biographies des artistes exposés - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
nous vous informons que le musée de la bande dessinée, la bibliothèque, le cinéma et la librairie sont ouverts.
accueil > votre visite > au programme > expositions temporaires > archives des expositions > archives des expositions 2014 > 1975-1997 la bande dessinée fait sa révolution > biographies des artistes exposés

biographies des artistes exposés

Biographies des 22 principaux auteurs exposés.

Jean-Claude Gal
Né en 1942, Jean-Claude Gal publie ses premières histoires courtes pour le journal Pilote en 1972. En parallèle, il enseigne le dessin en région parisienne. Il collabore avec Jean-Pierre Dionnet dès 1975 et publie avec lui Les Armées du conquérant dans Métal hurlant, jusqu’en 1977. Cette fresque épique constituée de courtes nouvelles, au dessin très travaillé et détaillé, met en scène les soldats d’une armée. Elle se rapproche du genre de l’heroïc fantasy. Son premier album en couleur – La Passion de Diosamante - est publié en 1992, deux ans avant sa mort.
1975 : Les Armées du Conquérant
1981 : L’Aigle de Rome I Arn
1992 : Diosamante
1995 : Épopées fantastiques

Mœbius
Jean Giraud, né en 1938, crée le personnage de western Blueberry en 1962. Il se tourne ensuite rapidement vers l’univers de la science-fiction et du fantastique, signant désormais du nom de Mœbius. Membre fondateur de Métal hurlant en 1975, il y explore le thème de la métamorphose. Ses planches, repérées par quelques grands réalisateurs à travers le monde, vont lui permettre de collaborer aux films Alien de Ridley Scott, Tron de Steven Lisberger, ou Le Cinquième élément de Luc Besson. Jean Giraud est décédé en 2012.
1976 : Arzach
1979 : Le Garage Hermétique I Major Fatal
1981 : L’Incal (scénario : Alexandro Jodorowsky)
1983 : Le Monde d’Edena
1989 : The Long Tomorrow (scénario : Dan O’Bannon)

Philippe Druillet
Philippe Druillet est né en 1944 à Toulouse. Après avoir vécu en Espagne, il arrive en France à l’âge de seize ans et devient photographe. À Paris, il rencontre Jean Boullet et collabore à des revues fantastiques. Il entre en 1969 à Pilote, puis fonde avec Mœbius, Dionnet et Farkas la revue Métal hurlant. Outre ses contributions dans des revues et des récits publiés en albums, il est aussi scénariste, contribue à la réalisation de spectacles, de dessins animés, d’affiches et expose ses peintures dans le monde entier.
1966 : Lone Sloane
1975 : Vuzz
1976 : La Nuit
1980 : Salammbô
1988 : Grand Prix de la Ville d’Angoulême

Frank Margerin
Après des études d’Arts appliqués à Paris, Frank Margerin, né en 1952, travaille dans la publicité. Il rencontre Dionnet : les premières planches de Simon et Léon paraîtront dans le numéro 6 de Métal hurlant. Il collabore en parallèle à plusieurs revues et ses dessins commencent à se voir sur d’autres supports : des affiches de films, de concerts, des publicités… Lucien, le rocker à la banane, est son personnage le plus connu. Depuis 2008, les nouveaux albums de Lucien sortent chez Fluide Glacial.
1980 : Ricky
1982 : Lucien I Bananes Métalliques
1992 : Grand Prix de la Ville d’Angoulême

Serge Clerc
Né en 1957, Serge Clerc collabore à Métal hurlant dès ses 18 ans. Passionné de musique, il travaille également pour Rock & Folk. Il se démarque dans les années 1980 par son utilisation de la ligne claire. Il est également l’auteur d’un livre - Le Journal - qui retrace l’histoire du magazine Métal hurlant. En octobre 2013, il est l’invité d’honneur des Rencontres Chaland, à Nérac, qui mettent en avant la ligne claire.
1978 : Phil Perfect
2009 : À la Frite Sauvage (collectif) I Summer of the 80’s (collectif)
2008 : Le Journal

