dossier cinéma et bande dessinée - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > nos ressources > publications > nos collaborateurs ont publié > dossier cinéma et bande dessinée

p u b l i c a t i o n

dossier cinéma et bande dessinée

dans Positif No.639, mai 2014

Presque trente ans après le premier dossier de Positif consacré aux relations entre cinéma et bande dessinée, dirigé par Gilles Ciment et auquel contribua notamment Thierry Groensteen, la revue mensuelle de cinéma publie un nouveau dossier sur le sujet, qui réunit de nouveau les deux spécialistes qui se sont depuis retrouvés à la Cité (le premier en assurant la direction, le second en tant que chargé de mission et rédacteur en chef de la revue numérique neuvièmeart).
En trente ans, les liens entre 7ème et 9ème art se sont considérablement resserrés, pour le meilleur et pour le pire. Ce dossier de 23 pages, réuni par Gilles Ciment, explore quelques croisements exemplaires.
Ce numéro de Positif est en vente à la librairie de la Cité et à l’accueil du cinéma de la Cité.

le contenu du dossier

Deux centenaires sont l’occasion de se pencher sur des « migrations » célèbres : Mario Bava (né le 31 juillet 1914) a adapté l’un des fumetti les plus populaires, Diabolik, qu’évoque en connaisseur le critique et historien italien Lorenzo Codelli ; à l’inverse, le personnage de Charlot (apparu le 7 février 1914) a connu bien des vies de papier, à travers tout le siècle, que Thierry Groensteen détaille dans ce dossier.
Récemment, pas moins de trois bandes dessinées ont adapté ou abondamment cité l’œuvre de Fritz Lang, des Nibelungen chez David Vandermeulen à M le maudit chez Jon J. Muth en passant par Metropolis chez Christophe Girard : Jean-Jacques Manzanera explore cette convergence intrigante.

Faisant mentir la conviction que la comédie est le genre le moins favorable au passage de la planche à l’écran, Bertrand Tavernier a trouvé dans Quai d’Orsay un terrain familier qu’il a su s’approprier : Gilles Ciment l’a interrogé sur son travail d’adaptation.

Il fallait aussi donner la parole au sang neuf que représentent les auteurs entrés en cinéma pour adapter leurs propres bandes dessinées : Pascal Rabaté en tête, mais encore Marjane Satrapi, Joann Sfar et le tandem Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, tous interrogés par Bernard Génin.

Quant à Blutch, auteur prodige dont l’œuvre est sans cesse irriguée de références et hommages au septième art, qui a animé avec brio ses propres dessins à l’écran et été le dernier affichiste attitré d’Alain Resnais, il offre une synthèse passionnante de ces entrelacs, explorés par Jean-Jacques Manzanera.
Quelques conseils de lecture de Gilles Ciment, enfin, permettront aux lecteurs de la revue, pas tous au fait de l’édition de bande dessinée, de faire des découvertes cinéphiles.

sommaire du dossier

Gilles Ciment : Avant-propos
Thierry Groensteen : Charlot héros dessiné, de Segar à Forest
Jean-Jacques Manzanera : Réminiscences langiennes dans la bande dessinée d’un siècle naissant
Lorenzo Codelli : Bava le Diabolik
Gilles Ciment : Entretien avec Bertrand Tavernier : « Pas d’étoffes molles au Quai d’Orsay ! »
Bernard Génin : L’auto-adaptation selon Satrapi, Sfar, Abouet et Oubrerie : « On lâche le livre. On fait un film. »
Bernard Génin : Entretien avec Pascal Rabaté : « J’ai chopé la vie »
Jean-Jacques Manzanera : Pour ne jamais en finir avec le cinéma : éloge de la procrastination selon Blutch
Gilles Ciment : Notes de lecture sur Feuille de chou (Journal d’un tournage) de Mathieu Sapin, Le Printemps des quais de Pascal Génot, Bruno Pradelle et Olivier Thomas, Un homme est mort de Kris et Davodeau, Le Diable amoureux et autres films jamais tournés par Méliès de Vehlmann et Duchazeau, Invisibles : affiches de films inachevés, collectif, Souvenirs de films : 51 dessinateurs à l’affiche, collectif