incarnations éthiopiennes - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > à voir, à faire > expositions temporaires > archives des expositions > archives des expositions 2013 > incarnations éthiopiennes

e x p o s i t i o n

incarnations éthiopiennes

du 15 octobre 2013 au 5 janvier 2014

Avec Incarnations éthiopiennes, la Cité et le Musée d’Angoulême présentent le travail de l’artiste plasticienne Sylvie Tubiana. Tournée principalement vers l’intime et notre façon d’être au monde, celle-ci se penche depuis quelques années sur les cultures et les civilisations différentes. Après le Japon et la Turquie, c’est vers l’Éthiopie qu’elle a choisi de porter le regard. Travaillant l’image et la matière lumière au travers de la photographie, de la vidéo et d’installation in situ elle propose un dialogue avec Les Éthiopiques d’Hugo Pratt, des peintures, des objets éthiopiens et les sculptures de Mickael Bethe-Selassie, artiste éthiopien contemporain.

incarnation éthiopiennes, de sylvie tubiana

« L’Éthiopie, pays dans lequel j’ai vécu enfant puis où je suis retournée adolescente, pays dont mon père enseignait la langue à l’Ecole Nationale des Langues Orientales - Paris et enfin pays d’un grand-père adoptif, ce grand-père Abba Jérôme Gebre Muse, informateur de Michel Leiris dans l’Afrique fantôme. »
En 2007, après le décès de son père, Sylvie Tubiana a réactivé cette mémoire éthiopienne en introduisant dans la bande son plurilingue (9 langues) de « Jardin secret », une traduction du poème de Sylvie Le Scouarnec en amharique (langue officielle éthiopienne) lu par un éthiopien, vieil ami de son père.
Puis, dans le même esprit que la série « Estampes - 2008 », elle envisage de réaliser un travail, à partir des peintures éthiopiennes accrochées aux murs de la maison de ses parents, aussi bien en couleur qu’en noir et blanc.
La réflexion sur ce projet intitulé « incarnations éthiopiennes » l’a conduite à entrer en relation avec les musées de Charleville-Mézières et d’Angoulême. Ces rencontres ont posé les jalons d’une résidence de travail en Éthiopie dans différents lieux : à Harar, dans la Maison Rimbaud ; dans une ferme, un haras et à Gondar pendant les fêtes de l’Épiphanie en janvier 2012. Elles l’ont aussi conduite à s’intéresser à des productions artistiques influencées par l’Éthiopie, dont les bandes dessinées d’Hugo Pratt.
Un premier accrochage de l’exposition Incarnations Ethiopiennes au Musée Rimbaud de Charleville-Mézières sur deux niveaux, en grande partie axée sur Rimbaud et Harar, était présenté de juin à septembre 2013 avec la publication d’un ouvrage intitulée Ethiopie, les règles d’un nouveau Je, par les éditions Sépia, textes d’Anne-Marie Garat, de Bérénice Geoffroy-Schneiter, de Michel Perret et de Joseph Tubiana.

Ce deuxième accrochage à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême prend en compte une des spécialités la Cité et de la ville d’Angoulême, la bande dessinée, à travers notamment des extraits de planches des Éthiopiques d’Hugo Pratt (une aventure de Corto Maltese) agrandies et filmées et un travail photographique réalisé à partir d’une peinture éthiopienne, Des travaux et des jours, découpée en petites cases. La peinture éthiopienne souvent divisées en petites cases se révèle proche de la bande dessinée. Le Musée d’Angoulême et un collectionneur privé prêtent à cette occasion quelques pièces de leurs collections en écho avec le travail présenté. Dans un esprit pluridisciplinaire, le sculpteur contemporain d’origine éthiopienne Mickaël Bethe-Selassié est aussi invité à présenter quelques pièces.

Cette exposition d’envergure internationale offre aux visiteurs une vision humaniste de l’Éthiopie et de la création artistique ancienne et contemporaine. Il est placé sous le signe de la filiation, du regard, de l’écoute et du respect de l’autre.