Enki Bilal
Né en 1951 à Belgrade (Yougoslavie), Enki Bilal publie en 1972 sa première histoire pour le journal Pilote : Le Bol maudit. Il rencontre ensuite le scénariste Pierre Christin et collabore avec lui sur de nombreux albums. D’autres succès suivront, comme la trilogie Nikopol ou la tétralogie Le Sommeil du Monstre. Enki Bilal réalise en parallèle des affiches de films, participe à des expositions et a réalisé plusieurs longs métrages.
1979 : Les Phalanges de l’Ordre Noir (scénario : Pierre Christin) I Exterminateur 17 (scénario : Jean-Pierre Dionnet)
1980 : Nikopol
1982 : Crux Universalis
1983 : Partie de Chasse (scénario : Pierre Christin)
1987 : Grand Prix du Festival d’Angoulême
1998 : Le Sommeil du Monstre

Jean-Michel Nicollet
Né à Lyon en 1944, Jean-Michel Nicollet se forme aux beaux-arts de Lyon et de Paris, avant de se consacrer à l’illustration au début des années 1970. Il publie dans les revues Lui ou Cosmopolitan, puis réalise des couvertures de romans pour Gallimard, Denoël ou Neo. Il participe aux débuts de Métal hurlant en illustrant des couvertures pour le magazine, aux images sombres et aux thèmes parfois fantastiques, renforcés par l’usage de la peinture acrylique. Il y développe aussi de courts récits, parfois en collaboration avec Picaret. Avec sa compagne Kelek, il a illustré toutes les couvertures de la collection « Titres S. F. » (éditions Lattes).
1978 : Le Diable (scénario : François Arnoulx)
1979 : Ténébreuses Affaires
1980 : Le Rejeton de l’Univers (avec Kelek)

Yves Chaland
Né en 1957 à Lyon, il intègre l’école des beaux-arts de Saint-Étienne en 1975, et crée avec un ami un fanzine, L’Unité de Valeur. Repérés par Jean-Pierre Dionnet, ce dernier leur commande une série d’histoires courtes pour Métal hurlant et Ah Nana ! Les premiers personnages de série d’Yves Chaland prennent corps. Il devient vite l’un des plus importants représentants de la ligne claire. En 1981, il met en couleur L’Incal Lumière de Mœbius et Jodorowsky. En parallèle, il œuvre pour la publicité et la conception graphique. Yves Chaland meurt prématurément à l’âge de 33 ans, en 1990.
1979 : Captivant (coréalisé avec Luc Cornillon)
1981 : naissance de Bob Fish et de Freddy Lombard I La Vie exemplaire de Jijé (avec Serge Clerc et Denis Sire)
1982 : naissance du Jeune Albert
1982 : [Spirou à la recherche du Bocango I La Comète de Carthage
1983 : naissance d’Adolphus Claar
1984 : Le Cimetière des éléphants
1987 : naissance de John Bravo

Paul Gillon
Né en 1926 à Paris, Paul Gillon commence sa carrière comme illustrateur et caricaturiste, avant de se tourner vers la bande dessinée à la fin des années 1940, publiant dans Vaillant et au Journal de Mickey. Il aborde dans son œuvre le genre réaliste, à travers l’histoire et l’adaptation littéraire (Moby Dick, Notre-Dame de Paris, Au nom de tous les miens…), mais accorde aussi une large part à la science-fiction, comme dans la série Les Naufragés du Temps. Paul Gillon est décédé en 2011.
1950 : Lynx Blanc (scénario : Roger Lécureux)
1953 : Fils de Chine (scénario : Roger Lécureux)
1959-1972 : 13, rue de l’Espoir (publié dans France Soir
1964 : début des Naufragés du Temps (scénario : Jean-Claude Forest)
1968 : Jérémie
1982 : Les Mécanoïdes Associés
1982 : Grand Prix de la Ville d’Angoulême
1993 : Jehanne
1996 : La Dernière des salles obscures (scénario : Denis Lapière)

