la planche du mois : jim boum, de marijac - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez une petite laine pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2013 des rendez-vous de la Cité > la planche du mois : jim boum, de marijac

la planche du mois : jim boum, de marijac

en août au musée de la bande dessinée

Chaque mois, le musée de la bande dessinée met à l’honneur une planche tirée de sa prestigieuse collection, l’occasion pour le visiteur de (re) découvrir une œuvre emblématique de l’histoire du 9ème art ou au contraire injustement méconnue. Ce mois-ci c’est Marijac (1908-1994), homme de presse, éditeur, dessinateur, scénariste, l’un des grands noms, aujourd’hui un peu oublié de la bande dessinée française qui est ainsi proposé aux visiteurs du Musée en ce mois d’août.

Marijac, de son vrai nom Jacques Dumas, a commencé sa carrière dans les années 1930 et dessiné des dizaines de séries, dans tous les genres, écrit des histoires pour Poïvet, Gloesner, Marin, Calvo, Liquois, Mathelot, Le Rallic, Cazanave…, soit la crème des dessinateurs réalistes et comiques de son époque... Comme éditeur de presse, l’histoire a retenu de son infatigable activité la parution, entre 1944 et 1963 de l’hebdomadaire Coq hardi, qui connut un énorme succès dans l’immédiat après-guerre auprès des jeunes lecteurs français.
La planche présentée ce mois est extraite de l’épisode La piste infernale une aventure de son personnage principal, le cow-boy Jim Boum qui été publiée dans le numéro 71 de Coq hardi, en 1947. Le style solide et un peu raide de Marijac quand il dessine « réaliste » est immédiatement reconnaissable. On ne peut qu’être frappé par le découpage particulièrement très serré et complexe de la page, ainsi que par l’omniprésence des textes.

la planche du mois d’août 2013


la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
musée de la bande dessinée
quai de la Charente
Angoulême