« En scénographe de la mémoire, Sylvie Tubiana a donc refait à sa manière le voyage vers l’Éthiopie... Comme un théâtre d’ombres et de lumières, son travail s’affranchit ainsi des strates du temps, traverse le miroir des apparences, fait se réconcilier le passé et le présent. De “l’Afrique fantôme” au “poète fantôme” la plasticienne a jeté un pont aussi léger qu’une moustiquaire, aussi fragile qu’un souffle de vent. » Bérénice Geoffroy-Schneiter.

incarnations éthiopiennes

du 15 octobre 2013 au 5 janvier 2014
exposition créée avec le concours du Musée d’Angoulême
entrée libre
la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
Vaisseau Mœbius, niveaux un & deux
121, rue de Bordeaux
Angoulême

les artistes

Sylvie Tubiana
Née en 1959. Vit et travaille à La Rochelle.
Études à l’École Nationale d’Art Décoratif de Nice – Villa Arson.
Prix Kodak de la Critique Photographique 1993.
Nombreuses interventions en milieu scolaire.
15 ans d’enseignement des arts plastiques, Carré Amelot, La Rochelle.

Expositions personnelles (sélection)
1985 Musée Réattu, Arles
1990 Ecole Municipale d’Arts plastiques, Châtellerault ; Musée de la Photographie, Charleroi
1991 Abbaye de Solignac, Limoges
1993 Galerie Municipale, Vitry sur Seine
1996 Carré Amelot, La Rochelle
1997 Chapelle Jeanne d’Arc, Thouars
1998 Galerie Verhaeren, Bruxelles ; Espace Onyx, Saint Herblain
1999 Espace Vallès, Saint Martin d’Hères ; Galerie des Voûtes du Port, Royan
2000 Galerie Zographia, Bordeaux
2001 Maison de l’Art Actuel des Chartreux, Bruxelles
2003 Centre d’Art Contemporain de la Ferme du Buisson, Noisiel ; Galerie Art Contemporain, La Rochelle ; Grand Cordel, Rennes et Artothèque, Vitré
2005 Galerie 4, Cheb, République Tchèque
2007 Galerie des Ponchettes, Nice ; Centre Intermondes, La Rochelle ; Chapelle Saint Conogan, L’Art à la Pointe, Pointe du Raz ; Musée d’Art et d’Histoire, Cognac
2008 Espace Jean Gagnant, Limoges ; Chapelle Keyriaquel, Pont Scorff
2010 Galerie des Urbanistes, Fougères ; Galerie du Tableau, Marseille
2011 Moments artistiques, Paris
2012 Musées de La Roche sur Yon et de La Rochelle, coproduction Galerie Espace 83 et La Manufacture, La Rochelle

Expositions collectives (sélection)
1984 Galerie d’Art Contemporain, Nice
1985 Regards des photographes sur la Villa Arson », CNAC Villa Arson, Nice
1989 Festival de la Recherche, Royan (Premier Prix)
1990 Musée d’Aquitaine, Bordeaux
1992 Sélest’art 92, Sélestat (catalogue)
1993 Grenier à sel, Arles (Prix Kodak de la Critique)
1995 Rétrospective du Prix Kodak de la Critique, Paris
1999 ARIAP, Lille ;Villa Rohannec’h, St Brieuc ; Le Présidial, Quimperlé
2000 La Maison des Architectes, Poitiers (collection EDF) ; BARC, La Rochelle
2001 Couvent de la Tourette, l’Arbresle
2002 Hôtel de Ménoc, Melle
2004 Hôtel Sully, « Repères 8 », Châtellerault
2008 L’imagerie, Lannion
2009 The Box in Paris, Paris ; 2Angles, Flers de l’Orne ; CRANE, l’été des Arts en Auxois Morvan, Musée de Saint Brieuc, Médiathèque Villeneuves les Salines
2010 Maison Pierre Loti, Rochefort sur mer ; AAF et Galerie Pierce, Paris
2011 Les Hivernales, parcours vidéos, Lannion ; Accrochage n°5, Musée des Beaux-arts, La Rochelle et exposition temporaire sur les parures de tête, Musée d’Angoulême

Bourses – Commandes - Résidences
1986 Séismographe Service France, Sophia -Antipolis
1987 Maison de la Culture, La Rochelle
1991 Société Pierre Guérin, Niort
1991/1998/2003/2006 Bourse d’aide individuelle à la création, Fiacre, Ministère de la Culture
2004 Japon, Kyoto et Yamagata
2009 2angles ; Flers de L’Orne

