mardi fantastique : hantises hispaniques - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez une petite laine pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2013 des rendez-vous de la Cité > mardi fantastique : hantises hispaniques

mardi fantastique : hantises hispaniques

mardi 12 février 2013, à partir de 18h30, cinéma de la Cité

Après le succès de la Nuit fantastique, la salle Nemo fait frissonner la Cité sous le soleil d’Espagne ! Depuis plus de dix ans, les productions hispanophones ont dessiné de nouveaux visages à la peur sur grand écran. Les deux films de cette soirée, L’esprit de la ruche de Victor Erice et Insensibles de Juan Carlos Medina- qui sera présent-, s’intéresseront au patrimoine et à l’actualité de ce cinéma fantastique souvent très métaphorique. En partenariat avec Hidden Circle.

hantises hispaniques


Alejandro Amenabar, Jaume Balaguero, Alex de la Iglesia, Nacho Cerda... figurent parmi les réalisateurs talentueux - parfois parrainés par le mexicain Guillermo del Toro – dont les intrigues et mises en scène soignées sont souvent déjà considérées comme des classiques. Un « sang neuf » ayant déjà suscité nombre de remakes et séduit plus d’un producteur hollywoodien. Ces révélations puisent leurs racines dans une histoire ancienne : quatrième producteur mondial de longs-métrages, l’Espagne a su exorciser ses démons et divisions par le prisme du cinéma fantastique... tel un calque dessinant les fantômes d’une nation.
À l’instar des coréens exprimant les rigueurs de leur société par des personnages violents et désespérés, le régime de Franco aura tôt inspiré les réalisateurs espagnols. Si la dictature censura longtemps les frissons trop politisés, ses dernières années ne purent masquer les créativités différentes de Jesus Franco, Jorge Grau ou Victor Erice. Ce dernier signe en 1973 L’esprit de la ruche, premier film de la soirée : une perle rare de fantastique poétique, œuvre subtilement contestataire qui contourne l’interdit pour mieux le désigner. La vie d’un petit village dans les années 40 et la fascination d’une petite fille pour le Frankenstein de Tod Browning, forment l’intrigue de ce magnifique tribut au cinéma d’épouvante. Inscrit par le British Film Institute sur sa liste des « 50 films à voir avant d’avoir 14 ans », L’esprit de la ruche est un authentique chef-d’oeuvre, trop méconnu en France, du cinéma espagnol.
Invité spécial durant toute cette soirée, Juan Carlos Medina en a réalisé le second film sur un tout autre rythme, véritable sensation dans les festivals spécialisés. Abordant plus frontalement les violences franquistes, Insensibles évoque avec force les dangereux tabous d’un pays en apparence apaisé par la démocratie. Racontant en parallèle le destin captif d’enfants insensibles à la douleur physique, et l’enquête 70 ans plus tard d’un chirurgien atteint d’une terrible maladie, le film mêle suspense et horreur avec un rare brio. Porteur d’une réflexion sur la monstruosité et la cruauté, ce premier long-métrage d’une carrière prometteuse, place Juan Carlos Medina aux premiers rangs de la nouvelle garde de réalisateurs espagnols, impressionnant par sa virtuosité et ses références cinéphiliques.

l’esprit de la ruche

El Espíritu de la colmena
Espagne, 1973, 1h38
version originale sous-titres français
de Victor Erice
avec Ana Torrent, Isabel Telleria, Fernando Fernán Gómez

l’histoire
Espagne, 1940, peu après la fin de la guerre civile. Un cinéma itinérant projette Frankenstein dans un petit village perdu du plateau castillan. Les enfants sont fascinés par le monstre et, parmi eux, la petite Ana, 8 ans, se pose mille et une questions sur ce personnage terrifiant. Sa grande soeur, Isabel, a beau lui expliquer que ce n’est qu’un truc de cinéma, elle prétend pourtant avoir rencontré l’esprit de Frankenstein rôdant non loin du village…
+ d'info sur le film, la bande annonce, les horaires.

insensibles

France, Espagne, Portugal, 2012, 1h45
version originale sous-titres français
de Juan Carlos Medina
avec Alex Brendemühl, Tomas Lemarquis, Irene Montala
interdit aux moins de 16 ans

l’histoire
À la veille de la guerre civile espagnole, un groupe d’enfants insensibles à la douleur est interné dans un hôpital au cœur des Pyrénées.
De nos jours, David Martel, brillant neurochirurgien, doit retrouver ses parents biologiques pour procéder à une greffe indispensable à sa survie. Dans cette quête vitale, il va ranimer les fantômes de son pays et se confronter au funeste destin des enfants insensibles.
+ d'info sur le film, la bande annonce, les horaires.

mardi fantastique

hantises hispaniques
mardi 12 février 2013

JPEG - 2.7 ko

_ soirée organisée en partenariat avec Hidden Circle

L’Esprit de la ruche
à partir de 18h30
Insensibles
à partir de 21h (en présence de Juan Carlos Medina)

séances aux tarifs habituels
tarif spécial 7€ pour les deux films et un verre de l’amitié entre les deux séances

la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
cinéma de la Cité
vaisseau Mœbius
60 avenue de Cognac
Angoulême