ciné môme : regards libres - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
le restaurant la table à dessin est actuellement fermé pour travaux.
accueil > votre visite > au programme > événements et rendez-vous > archives des rendez-vous de la Cité > archives 2012 des rendez-vous de la Cité > ciné môme : regards libres

ciné môme : regards libres

à partir du mercredi 15 février 2012, cinéma de la Cité

Des enfants observent, commentent et critiquent un tableau. Le spectateur, lui, imagine... Cinq courts métrages à l’épreuve du réel, imaginés par de prestigieux réalisateurs : Abbas Kiarostami, Alain Cavalier, Thierry Knauff... qui rappellent que le documentaire est aussi du cinéma. Un programme accessible aux enfants à partir de 8 ans.

les films

regards libres
France 2005, 11’
réalisation Romain Delange
photo Nicolas Loir
musique Frédéric Ozanne
Des enfants observent, commentent et critiquent un tableau. Le spectateur, lui, imagine...

petite lumière
France 2002, 15’
réalisation Alain Gomis
scénario Alain Gomis
Dakar, Sénégal. Fatima, une petite fille de 8 ans, observe attentivement la lumière qui s’allume et s’éteint lorsqu’elle ouvre et referme la porte du réfrigérateur. Est-ce que le frigo reste allumé quand la porte est fermée ? Cette question initiale déclenche une série d’interrogations plus larges sur l’existence du monde. Fatima se met à regarder et écouter différemment tout ce qui l’entoure : les bruits de la ville, les passants dans la rue mais aussi ses proches qui ne comprennent pas toujours ses rêveries. Elle ferme les yeux et se demande si les gens existent encore quand elle ne les voit plus. Elle écoute les bruits autour d’elle et, par le seul pouvoir de son imagination, les mélange à des sons qu’elle invente. Son livre, qui raconte l’histoire d’un Esquimau, lui donne des idées : glissant sur le sable, elle s’imagine sur un traîneau puis, cachée sous un drap blanc, elle se croit sous une banquise. Elle finit par comprendre le mystère du frigo, dont elle découvre l’interrupteur. Mais ses jeux fantaisistes et ses questions métaphysiques agacent sa famille et Fatima reçoit une belle série de gifles ! Cela ne l’arrête pas pour autant. Elle continue d’observer et d’interroger de son regard tout ce qui l’entoure : un garage automobile, un ouvrier, une ampoule, le soleil… Enfin, après l’avoir rêvée et entendue partout autour d’elle, elle se retrouve face à la mer...

Gbanga-Tita, la calebasse de Dieu
Belgique 1994, 7’
réalisation Thierry Knauff
photo Michel Baudour, Antoine-Marie Meert
Un Pygmée Baka, Lengé, cadré en gros plan, s’exprime face à des enfants que nous entendons off sans jamais les voir. Entre conte et chant auquel il les fait participer, il leur transmet une légende ancestrale....

le chœur
Hamsarayan, Iran 1982, 17’
réalisation Abbas Kiarostami
scénario Abbas Kiarostami d’après Mohammad Javad Kahnamo’i
photo A.R. Zarindast
avec Yusef Moqaddam, Ali Asgari, Teymur et les enfants de Rasht
Un veil homme sourd, muni d’un appareil auditif se promène dans les rues de Rasht, n’hésitant pas à couper le son de son appareil lorsque l’environnement se révèle trop bruyant. Le grand-père mal entendant laisse sa porte entrouverte pour ses deux petites filles puis se met a travailler, otant son appareil auditif. La porte se referme. Les deux filles se mettent a crier grand-pere, ouvre la porte !, en vain. Petit a petit, ce sont tous les enfants du quartier qui s’y mettent tous en coeur...

l’illusionniste
France 1992, 13’
réalisation Alain Cavalier
photo Jean-François Robin
Antoinette est illusionniste. Elle a 86 ans et exerce ce métier avec passion. Alain Cavalier a choisi de la filmer hors de son lieu de travail, c’est-à-dire sans scène, sans public. Dans un tête à tête avec la caméra, Antoinette nous fait d’abord découvrir quelques tours de magie puis évoque des moments forts de sa vie : son enfance, sa rencontre avec son mari, pourquoi ils sont devenus tous les deux illusionnistes amateurs et comment, après sa mort, elle a continué sans lui. Les tours de magie d’Antoinette sont pleins de malice et de joie de vivre. Pour elle, être illusionniste est un don de soi : engagée dans une association caritative, elle met son art au service du bonheur aux autres...

tarif unique : 3,50 €

+ d'info sur le programme.

Retrouvez le cinéma de la Cité sur facebook.