l’arabe du futur - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > nos ressources > sélections de la Cité > archives des sélections de la Cité > archives 2014 des sélections de la Cité > les livres coups de coeur 2014 de la Cité > l’arabe du futur

l’arabe du futur

de Riad Sattouf (Allary)

Première étape d’un voyage introspectif entre Libye, Syrie et Bretagne, Riad Sattouf publie son œuvre la plus personnelle à ce jour : une nouvelle référence pour la veine autobiographique en bande dessinée, et bien plus encore.

Né d’une mère bretonne et d’un père syrien, Riad Sattouf raconte son enfance vécue sur deux continents, et entreprend le portrait de son père, personnalité déconcertante, libéral chantre du panarabisme et enclin au mysticisme.... Arrivé à Tripoli en 1978, le garçonnet « aux cheveux en or » est imprégné des lectures paternelles du livre vert de Mouammar Kadhafi. Puis, c’est le départ pour la Syrie, et la famille s’installe dans un village proche de Homs. Riad y découvre la loi du plus fort, au milieu de ses cousins…
Après le revers commercial de Jacky au royaume des filles, son étonnant second long-métrage, Riad Sattouf publie sans conteste son meilleur livre, au sein d’une œuvre pourtant riche en authentiques réussites. Imprévisible, l’éclectique auteur du Manuel du puceau, La Vie secrète des jeunes et No Sex in New-York, retrouve sa veine la plus personnelle dans ce récit de ses jeunes années précédant la sombre expérience de Ma circoncision. Attendu de longue date par ses lecteurs, le premier tome de ce travail introspectif dépasse les plus ambitieuses espérances, en s’inscrivant avec finesse sur plusieurs champs de lecture. Coulent ainsi de source, de précieuses et pédagogues descriptions géopolitiques et historiques, des constructions intérieures parallèles au rythme de cultures et pays successivement habités - et habitant le petit Riad - et la prégnante force narrative de personnages éclatants ou faussement secondaires (dont la mère de l’auteur, qui mériterait un ouvrage à elle seule, et nombre de Syriens, parents ou « simples » quidams).
Au centre de ces univers denses et passionnants, Abdel-Razak, père fantastique aux yeux de son petit garçon, semble trôner avec malice telle une énigme constante et mouvante – augurant d’un côté obscur à venir dans un tome ultérieur, en cohérence avec l’un des précédents ouvrages de Sattouf. Livrant aussi nombre de clés pour mieux appréhender des thématiques et figures récurrentes chez l’auteur (souvent hantées par la violence, et toujours subtiles), L’Arabe du futur s’impose à tout le moins comme une très grande référence de la bande dessinée autobiographique, et une évidence pour tous les palmarès et autres vraisemblables distinctions à venir. (GCo)

acheter le livre de Riad Sattouf : L’Arabe du futur. Allary, 160p. / 20,90€.