Jacques Tardi
Considéré comme l’un des plus grands dessinateurs de bande dessinée contemporaine, Jacques Tardi est né en 1946 à Valence. Il étudie aux Beaux-arts de Lyon puis aux Arts décoratifs de Paris, et fait ses débuts dans la bande dessinée dans Pilote, au début des années 1970. L’œuvre de Tardi est marquée par son intérêt pour l’Histoire et ses tourments : la première guerre mondiale y est souvent présente. Il est le créateur de Nestor Burma et d’Adèle Blanc-Sec, avec laquelle il se forge un style fait de fantastique et de second degré, dans un décor de Paris d’avant-guerre. Jacques Tardi illustre également des œuvres littéraires et a travaillé avec de nombreux écrivains.
1974 : Le Démon des glaces I La Véritable Histoire du Soldat Inconnu
1976 : Rumeurs sur le Rouergue (scénario : Pierre Christin) I Adèle Blanc-Sec
1977 : Polonius (scénario : Picaret)
1979 : Ici Même (scénario : Jean-Claude Forest)
1982 : Nestor Burma (d’après Léo Malet)
1987 à 1991 : illustration des œuvres de Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit, Mort à crédit, Casse-pipe
1993 : C’était la guerre des tranchées
1997 : La Der des Ders (scénario : Didier Daeninckx)
1999 : Jeux pour mourir (d’après Géo-Charles Véran)
2000 : La Débauche (scénario : Daniel Pennac)
2001 : Le Cri du Peuple (d’après Jean Vautrin)

Hugo Pratt
Célèbre dessinateur et scénariste italien, Hugo Pratt - né en 1927 à Rimini - a marqué de son empreinte le monde de la bande dessinée. Très jeune, il se rend en Abyssinie où son père militaire a été muté : ce voyage restera longtemps ancré dans sa mémoire, influençant nombre de ses œuvres. Passionné de romans d’aventures et de découvertes, Hugo Pratt n’aura de cesse de voyager tout au long de sa vie : Argentine, Brésil, Angleterre, France, Suisse… puisant de ses voyages des personnages marquants, aux traits vifs, au premier rang desquels figure le désormais légendaire Corto Maltese. L’Histoire occupe une place essentielle dans son œuvre, qui a fait l’objet de multiples expositions de par le monde. Hugo Pratt est mort à Lausanne en août 1995.
1945 : création de la revue de bandes dessinées L’As de Pique
1949 : s’installe en Argentine après avoir été repéré par une maison d’édition
1953 : apparition du Sgt. Kirk
1959-1960 : s’installe à Londres
1962 : Capitane Cormorant I Wheeling I retour en Italie
1975 : La Ballade de la Mer Salée : première apparition de Corto Maltese
1976 : Fort Wheeling I Prix de la meilleure bande dessinée étrangère au Festival d’Angoulême pour La Ballade de la Mer Salée
1977 : Les Scorpions du Désert
1978 : Ann de la Jungle
1990 : Cato Zoulou
1987 : Un Été Indien (scénario pour Milo Manara)
1995 : El Gaucho (scénario pour Milo Manara)

Didier Comès
Originaire des Ardennes, Didier Comès est né en 1942. Dessinateur industriel dans une entreprise textile, il s’intéresse ensuite au jazz et à la percussion. La bande dessinée n’arrivera que plus tard, à la fin des années 1960. Il est alors fortement marqué par la bande dessinée américaine et le graphisme noir et blanc. Sa première bande paraît en 1970, dans un quotidien belge. Après plusieurs histoires publiées, sans grand succès, il décide d’arrêter dans cette voie et devient barman ; jusqu’à ce que (À suivre) le contacte. Il passe alors au noir et blanc et publie plusieurs albums, dont Silence, qui assoit sa notoriété. Tous ses thèmes de prédilection s’y retrouvent : le fantastique, la poésie, la tragédie. Le cadre de ses histoires ne variera plus guère : l’univers de la sorcellerie, des personnages troubles et ambigus, des villages isolés. Didier Comès s’est éteint en mars 2013.
1973 : Pilote publie le premier épisode d’Ergün l’Errant : Le Dieu vivant
1975 : L’Ombre du Corbeau
1980 : Silence I Le Maître des Ténèbres
1981 : Alfred du meilleur album à Angoulême pour Silence
1983 : La Belette
1985 : Eva
1988 : L’Arbre-Cœur
1991 : Iris
1995 : La Maison où rêvent les arbres
2000 : Les Larmes du Tigre

Philippe Bertrand
Après une formation de graphiste, Philippe Bertrand - né en 1949 - collabore aux revues Partisans et L’Idiot International. Il intègre l’équipe de Charlie Mensuel en 1974. Il a travaillé depuis pour de nombreux journaux et magazines — Lui, Télérama, L’Express, Le Monde… — tout en publiant des bandes dessinées parfois érotiques, souvent humoristiques. Aussi à l’aise avec les adultes que les enfants, Philippe Bertrand a également réalisé des livres et un jeu d’aventures pour les jeunes.
Il est décédé en mai 2010.
1981 : À cet instant aux antipodes
1985 : Linda aime l’art
1988 : Olympia, scénario de Jean-Marie de Busscher
1995 : Les Petits riens (livre pour enfants), scénario d’Élisabeth Brami
2002 : Rester normal, scénario de Frédéric Beigbeder
2009 : Le Montespan, d’après le roman de Jean Teulé

