rencontres : art spiegelman, le patrimoine et l’autobiographie - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Acheter vos billets musée en ligne
FR | EN
accueil > votre visite > au programme > expositions temporaires > archives des expositions > archives des expositions 2012 > art spiegelman : le musée privé > les animations, ateliers, rendez-vous, rencontres > rencontres : art spiegelman, le patrimoine et l’autobiographie

rencontres : art spiegelman, le patrimoine et l’autobiographie

samedi 28 janvier 2012 à 10h, cinéma de la Cité (salle Nemo)

Depuis trente ans, Art Spiegelman a donné de de nombreuses conférences sur la bande dessinée à la San Francisco Academy of Art et à la School of Visual Arts de New York, ainsi que dans des colloques et symposiums, pour rendre hommage au patrimoine du Neuvième Art auquel il a, avec constance, montré son attachement dans son œuvre elle-même. C’est pour évoquer une nouvelle fois ce sujet qu’il a proposé une rencontre avec Thierry Groensteen, commissaire de l’exposition le musée privé d’art Spiegelman. Celle-ci sera suivie d’une table-ronde sur les débuts de la bande dessinée autobiographiques aux États-Unis, avec Thierry Groensteen, Jean-Pierre Mercier et Harry Morgan.

programme

10h-11h15 rencontre entre Art Spiegelman et Thierry Groensteen sur le patrimoine du neuvième art

11h30-13h table ronde sur les débuts de l’autobiographie aux États-Unis avec Thierry Groensteen, Jean-Pierre Mercier et Harry Morgan

Justin Green : bande dessinée américaine autobiographique par Harry Morgan
Binky Brown Meets the Holy Virgin Mary de Justin Green (Last Gasp, 1972, trad. Binky Brown rencontre la Sainte Vierge, éditions Stara, 2011) est la première bande dessinée américaine autobiographique, inspirant directement Robert Crumb et Art Spiegelman, et redéfinissant radicalement les comics. Ce qui fait l’intérêt du récit, tour à tour poignant et hilarant, de Justin Green est précisément qu’il ne pouvait passer que par la forme bande dessinée. Pour parler des TOC (troubles obsessionnels compulsifs) Justin Green met à profit le dispositif même de la bande dessinée, et son lecteur découvre, par dessus l’épaule de l’adolescent névrosé qu’est Binky, la tyrannie des rituels obsessionnels et la conscience aiguë de leur absurdité. De plus, la névrose du petit catholique qu’est Binky est centrée sur les images de la Sainte Vierge, et le récit dessiné nous plonge au cœur de la problématique — redevenue si actuelle — du blasphème à l’encontre d’images considérées comme sacrées.

Robert Crumb : confessions de soi par Jean-Pierre Mercier
« Pape » de l’underground américain des années 60, Crumb est aujourd’hui avant tout un fidèle chroniqueur de lui-même. Poussé d’abord par l’exemple de S. Clay Wilson à coucher sur le papier ses fantasmes les moins avouables - à la grande fureur de nombreuses lectrices - il a perçu le Binky Brown de Justin Green paru en 1972 comme la possibilité d’une expression de soi qu’il a depuis pratiquée avec assiduité. Jean-Pierre Mercier examine les différentes modalités de cette riche expression, de la chronique à la confession en passant par la diatribe.

Art Spiegelman : du récit de survivant au roman graphique par Thierry Groensteen
Avec Maus, Art Spiegelman aura été le premier à tresser récit confessionnel et récit mémoriel, à intriquer son histoire et celle de sa famille
avec la grande Histoire. L’expression d’une fantasmatique personnelle n’a pas sa place dans un récit fondé sur une archive, ainsi que sur l’entrelacement des voix (celle de l’auteur et celle de Vladek, son père) et des époques.