come prima - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > nos ressources > sélections de la Cité > archives des sélections de la Cité > archives 2014 des sélections de la Cité > les livres coups de coeur 2014 de la Cité > come prima

come prima

d’Alfred (Delcourt)

Deux protagonistes tirent les fils de ce récit graphique de plus de 200 pages, déroulant un périple de retour au pays natal du Nord au Sud. Deux frères, l’un exilé en France par attrait ou illusion de l’Ailleurs où il vivote en pratiquant la boxe, l’autre resté en Italie depuis la fin des années 1930. Au tournant des années 1960, Giovanni vient chercher Fabio qu’il n’a pas vu depuis une décennie, pour le ramener aux sources dans le giron familial. Mais Fabio résiste à son frère, à son père défunt, à l’Italie et aux souvenirs qui progressivement l’envahissent.

Quels sont les effets du passage du temps sur celui qui finalement se décide à partir ? Tout peut-il être « come prima », inaltéré, sans que rien n’ait changé ? Quels conflits refoulés le voyage risque-t-il de faire ressurgir ?
Dans ce road movie de quelques jours consommés en Fiat Cinquecento, les bribes d’une mémoire entêtante s’entremêlent aux paysages successifs pour composer un récit de vie d’une densité surprenante et un poème visuel vibrant. Des contrastes vert/orangé de la réalité présente interceptés par les teintes sobres et lumineuses du souvenir d’une Italie radieuse, celle de l’enfance et du Duce, naît insensiblement un hymne à la douceur de vivre ensemble, malgré les affrontements du passé.
À la reconquête d’eux-mêmes et de leur mémoire, les personnages d’Alfred (Pourquoi j’ai tué Pierre, Je mourrai pas gibier) montrent la force de l’enracinement et la puissance de l’acceptation de soi dans des scènes d’anthologie, que la grâce et l’expressivité du dessin rendent irrésistiblement filmiques : dialogues entre les pans d’une lessive séchant au soleil ou sous une pluie nocturne bleue et battante, monologue face aux nuages pommelés occupant pleinement la page, bulles de la pensée qui s’entrechoquent du cerveau à la planche. Un petit miracle coloré où l’intensité narrative rejoint l’invention formelle pour chanter l’Italie d’hier et d’aujourd’hui. (MJL)

acheter le livre d’Alfred : Come Prima. Collection « Mirages », Delcourt, 224p. / 25,50€.