Bibliographie
1985 « Suite et-fractions », catalogue, Musée Réattu, Arles
1987 Thierry Guinhut in : Art Press n°119, nov 1987. p76
1990 Thierry Guinhut in : Art Press n°148, juin 1990. p94
Bernard Marcelis in : Art Press n°149, juillet-août 1990. p87
Patrick Roegiers in : Le Monde, 2 juin 1990
Françoise Leplus in : Artension n°17, sept-oct 1990. p83
« Faire face », catalogue, Espace Ecureuil, Niort, texte de Françoise Leplus
1991 Pierre Veilletet, « Un texte une image », éd Asphodèle Atlantique, Bordeaux
« Story-board », catalogue, Espace/Galerie du Crédit Agricole, Poitiers, texte de P. Veilletet
1992 Claude Beauville in : Artension n°32, avril-mai 1992. p56
1993 « Fragments 1987 -1991 Photographies », catalogue, Galerie Municipale de Vitry sur Seine, textes de D. Garnier, D. Montebello, F. Leplus, P. Veilletet, M. Farina
1994 « Evénements d’espace », livre, co-édition Musée de Niort, ACAPA Angoulême, Cardinaux, Châtellerault, texte de Jean-François Mathé
« Vanités ou le passage du temps », livre, éd Maison du Livre, de l’Image et du Son, Villeurbanne, texte de Claude Chambard
1997 « Juste du bleu » plaquette, Chapelle Jeanne d’Arc, Thouars, texte d’A. Richer
1999 « Néanmoins du rouge » catalogue, Espace Vallès, St Martin d’Hères, texte de S. Germain
« Habiter l’espace » catalogue, éd Centre d’Arts Plastiques, Royan, textes de Philippe Piguet et Pierre Veilletet
2003 « Rien qu’une présence » livre, texte de Bernard Ruhaud
2007 « Waga sugata » livre, texte de Daniel Keene et haïku de Masumi Midorikawa
« Respirer la lumière » catalogue d’oeuvres in situ, Galerie des Ponchettes, Nice
« Jardin secret » boitier de DVD, texte de S. Le Scouarnec, 8 traductions, 3 repros et CD
« Regard(s) Intime(s) » livre, textes de S.Benson, P. Bouin, J. Bullot, A. Cabasson, P. Le Querrec, R. Montserrat, C. Robin, B. Ruhaud, M-C. Tessier, préface de Gilbert Lascault, éd ; Musées de Cognac
2012 « JAPONS » livret édité par les Musées de La Rochelle avec des textes de Sophie Cavaliero et de Valérie Douniaux

Mickaël Bethe-Selassié
« Je suis né le 15 février 1951, à Diré-Dawa, petite ville à l’est de l’Ethiopie. Cadet de trois enfant je passe mon adolescence à Addis-Abeba. Je fais mes études secondaires au lycée Guebre Mariam. Arrivé en France à l’âge de vingt ans, je suis des études de physique-chimie pendant trois ans. Autodidacte, je fais de la sculpture depuis l’âge de trente ans.
Mon travail trouve sa source dans la réalité. J’attache de l’importance au balancement et à l’équilibre.
En construisant l’armature, je ne sais pas encore à quoi peut ressembler la sculpture. Je ne m’impose pas de contrainte, laissant entière liberté à mes mains. Ce qui me permet de déformer la réalité, lui donnant un caractère fantaisiste.
L’armature est le squelette, la pâte à papier la chair de ces créatures qui, habillées de couleurs chaudes, exhalent un parfum de mystère. Mes œuvres représentent un univers personnel, rêvé. Elles se présentent sur pied, sous forme murale. Elles se situent, du point de vue temps / espace, nulle part. Rois mages, scribes, patriarches, déesses, animaux fantastiques, totem, font partie de l’imaginaire de chacun.
Je souhaite que le spectateur fasse sa propre projection, son histoire, se retrouvant dans ces œuvres.
En tant que sculpteur je transforme la matière. Mes sculptures sont faites en papier mâché- journaux trempés dans l’eau et pétris à la main. Mélangée à de la colle cellulosique la pâte obtenue est une matière végétale que j’applique sur l’armature fabriquée au préalable. Si l’armature est le squelette de la sculpture, la pâte en est la chair. La couleur est ce qui habille mon monde imaginaire et mes créatures végétales.
Je ne fais jamais d’esquisse, mais j’improvise au fur et mesure. Dans ma création, je rends magique le réel en le caricaturant. Les formes sont rêvées dans l’espace puis ramenées à la réalité à l’aide de rotin et de baguettes de bois. La matière rigide - le bois comme le rotin - possède ses propres lois ; et ne se plie pas toujours à la volonté de l’artiste. Le processus de création d’une sculpture est pour moi un jeu subtil entre l’imagination et mon action sur la matière ».
Mickaël Bethe-Selassié

