en dédicace : merlet, mulot, ruppert, vivès - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2013 des rendez-vous de la Cité > en dédicace : merlet, mulot, ruppert, vivès

en dédicace : merlet, mulot, ruppert, vivès

vendredi 1er février 2013 de 17h30 à 19h, librairie de la Cité

Récit de cambriolage aussi sexy que second degré La Grande Odalisque, paru en 2012 chez Dupuis, est le fruit de la collaboration de quatre talents de la bande dessinée française : Florent Ruppert et Jérome Mulot, Bastien Vivès et Isabelle Merlet. Un quatuor de choc à rencontrer lors de cette session de signature à la librairie de la bande dessinée.

la grande odalisque

Une réinterprétation moderne du mythe de la cambrioleuse féline popularisé par la série manga de Tsukasa Hōjō Cat’s Eyes ou le film d’Alfred Hitchcok La Main au collet. Alex et Carole sont deux cambrioleuses de haut vol, séduisantes et sans complexes, capables d’aller chercher n’importe quel tableau dans n’importe quel musée. À la recherche d’un chauffeur, elles rencontrent Sam, une championne de moto aux multiples talents. Le trio qui vient de naître est appelé à entrer dans la légende... Quand Bastien Vivès, l’étoile montante de la bande dessinée française s’associe à Florent Ruppert et Jérome Mulot, l’un des meilleurs duos de la BD indépendante pour réinventer les trois héroïnes les plus connues (et les plus sexy) de l’animation japonaise, le résultat ne peut que faire des étincelles.

florent ruppert et jérôme mulot (scénario et dessin)


Ruppert et Mulot sont nés respectivement en 1979 et 1981 et se sont rencontrés lors d’un barbecue dans le jardin de l’école des Beaux-Arts de Dijon en 1999. Leur collaboration artistique, dans laquelle les deux amis participent aussi bien au dessin qu’au scénario, commence en 2002, entre Amsterdam et Dijon, grâce à Internet (www.succursale.org).
Killoffer les présente à l’Association en 2005 et leur second livre, Panier de singe, reçoit le prix révélation au Festival d’Angoulême en 2007.
Le Royaume, leur dernier livre, sorti en 2011, traite de la vie après la mort dans un au-delà contemporain et athée.

bastien vivès (dessin et scénario)

Son père, Jean-Marie Vivès, travaille comme peintre illustrateur et photographe ; sa mère officie quant à elle au sein de Passe-Murailles, une société spécialisée dans les décors cinématographiques. La vocation artistique de Bastien Vivès semble, presque, toute tracée.
Tout en menant de solides études spécialisées dans le graphisme, le jeune homme adopte le pseudonyme de Bastien Chanmax et imagine Poungi, un pingouin rappeur, mal dégrossi et misogyne. Après une publication sur internet (accessible un temps sur bkcrew), Danger public, une filiale des éditions de Tournon, en propose deux recueils en 2006.
Elle(s), publié cette fois sous son véritable nom, inaugure, en 2007, la collection « KSTR » des éditions Casterman. L’année suivante, Vivès inaugure la Boucherie, une tranche de vie débitée chez Warum. Pour « KSTR », il conçoit Hollywood Jan, en tandem avec Michaël Sanlaville, ou l’histoire d’un adolescent en quête de reconnaissance, puis Le Goût du chlore que d’aucuns saluent comme un ouvrage majeur. Le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême lui décerne, en 2009, le prix Essentiel Révélation. En 2009, en collaboration avec Alexis de Raphalis, il cosigne Juju Mimi Gégé Chacha, un album chez Ankama. Fin 2009, toujours pour « KSTR », il se lance dans Amitié étroite.
De nouveau pour Casterman, mais cette fois pour la collection « Écritures », il dessine Une nuit d’été dans le sud de la France, un récit intégré dans le collectif « Quelques jours en France ». Polina, roman graphique publié en 2012 chez « KSTR » lui vaut le Grand prix de la critique BD 2012. Encore inconnu au milieu des années 2000, Bastien Vivès se positionne désormais parmi les auteurs les plus prometteurs, les plus ambitieux de sa génération.

isabelle merlet (coloriste)

Isabelle Merlet est née le 7 octobre 1967 à Mulhouse. Après avoir obtenu BAC F12 en 1986 à Angoulême, elle désire continuer à explorer les différentes techniques de communication. Elle part pour Toulouse faire un BTS d’expression visuelle option image de communication qu’elle obtient en 1988. C’est pendant cette période qu’elle va connaître un cercle d’amis amoureux de la bande dessinée et réaliser qu’elle ne se résume pas uniquement à Tintin.
En 1989, elle devient graphiste/maquettiste au Studio Londres à Paris. Puis pendant son voyage au Bénin, elle travaille comme maître auxiliaire en Arts Plastiques au lycée français de Cotonou. De retour à Paris, elle décide de travailler en indépendante. C’est alors que son ami J.D. Pendanx lui demande de mettre en couleur son album Diavolo, le solennel. La machine est lancée. Fin mars 1999, Isabelle Merlet reçoit le prix « coup de cœur en couleurs » à Artigues lors du Festival BD en Bordelais. Ce prix récompense non seulement son immense talent mais aussi une profession de l’ombre, coloriste.
Entre la mise en couleur de deux albums, les activités d’Isabelle Merlet sont nombreuses : elle fait des publicités et du design mobilier.

dédicace

Merlet, Mulot, Ruppert, Vivès
vendredi 1er février 2013 de 17h30 à 19h

librairie de la Cité
musée de la bande dessinée
quai de la Charente
Angoulême

acheter le livre La grande Odalisque. Éditions Dupuis, / 20,50€.