André Juillard
Né à Paris en 1948, son dessin se caractérise rapidement par un réalisme académique classique mais fortement expressif, influencé par les maîtres de la ligne claire, Hergé et Jacobs. Il connaît son premier grand succès avec la série Les Sept vies de l’Épervier, saga historique se situant au début du XVIIème siècle. Ses œuvres deviennent vite des références en matière de bande dessinée historique réaliste. Suivront la publication du Cahier bleu pour (À suivre), autre grand succès populaire, avant sa reprise des aventures de Blake et Mortimer de Jacobs.
1982 : Les Sept vies de l’Epervier (scénario : Patrick Cothias)
1994 : Le Cahier bleu
1995 : Prix du meilleur album français au Festival d’Angoulême pour Le Cahier bleu
2000 : Blake et Mortimer (scénario : Yves Sente)

Jean-Marc Rochette
Né à Baden-Baden - Allemagne - en 1956, Jean-Marc Rochette est à la fois dessinateur de bandes dessinées, peintre et illustrateur. Il fait ses débuts dans la bande dessinée en 1976, en publiant dans Actuel ou L’Écho des savanes. En parallèle, il effectue de nombreux voyages (États-Unis, Centre Afrique, Guatemala…) dont il tire des reportages dessinés pour diverses revues. Ses œuvres peintes, exposées à plusieurs reprises, marquent un intérêt pour le paysage et le portrait. Jean-Marc Rochette est aussi illustrateur pour des livres destinés à la jeunesse.
1978 : Edmond Le Cochon (avec Martin Veyron)
1984 : Le Transperceneige (scénario : Jacques Lob)
1987 : Requiem Blanc (scénario : Benjamin Legrand)
1997 : Le Coyote Mauve (livre d’illustration jeunesse avec Jean-Luc Cornette)
1999 : suite du Transperceneige (scénario : Benjamin Legrand)
2000 : Napoléon et Bonaparte : Alph’art Humour au Festival d’Angoulême 2001
2002 : illustration de Candide (d’après Voltaire)
2012 : adaptation du Transperceneige en film, par le réalisateur coréen Bong Joon-ho

François Boucq
Né à Lille en 1955, François Boucq arrive à Paris en 1974 et devient dessinateur pour Le Point, L’Expansion, Playboy… Il entame sa carrière dans la bande dessinée l’année suivante en intégrant la revue Mormoil, puis Pilote en 1978 et Fluide glacial en 1980. Il publie ensuite des histoires courtes dans (À suivre). En 1984, il passe au récit avec le romancier américain Jérôme Charyn. Puis il entame une trilogie fantastique avec Alexandro Jodorowsky, avec qui d’autres collaborations suivront.
1986 : La Femme du Magicien (scénario : Jérôme Charyn)
1990 : Bouche du Diable (scénario : Jérôme Charyn)
1992 : Face de Lune (scénario : Alexandro Jodorowsky)
1994 : Les Aventures de Jérôme Moucherot
2001 : Bouncer (scénario : Alexandro Jodorowsky)
2007 : Prix spécial Albert Uderzo pour l’ensemble de son œuvre

José Muñoz
José Muñoz naît le 10 juillet 1942 à Buenos Aires. À quinze ans, il devient l’assistant du dessinateur Solano-Lopez, puis rencontre Hugo Pratt qui l’engage pour la revue Misterix. Il quitte l’Argentine pour l’Europe en 1972 et fait la connaissance en Espagne de son complice Carlos Sampayo, argentin lui aussi. Les deux auteurs intègrent la revue (À suivre) dès 1978. Depuis 1999, Muñoz publie des recueils composés de textes et de dessins et a réalisé plusieurs affiches, des couvertures pour des livres et pour la presse. Il vit actuellement entre Paris et Milan.
1977 : Alack Sinner (scénario : Carlos Sampayo)
1981 : Le Bar à Joe (scénario : Carlos Sampayo)
1991 : Billie Holiday (scénario : Carlos Sampayo)
1997 : Le Croc du serpent (scénario : Jérôme Charyn)