Expositions des dix dernières années
2012 Ville de Vincennes, France ; Lela Gallery, Addis-Abeba, Ethiopie ; Galerie Lefor Openo, Paris, France
2011 Galerie 23, Amsterdam, The Nederlands ; African living room, Paris, France ; Huijs Basten Asbeck, Groenlo, The Nederlands ; Netsa art Village, Addis-Abeba, Ethiopia
2010 « L’art actuel d’Afrique », Collégiale Saint André, Chartres, Franc ; Alliance Française, Addis-Abeba, Ethiopie ; « 100 prozente Afrika », Dany Keller gallery, Eichelhardt, Deutshland.
2009 « Bestiaire, bestioles », Le Cabinet d’amateur, Paris ; « Deuxième festival culturel panafricain », Alger ; « Fin de partie, Acte II », la Rairie, Nantes
2008 « Outsiders », Le cabinet d’amateur, Paris, France ; « Works on paper », Le cabinet d’amateur, Paris, France
2007 « Ethiopia-millénium », Palais de l’Unesco, Paris ; « Terre Noire », musée Maurice Denis, Saint Germain en Laye ; « Univers phénico-sabéen », Saint-Hilaire-de-Riez
2006 Huijs Basten Asbeck, Groenlo, The Nederlands ; « African Voices », Museum of World Cultures, Göteborg, Sweden
2005 Espace Cosmopolis, Nantes, France ; Château des Carmes, La Flèche, France ; Iwalewa Haus, Bayreuth, Deutschland
2004 Maison des Sciences de l’Homme, Paris ; "abba Dia -Abbadia", Médiathèque François Mitterand, Hendaye, France ; Asni gallerie, Ethiopia
Galerie les Arts derniers, Paris, France
2003 « Ethiopian Passages », N.M.A.A., Smithsonian Institution, Washington
2002 Galerie de la Halle Saint Pierre, Paris ; Parnas Huis voor Kunst en Cultuur, Leeuwarden, The Nederlands ; Symposium international de sculptures, Corée du Sud ; « Giziawi 1 », Zoma art center, Addis-Abeba, Ethiopie.

Collections publiques et commandes
Ambassade des Etats-Unis, Addis-Abeba, Ethiopie, 2010.
Fondation Zinsou, Cotonou, Benin, 2009.
Groupe Accor, Paris, France, 2007.
Tropenmuseum, Amsterdam, The Nederlands, 2006
Afrika Museum (collection Felix Valk,) Bergen en Dal, The Nederlands, 2006.
ville de La Flèche, France, 2005
National Museum of African Art (Smithsonian), Washington, U.S.A, 2003.
Sculpture Garden, Suwon, Corée, 2002
Collection “Libertés 98”, ONU, Genève, 1999
Ton-Und Bildstelle, Frankfurt, Deutschland, 1998
De Stadshof Museum, Zwolle, The Nederlands,1996
Musée Van Reekum, Apeldoorn, The Nederlands, 1996
Afrika Haus, Freiberg-AN, Deutschland, 1995
Fond Municipal d’Art Contemporain de la ville de Paris, 1988

remerciements

Marie José Tubiana et Mickaël Bethe-Selassié
Anne-Marie Garat, Bérénice Geoffroy-Schneiter et Michel Perret
la Région Poitou-Charentes, les Musées et les villes de Charleville-Mézières et d’Angoulême, le Carré Amelot à La Rochelle et Cong S.A sans qui ce projet n’aurait pu voir le jour.