la planche du mois : nizette et jobinet d’alain saint-ogan - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
musée : pour préserver l’intégrité des œuvres, une température de 20° est requise au sein des espaces d’exposition, aussi prévoyez une petite laine pour passer une agréable visite dans nos murs !
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2013 des rendez-vous de la Cité > la planche du mois : nizette et jobinet d’alain saint-ogan

la planche du mois : nizette et jobinet d’alain saint-ogan

en janvier au musée de la bande dessinée

Auteur majeur de la bande dessinée française, Alain Saint-Ogan, à qui le musée de la bande dessinée consacre sa « planche du mois » en janvier, est le créateur des célébrissimes aventures de Zig et Puce. Le succès remporté par cette série publiée dès 1925 dans le Dimanche illustré contribua à imposer la « bulle », dont Saint-Ogan fait un usage exclusif, dans les bandes dessinées françaises de l’époque. Si le registre habituel de Saint-Ogan est l’humour, il investit d’autres registres durant sa longue carrière, dont le merveilleux féerique avec Nizette et Jobinet, à l’honneur ce mois-ci.

alain saint-ogan


Alain Marie Joseph Paul Louis Fernand Lefebvre Saint-Ogan, dit Alain Saint-Ogan, né le 7 août 1895 à Colombes (Hauts-de-Seine), occupe une place éminente dans l’histoire de la bande dessinée européenne. D’abord parce qu’avec la création – et l’immense succès public – de Zig et Puce en 1925, il va imposer l’usage de la bulle dans la bande dessinée française.
Ensuite parce que son style, marqué par l’influence de l’Art Déco, privilégie les lignes de contours et les couleurs en aplat. Constamment soucieux d’être lisible, il pose les bases d’une esthétique dont le jeune Hergé reconnaîtra toujours l’influence déterminante dans l’élaboration de son style graphique, aujourd’hui bien connu sous l’appellation de « ligne claire ».
Dans les années 1940, Alain Saint-Ogan prend la direction d’une revue pour enfants, Benjamin, dans les colonnes de laquelle il publie notamment sa série Troc et Boum. En 1948, il raconte les aventures de Cyprien et Gédeon dans La Vie catholique illustrée.
Parallèlement, Alain Saint-Ogan réalise, durant de longues années après la Seconde Guerre mondiale, un dessin d’humour quotidien à la une du Parisien libéré, anime une émission radiophonique, produit des émissions télévisées et écrit quelques livres (dont deux de souvenirs).
Dans les années 1960, alors que son œuvre commence à être un peu oubliée, il connaît une période de difficultés financières. Le dessinateur et scénariste Greg, qui l’admire, lui propose alors avec succès que tous deux reprennent en collaboration de nouvelles aventures de Zig et Puce pour le journal Tintin.
En 1974, peu avant sa disparition, il est président d’honneur du premier Salon international de la bande dessinée d’Angoulême.

planche du mois de janvier 2013
la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
musée de la bande dessinée
quai de la Charente
Angoulême

+ d'info sur la planche.
voir la collection numérisée de Alain Saint-Ogan.