acquisitions 2012 : nouvelle fournée - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > nos ressources > collections > vie des collections > acquisitions 2012 : nouvelle fournée

acquisitions 2012 : nouvelle fournée

Saint-Ogan, Norma, Adamov, Crumb et Özüduru

Plusieurs pièces de choix viennent de faire leur entrée dans les collections du musée de la bande dessinée, principalement constituées de dons dus à la générosité fidèle de l’association des Amis du musée. Inventaire commenté.

saint-ogan

Classique de la bande dessinée française, inspirateur d’Hergé, Alain Saint-Ogan est une figure centrale de l’histoire du neuvième art en France et dans le monde. Sa série Zig et Puce, dont le formidable succès imposa à partir de 1925 l’usage de la bulle de dialogue dans la production française, est la plus connue, mais il a exercé son talent sur de nombreuses séries plus ou moins éphémères.

Les deux pages de calque récemment acquises ont été dessinées pour un épisode de la série des aventures de l’Ours Prosper, l’une des plus charmantes créations de Saint-Ogan. L’ours Prosper est un animal savant échappé d’un cirque (la chaîne de métal qui pend constamment à son nez en est la preuve). Doté de la parole et d’un beau tempérament, il vit des aventures qui alternent suspens, humour et poésie. Le trait souple et précis de Saint-Ogan, précurseur de l’école dite de la « ligne claire », est d’une élégance intemporelle et ces deux pages de calque bien conservées en témoignent éloquemment.

Le musée de la bande dessinée conserve plusieurs centaines de pièces (planches de bande dessinée, dessin de presse, affiches, esquisses, illustrations…) qui constituent le fonds le plus important connu des œuvres de Saint-Ogan. Y figurent quelques pages des aventures pour enfants de Prosper l’Ours, que ces deux pièces sur un support calque peu usuel, viennent fort opportunément compléter.

norma

Norbert Morandière, alias Norma, est l’un des tenants de la tradition du dessin « réaliste », dans le sillage, pour la France, de Raymond Poïvet, de Jean Giraud et de tous les grands classiques américains d’avant-guerre. Il s’est consacré au récit historique (Souvenirs de la pendule, Pieter Hoorn), aux adaptations de textes littéraires (Le Bossu, d’après Paul Féval, L’Affaire Protheroe d’après Agatha Christie), mais c’est Capitaine Apache qui reste son plus grand titre de gloire. Publiée entre 1975 et 1986, cette série western scénarisée par Roger Lécureux prenait résolument le parti des Indiens et délivrait un message de justice et de tolérance aux jeunes lecteurs de la revue Pif. Le musée possède de longue date une planche originale de cette série, offerte par l’auteur.

L’association des Amis du musée lui ont offert la reproduction d’excellente qualité d’une page de Capitaine Apache, numérotée et signée, qui rend pleinement justice au graphisme solide et généreux de Norma et vient enrichir les fonds d’un document intermédiaire dans la production imprimée issue du travail original de l’auteur.

adamov

Dessinateur révélé dans les années 1980 par Le Vent des dieux et Les Eaux de Mortelune, sagas historique et de science-fiction, Philippe Adamoff dit Adamov avait, quelques années auparavant, commencé sa carrière de créateur dans le domaine du dessin animé (au côté de René Laloux pour Gandahar) et de l’illustration (de nombreuses couvertures pour des ouvrages de science-fiction et de fantastique).

Le don de l’association des Amis du musée permet de découvrir le talent d’Adamov illustrateur, à la fois imaginatif, précis et doué d’un sens chromatique très sûr.

crumb à perpignan

Exemplaire de la rare édition du Catalogue du vingtième anniversaire du Festival international del Disc et de la Bande Dessinée de Perpignan, cet ouvrage retrace, sous la houlette du journaliste rock Philippe Manœuvre, les moments importants de l’histoire de ce festival unique en son genre. Textes (essentiellement des biographies), nombreuses photographies et illustrations montrent les protagonistes (musiciens et auteurs de bande dessinée) d’un événement très largement placé sous le signe du rock ‘n’ roll.

Est jointe au volume la sérigraphie en tirage limité (170 exemplaires) d’un dessin, tiré des carnets de croquis du dessinateur américain Robert Crumb, qui représente une jeune femme en train de regarder des pochettes de disques, mis en couleur spécialement pour l’occasion. Ce tirage numéroté est daté et signé par l’auteur. La sérigraphie de Crumb, chef de file de l’Underground américain, constitue un double témoignage, au sein des collections, d’une part du succès de la diffusion de la bande dessinée, notamment lors des nombreuses manifestations publiques qui lui sont consacrées, et d’autre part, de la popularité du mouvement anticonformiste américain qui a révolutionné son approche.

cem özüduru

Né en 1987, le dessinateur turc Cem Özüduru publie professionnellement dans son pays depuis 2005. À la différence de ses collègues et prédécesseurs, dont l’activité se cantonnait à la publication de pages dans la presse humoristique ou spécialisée en bande dessinée, Cem Özüduru est l’auteur de Zombistan (2009), longue histoire parue directement sous forme d’album, ce qui fait de lui, malgré son jeune âge, un acteur majeur de la bande dessinée turque et le premier auteur local de ce qu’on appelle un « roman graphique ». Zombistan est une histoire fantastique, d’un graphisme très expressionniste, qui raconte la survie d’un groupe d’humains dans un pays envahi par des hordes de zombies. Elle regorge d’allusions politiques à la situation récente de la Turquie et a connu un certain retentissement médiatique dans ce pays. Özüduru assure par ailleurs régulièrement l’illustration d’une rubrique journalistique de critique cinématographique, qui se présente sous forme de bande dessinée et se situe résolument dans le registre de l’humour.

Les cinq planches de l’histoire complète non titrée dont Cem Özüduru a fait don au musée de la bande dessinée, par l’intermédiaire de l’association des Amis du musée, témoignent de son style expressionniste. On pense aux grands maîtres américains qui publiaient dans les années 1950, dans les titres de la maison EC Comics et, plus près de nous, au noir et blanc contrasté de Christophe Chabouté. On perçoit aisément l’ironie sardonique de cette histoire muette dont les protagonistes sont, entre autres, Léonard de Vinci et son célèbre modèle, Mona Lisa.
Par ailleurs, l’entrée dans les collections muséales d’un récit complet dû à un jeune auteur turc contemporain constitue une ouverture très intéressante à un foyer oriental très peu représenté jusqu’alors.

+ d'info sur l’association des Amis du musée de la bande dessinée.