archives et acteurs des cinémas d’animation en france - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > nos ressources > publications > nos collaborateurs ont publié > archives et acteurs des cinémas d’animation en france

archives et acteurs des cinémas d’animation en france

Actes de colloque, éditions de L’Harmattan

Sous la direction de Sébastien Denis, Chantal Duchet, Lucie Merijeau, Marie Pruvost-Delaspre, Sébastien Roffat, ces Actes du colloque qui s’est tenu à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) les 30 et 31 octobre 2013 proposent à la fois une réflexion sur l’historiographie, l’archivistique, les premiers observateurs français, mais aussi un état des lieux des nouveaux acteurs et des pratiques contemporaines. Gilles Ciment, directeur général de la Cité, y évoque son éveil (précoce) au cinéma d’animation et sa démarche critique et historienne sur ce sujet, menée en parallèle à son travail sur la bande dessinée.

l’ouvrage

Alors que l’étude et l’enseignement de l’animation à l’université française gagnent actuellement du terrain après des décennies placées sous le sceau de l’ illégitimité culturelle, alors que l’envie de se réunir est de plus en plus présente chez les chercheurs qui étudient l’animation en France, il semble nécessaire de cartographier l’état de la recherche en France sur le sujet.
En effet, si le nombre des ouvrages portant sur le cinéma d’animation sous ses formes les plus diverses semble s’accroître de façon importante depuis le début du XXIème siècle dans plusieurs sphères de la recherche académique, et tout particulièrement en Grande-Bretagne et aux États-Unis, bien des aspects participant à la création et à l’existence de ce médium restent encore à développer. Ainsi, tout en se félicitant de l’intérêt croissant pour les cinémas d’animation dans leur pluralité, les instigateurs du présent ouvrage, qui découle directement du colloque organisé à Paris à l’INHA les 30 et 31 octobre 2013, ont souhaité concentrer leurs efforts sur le cas français, en tant qu’il paraissait représenter un hétérogène et problématique révélateur de tensions, mais aussi en tant qu’ il offrait, sous un angle plus large, un champ encore parcouru de vides et de manques. L’organisation d’une manifestation scientifique s’est trouvée justifiée par le désir et le besoin partagés de faire un état des lieux général des sources, des objets de recherche et des travaux, mais aussi, et c’est le sens de ce balancier entre « archives et acteurs », de recueillir la parole des collaborateurs, des témoins, des professionnels, des journalistes. Il s’agissait également, dans une volonté de faire éclater le seul cadre universitaire, de s’ouvrir aux apports et aux idées d’autres domaines d’expertise, et ainsi de (re)donner une place à ceux qui auront été durant plusieurs décennies les seuls à construire et à documenter l’histoire du cinéma d’animation, sans lesquels nombre de témoignages et d’informations auraient été perdus. De cette façon, on pourrait espérer que cet ouvrage constitue, pour les chercheurs à venir, un instantané, un aperçu précis de la recherche sur le cinéma d’animation français dans sa diversité - en lui-même déjà une archive, en quelque sorte.

+ d'info sur le colloque.