hommage à jo manix - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > expositions temporaires > archives des expositions > archives des expositions 2010 > hommage à jo manix

e x p o s i t i o n

hommage à jo manix

du 28 janvier au 21 février 2010

Parallèlement à la publication de l’intégrale du Journal de Jo Manix aux éditions Flblb, la Cité propose une présentation hommage à cette auteure disparue en 2001, en collaboration avec l’éditeur poitevin.

Cet hommage prend la forme d’une présentation du journal de Jo Manix, alias Joëlle Guillevic (1966-2001), consacré aux années 1994-1995.
Son journal dessiné, dont une vingtaine de pages inédites, retracent les débuts du Simo, la maison d’édition qu’elle lança avec Nylso dans les années 90. Ses chroniques du quotidien se mêlent naturellement aux réflexions d’auteur, les escapades aux lectures, et dessinent la personnalité d’une auteure discrète mais essentielle.

Joëlle Guillevic fut une des premières auteures en France à pratiquer l’autobiographie dessinée. Assez sensible au caractère très masculin du milieu de la bande dessinée, elle choisit le pseudonyme de Jo Manix, d’après la série télévisée mettant en scène un enquêteur au caractère bourru et aux méthodes efficaces. Avec Nylso et l’équipe du Simo, elle contribua activement à l’émergence d’une nouvelle bande dessinée dans les années 1990. Ce premier tome de l’intégrale de son journal couvre les années 1994-95 et décrit l’enthousiasme d’un couple d’auteurs qui a tout plaqué pour se consacrer à la création.

Jo Manix était une des premières invitées de la librairie dès sa création en 1995. Honorant de sa présence des séances de dédicaces aux côtés des tout jeunes Troub’s, Fabrice Neaud... les séances de dédicaces des carnets "Sketches books" qu’elle réalisait avec Nyls son compagnon dessinateur donnaient lieu à de savoureux croquis de visiteurs.

JPEG - 228.5 ko

Ce travail d’observation des gens qui l’entouraient, de ses amis et de sa famille constituait l’essence de ses carnets autiobiographiques.
l’hommage rendu dans la librairie évoque sa présence dans l’intimité d’un salon où sont installées des reproductions de pages de carnet : escapades, lectures, conversations de bistrot, critiques de films, festivals, ateliers...
son intérêt pour le roman graphique se retrouve dans la vitrine au fil d’ une sélection de nouveautés.

production Cité internationale de la bande dessinée et de l’image en collaboration avec Flblb
lieu librairie de la bande dessinée et de l’image