée - octobre 2014 > giorgio rebuffi

disparition

giorgio rebuffi

(1928-2014)

Nous venons d’apprendre la mort, le 15 octobre 2014, du grand maître italien de la bande dessinée d’humour, Giorgio Rebuffi.

Pour l’amateur français, le nom et la production du dessinateur italien Giorgio Rebuffi restent associés à la floraison des « petits formats », fascicules au format poche imprimés sur du mauvais papier. L’essentiel de la production de Rebuffi a en effet orné les pages de ces titres bon marché qui ont fait le bonheur des jeunes lecteurs des années 1950 à 80.
La passion de Rebuffi pour le dessin lui fait abandonner une prometteuse carrière dans la médecine pour celle, plus incertaine, de dessinateur. Il entre dans la carrière en 1949 et a publié depuis des milliers de pages, travaillant pour l’essentiel pour des éditeurs populaires en Italie et en France, dont Disney Italie, firme pour laquelle il a dessiné aussi bien des histoires de Donald que de Mickey.
Mais ses séries les plus populaires et les plus remarquables sont Lo Sceriffo Fox (un très amusant western animalier) et Cucciolo et e Beppe (en français Pipo et Concombre), série animalière qu’il va entièrement renouveler, en commençant par humaniser ses protagonistes et en introduisant un formidable personnage de loup, Pougatchoff, dont l’accent russe se manifeste par le fait qu’il rajoute au petit bonheur des « ski » et des « off » à la fin des mots qu’il prononce.
Sa bande la plus connue est sans doute Tiramolla, (francisé en Elastoc) dont le héros est un homme élastique, apte à prendre toutes les formes. Les scénarios filent à toute vitesse et en toute loufoquerie, et le dessin, rond et efficace, fait des merveilles. Proche de du scénariste Carlo Chendi et de l’immense dessinateur Luciano Bottaro, il fonde avec eux en 1968 les studios Bierreci (dont l’intitulé reprend les initiales du nom de chacun), qui va assurer le grand succès éditorial du trio pendant près de vingt ans. Diminué depuis plusieurs années par des problèmes de santé, il avait pris sa retraite dans les années 1990.
Saluons la mémoire d’un maître de l’humour dessiné dont l’œuvre, aujourd’hui méconnue, a gardé toute sa puissance de divertissement.