dépôt 2014 : le photographe d’emmanuel guibert - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
FR | EN
accueil > nos ressources > collections > vie des collections > dépôt 2014 : le photographe d’emmanuel guibert

dépôt 2014 : le photographe d’emmanuel guibert

le photographe dans les collections du musée

Lauréat pour L’Enfance d’Alan du prix de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée) en 2013, l’auteur des trois tomes du Photographe parus chez Dupuis entre 2003 et 2006, le généreux Emmanuel Guibert, a confié au musée de la bande dessinée une abondante partie des documents de gestation ainsi que l’ensemble des planches originales de cet extraordinaire récit d’un voyage en Afghanistan.

En 1986 le photographe Didier Lefèvre accompagnait en effet une équipe de Médecins sans frontières dans le pays en guerre entre moudjahidines et Soviétiques et a pris des centaines de clichés lors de son séjour. Les boîtes dans lesquelles a ensuite été entreposé un grand nombre des planches contact ont constitué la source et fourni la matière première de la réalisation de la trilogie à six mains, qui témoigne de la réalité de terrain d’une mission humanitaire d’un point de vue à la fois intérieur et extérieur. Emmanuel Guibert a dessiné de façon distanciée le récit du voyage de Lefèvre et Frédéric Lemercier articulé la mise en page des photographies et des dessins. La forme hybride de cette somme au sein de laquelle dialoguent objectivité orientée du reportage et subjectivité artistique, témoigne d’une aventure humaine dans un contexte politique très exposé et représente un jalon important de l’évolution de la bande dessinée contemporaine dite de reportage.
Il est donc très fécond pour le musée de pouvoir disposer de la multiplicité des œuvres (plusieurs centaines d’éléments de découpage graphique, de crayonnés, de dessins alternatifs, de recherches de couleur, de planches originales et d’illustrations de couvertures) qui permettra de varier les présentations au sein du parcours permanent des collections et d’envisager d’autres formats de valorisation.