ciné doc : ceuta, douce prison de jonathan millet et loïc h. rechi - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
pour la sécurité sanitaire de tous, nous vous informons que le port du masque est obligatoire dans nos espaces pour les personnes de plus de 11 ans.
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2014 des rendez-vous de la cité > ciné doc : ceuta, douce prison de jonathan millet et loïc h. rechi

ciné doc : ceuta, douce prison de jonathan millet et loïc h. rechi

jeudi 10 avril 2014 à 20h30, cinéma de la Cité

Avec Ceuta, douce prison , les réalisateurs ont voulu raconter la migration, raconter l’impalpable frontière Nord-Sud, raconter l’enclave de Ceuta à travers un autre regard, celui des migrants qui, bloqués à ses portes, fantasment sur une Europe qu’ils n’ont jamais vue. Des semaines durant, ils ont suivi au plus près les personnages pour partager et ressentir leur quotidien, leurs doutes et leurs espérances. Un documentaire en immersion sans temps mort ni recul, sans voix-off ni commentaire superflu.

ceuta, douce prison

France, 2012, 90 min.
documentaire de Jonathan Millet et Loïc H. Rechi

le sujet
Ceuta, Douce Prison suit les trajectoires de cinq migrants dans l’enclave espagnole de Ceuta, au nord du Maroc. Ils ont tout quitté pour tenter leur chance en Europe et se retrouvent enfermés dans une prison à ciel ouvert, aux portes du vieux continent. Ils vivent partagés entre l’espoir d’obtenir un « laissez-passer » et la crainte d’être expulsés vers leur pays. Le film est tourné en proximité totale avec les personnages, sans voix-off, sans adresse caméra, en immersion dans leur quotidien.

les réalisateurs
Loïc H. Rechi est journaliste et documentariste. Son amour pour les sujets à la marge l’amène régulièrement à voyager et explorer les recoins méconnus de nos sociétés. Capable d’enquêter un jour sur un tombeau nucléaire au fin fond de la Finlande, on pourra tout à fait le retrouver lendemain lâché sur un paquebot de croisière en Méditerranée, perdu dans des tunnels avec des ufologues en Bosnie ou déphasé dans des foyers de SDF à New-York. L’essence de son travail repose sur une volonté de fureter dans les limbes de la planète, de frayer avec ses extremistes, dans de longs récits, souvent écrits à la première personne, qui finissent toujours par questionner sa propre place dans le monde. Il collabore régulièrement avec Slate.fr, Les Inrocks ou Le Mouv et est rédacteur en chef adjoint de Snatch Magazine. Ceuta, douce prison est son premier film.
Jonathan Millet est né en 1985. Il a toujours fait des images. Des années durant, il est parti filmer des pays lointains ou inaccessibles, pour en rapporter des milliers d’heures d’images. Il filme surtout les gens, mais parfois des guerres, des présidents, des jungles et des déserts, des lumières incroyables, des murs et des frontières… Il se fait surtout beaucoup arrêter. Ceuta, douce prison est son premier long métrage documentaire. Il tourne et écrit d’autres projets, sur les frontières et sur les Forums Sociaux notamment. Il réalise également des courts métrages de fiction, visibles en festivals.

ciné mardi : ceuta, douce prison

jeudi 10 avril 2014 à 20h30
tarif unique 3,50€
en partenariat avec Sisyphe vidéo, Docks 66, Amnesty et Baobab
cinéma de la Cité
vaisseau mœbius
60 avenue de Cognac
Angoulême