décès d’eddy paape, le créateur de luc orient - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
le pass sanitaire est obligatoire à partir de 12 ans pour l’accès au musée, à la bibliothèque et au cinéma
accueil > nos ressources > ressources documentaires > actualités de la bd > archives des actualités de la bande dessinée > archives des actualités de la bande dessinée 2012 > archives des actualités de la bande dessinée - mai 2012 > décès d’eddy paape, le créateur de luc orient

disparition

décès d’eddy paape, le créateur de luc orient

(1920-2012)

Samedi 12 mai 2012, le dessinateur belge Edouard « Eddy » Paape est mort à l’âge de 91 ans des suites d’une pleurésie. Il avait travaillé successivement pour les deux grands hebdomadaires belges de bande dessinée pour la jeunesse, Spirou et Tintin.

Il étudie le dessin à l’institut Saint-Luc, avant d’entrer, en 1942, dans les studios CBA, où il est animateur de dessins animés aux côtés de Peyo, Franquin et Morris. La déconfiture des studios l’amène, à l’incitation de ses camarades, à travailler pour les éditions Dupuis. Débute alors une carrière très prolifique.
Il travaille d’abord brièvement comme illustrateur pour Bonnes soirées, puis reprend la série Valhardi, en replacement de Jijé (alias Joseph Gillain) et illustre un grand nombre d’épisodes des Histoires de l’oncle Paul. En 1958, Jean-Michel Charlier signe les scénarios de la série d’aventures Marc Dacier, que Paape dessine jusqu’en 1967.
A partir de 1966, à la suite d’une brouille avec les éditions Dupuis, il entame une collaboration avec le journal Tintin, pour lequel, sur scénario de Greg, il dessine la série de science-fiction Luc Orient, puis Yorik, récit de pirates, sur des textes d’André-Paul Duchâteau.
Cette rapide énumération ne donne qu’une vue incomplète de la production d’un dessinateur généreux, qui a travaillé jusqu’au début des années 2000. On sait en outre qu’il ne dédaignait pas à l’occasion, venir en aide à ses collègues (en compagnie d’Albert Weinberg, il aida avec Victor Hubinon sur Tarawa atoll sanglant, et seconda Jijé sur Emmanuel, adaptation de la vie de Jésus).
Dans la première partie des années 1970, il avait enseigné la bande dessinée à l’institut Saint-Luc, où il avait lui-même été étudiant avant et pendant la guerre.