rencontres de mai : les plieurs de papier - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
le restaurant la table à dessin est actuellement fermé pour travaux.
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2012 des rendez-vous de la Cité > rencontres de mai : les plieurs de papier

rencontres de mai : les plieurs de papier

samedi 19 mai 2012 de 14h à 18h, site Castro

Les Rencontres de Mai du Mouvement français des plieurs de papier (origami) réunissent chaque année les membres de l’association française et des associations étrangères durant quatre journées de découverte et de partage. Les virtuoses côtoient les débutants et les amateurs de tous niveaux. Des invités prestigieux enseignent leurs techniques et chacun expose ses meilleures réalisations. Partenaire de la manifestation, la Cité ouvre les portes des Rencontres de Mai au public le samedi 19 mai de 14h à 18h pour découvrir les réalisations des plus grands origamistes du monde entier et s’initier à l’art du pliage.

Vous allez entrer dans le monde encore trop méconnu du pliage, et découvrir un art à part entière, celui de la mise en forme de la non-épaisseur.
Des artistes internationaux réunis pour la première fois à Angoulême, représentatifs de la diversité en origami, révèlent dans une vaste exposition leurs techniques de travail, et dévoilent leurs processus de création ainsi que leurs oeuvres, étonnantes et inattendues. Ces sculpteurs du papier, par des successions de plis et sans utiliser de ciseaux ou d’autres instruments, reproduisent des modèles naturels, créent des objets décoratifs, inventent des formes non-figuratives, s’amusent de la géométrie et de la pesanteur. L’origami ou comment un maximum d’expression naît d’un minimum de matière !
Une matière unique, le papier, base d’un véritable courant culturel. Un matériau humble, fragile, fonctionnel, à la portée de tous, et décliné sous toutes ses formes : papier de soie, papier métal, papier-alu, papier
sandwich, papier kraft, carton, rouleau de Sopalin, ticket de métro… car sous les doigts des origamistes, même le papier voué au rebut prend vie. Ainsi le papier froissé destiné à la corbeille sera transformé, si ce
n’est mouillé, séché, laqué…

rencontres de mai

samedi 19 mai 2012
Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
site Castro, 121 rue de Bordeaux
Angoulême

quelques invités de renom
Joseph Wu (Canada), Jozsef Zsebe (Hongrie), Felipe Moreno (Espagne), Lydia Diard (France).

éric joisel, le magicien du pliage au musée du papier

À découvrir aussi l’exposition consacrée à Eric Joisel au Musée du Papier d’Angoulême.
Cette exposition en hommage à un grand maître de l’origami, décédé le 10 octobre 2010, présente ses pliages considérés comme de véritables sculptures de papier. Quasiment inconnu du grand public en France, la reconnaissance de son œuvre viendra surtout de l’étranger, du Japon, des États-Unis et de pays européens.
Qualifé par ses pairs de génie, de magicien du pliage, il répondait humblement qu’il « n’était qu’un petit plieur de banlieue ».
musée du Papier
134 rue de Bordeaux
Angoulême


« L’origami est un art de résistance. Il ralentit la dégénérescence. Il est un yoga du neurone et un espéranto du doigt. » Alain Georgeot

le mouvement français des plieurs de papier

Le MFPP, association loi 1901, a pour but de développer la création, l’expression et la communication par la pratique du pliage de papier.
Elle a été fondée en 1978 par Jean-Claude Correia.
Depuis 1979, le MFPP publie la revue Le Pli .
En 1982 le MFPP s’est installé au 56 rue Coriolis à Paris dans le local qu’il occupe toujours et où est installée l’Orithèque et où se tiennent les séances parisiennes de pliage du samedi après midi.
Depuis 1990, le MFPP organise tous les ans les Rencontres de Mai, qui se déroulent durant quatre jours, du jeudi de l’Ascension au dimanche suivant, rassemblant autour d’invités prestigieux des Plieurs de France et du monde entier.
Au-delà de ce rendez-vous traditionnel, les membres de l’association organisent un peu partout des ateliers de pliage, des expositions, interviennent dans des salons, des regroupements d’associations, etc.
Depuis sa fondation où il a été soutenu par des organisations existantes comme la British Origami Society (BOS) ou le Centro Diffusione Origami (CDO), le MFPP entretient des liens avec les associations de Plieurs en Europe et dans le monde.
Pour atteindre les buts qui ont motivé sa création, le MFPP relie les Plieurs autour du partage et de l’échange, dans un esprit de gratuité et d’amitié. Cela implique le respect et la reconnaissance des droits des créateurs.

+ d'info sur le MFPP

l’origami

L’origami s’est développé, dès le XVIIème siècle, particulièrement au Japon où, de génération en génération, les habitants de l’archipel ont reproduit et plié quelque 150 modèles, toujours les mêmes, extrêmement codifiés et à usage souvent utilitaire. Il n’y a pas de tradition officielle de pliage en Occident, mais sont attestées des tentatives « pour plier toutes sortes de linge de table » dès la fin du Moyen Âge. Léonard de Vinci, toujours en avance sur son temps, aurait pratiqué le pliage pour démontrer des lois de géométrie et pour esquisser les ailes de son « aéroplane ».
Dragon de Joseph Wu (Canada) <br>Pliage complexe, <br>sans accumulation de couches de papier.On sait que l’origami est aujourd’hui l’objet d’études de mathématiciens, pour découvrir des applications techniques – tel le déploiement des panneaux solaires repliés des satellites –, et de chercheurs du très prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT). L’école du Bauhaus s’est intéressée au pliage pour réfléchir sur les notions d’espace, de dynamique et d’expression architecturale : Josef Albers, le père de l’art minimaliste, l’enseignait. Et qui se souvient qu’en France, le pliage fut
officiellement introduit dans l’enseignement élémentaire en 1882 pour initier les enfants à la géométrie ! L’explosion de l’origami date de la fin de la Seconde Guerre mondiale, quand, au Japon, Akira Yoshizawa a inventé des modèles (plus de 50.000 dit-on), hors des sentiers de la
tradition, introduisant la technique de mise en volume, et créant un langage universel pour que chacun puisse réaliser, seul, à la lecture de diagrammes, un pliage. Après les scientifiques, les mathématiciens, les morphologistes, les architectes, les prestidigitateurs experts en dextérité, des artistes rejoignent les rangs des plieurs à la recherche
de nouvelles voies de création.
Qui se promène dans les très nombreux ouvrages édités à ce jour retrouvera les expressions poétiques de pli vallée, pli montagne, pli pétale, bases de l’oiseau, du poisson ou du moulin, ce « solfège du plieur » qui permet d’apprendre et de se perfectionner avant de « se lancer » et d’offrir à la grande famille des origamistes de nouveaux modèles : tout plieur peut rejoindre désormais les rangs des artistes !

l’origami et la paix dans le monde :
le projet « origami peace tree »

En l’an 2000, Aleksandr et Anastasia Levashov eurent l’idée d’un projet international qui fasse connaître l’origami, dans un esprit de partage et d’amitié qui caractérise les plieurs de papier du monde entier.
Renseignements et contacts.

Danseuse de Florence Girard (France). Froissage.

Pliage modulaire Jorge Pardo (Espagne).

Tessellation de Lydia Diard (France). Pliage géométrique pur en 2 et 3 dimensions.

Ours de Jozsef Zsebe (Hongrie). Pliage du papier humide.

Interprétation par Felipe Moreno (Espagne) des oeuvres du maître japonais Akira Yoshizawa.