François Schuiten
Né à Bruxelles en 1956, il est publié dès ses 16 ans dans la revue Pilote, édition belge. Avec son frère Luc, architecte, il développe la série Terres creuses dans Métal hurlant. Puis, c’est avec son ami d’enfance Benoît Peeters qu’il réalise Les Cités obscures, publiées dans (À suivre). En parallèle, Schuiten réalise de nombreuses affiches, des timbres pour la Poste belge, les scénographies de plusieurs opéras, mais aussi des projets architecturaux tels que la station de métro Arts et Métiers à Paris. Il travaille également dans la conception graphique de films.
1980 : Les Terres creuses (scénario : Luc Schuiten)
1983 : Les Cités Obscures (scénario : Benoît Peeters)

François Bourgeon
Né à Paris en 1945, il a un diplôme de maître verrier. Dès 1971, ses dessins sont publiés dans différents journaux (Lisette et Nade, Fripounet, Pif Gadget…). C’est après la réalisation d’une maquette de frégate du 18ème siècle que naît la série Les Passagers du Vent qui le fera connaître du grand public. Installé en Bretagne, Bourgeon se lance dans Les Compagnons du Crépuscule, série se déroulant au Moyen Âge qui sort dans les pages de (À suivre) avant de faire l’objet de trois albums. Depuis 2009, il a entrepris la suite des Passagers du Vent.
1980 : Les Passagers du Vent
1984 : Les Compagnons du Crépuscule
1993 : Le Cycle de Cyann

Jacques de Loustal
Né en 1956, Jacques de Loustal a une formation d’architecte. Il publie ses premières illustrations dans Rock & Folk à la fin des années 1970, puis plusieurs courts récits pour Métal hurlant et (À suivre). Cœurs de sable - longue histoire tragique prenant comme cadre le Maroc des années 1930 - est l’un de ses plus grands succès. Loustal a également travaillé avec des écrivains, comme Jérôme Charyn ou Jean-Luc Coatalem, et publié plusieurs carnets de voyage aux éditions du Seuil. Ses œuvres (peintures, dessins…) sont régulièrement exposées en France et à l’étranger.
1985 : Cœurs de sable (scénario : Philippe Paringaux)
1987 : Barney et la note bleue ( scénario : Philippe Paringaux)
1991 : Les Frères Adamov (scénario : Jérôme Charyn)
1997 : Kid Congo (scénario : Philippe Paringaux)

Jacques Ferrandez
Né à Alger en 1955, Jacques Ferrandez a été formé à l’Ecole nationale des Arts Décoratifs de Nice. La quasi-totalité de son œuvre est marquée par le sud de la France ou l’Algérie. C’est le cas de sa série emblématique Carnets d’Orient qui relate l’histoire de la présence française en Algérie jusqu’en 1962. Jacques Ferrandez travaille également comme illustrateur pour des couvertures de romans et des carnets de voyages et a réalisé un document jeunesse sur la décolonisation de l’Afrique : Nos ancêtres les Pygmées, avec Didier Daeninckx. Il a adapté en bande dessinée des romans de Marcel Pagnol et d’Albert Camus.
1980 : Les Enquêtes du Commissaire Raffini (scénario : Rodolphe)
1982 : Arrière pays
1987 : Carnets d’Orient
1997 : L’Eau des collines (d’après Marcel Pagnol)
1998 : L’Outremangeur (scénario : Tonino Benacquista)
2008 : Cuba Père & Fils
2009 : L’Hôte (d’après Albert Camus)
2012 : Prix spécial du jury Historia pour Carnets d’Orient
2013 : L’Étranger (d’après Albert Camus)

Nicolas de Crécy
Né en 1966 à Lyon, Nicolas de Crécy suit les Beaux-arts à Angoulême et fait partie de la première promotion de sa section bande dessinée en 1987. Il travaille d’abord pour les studios Disney en tant que décorateur, avant de publier ses premières planches. La série des Léon la Came (avec Sylvain Chomet) reste son œuvre la plus connue. Depuis 2010, Nicolas de Crécy se consacre au dessin (500 dessins, volumes 1 et 2, 2011 et 2013).
1991 : Foligatto
1995 : Léon la Came (scénario : Sylvain Chomet)
1998 : Alph’Art du meilleur album au Festival d’Angoulême pour le Tome 2 de Léon la Came