librairie : les meilleures ventes de 2011 - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > la Cité > actualités de la Cité > librairie : les meilleures ventes de 2011

librairie : les meilleures ventes de 2011

à la librairie de la Cité et sur la librairie en ligne

Les clients de la librairie de la Cité ont bon goût ! Les livres les plus vendus au cours de l’année 2011 vous sont présentés en détail, pour vous aider à faire des découvertes ou pour vous donner des idées de cadeaux...


1. quai d’orsay, t.1 : chroniques diplomatiques
Christophe Blain et Abel Lanzac

Après la mémorable série Isaac le Pirate, Christophe Blain nous surprend délicieusement avec Quai d’Orsay. Avec son complice Abel Lanzac au scénario, Blain offre une caricature piquante, amer et drôle du ministère des affaires étrangères et de son ministre Alexandre Taillard de Worms. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est sans doute pas une coïncidence.
Par l’entremise du jeune héros, Arthur Vlaminck, nouvelle recrue du cabinet du ministre des Affaires étrangères où il est en charge de veiller à l’orthodoxie des "langages" - ce qui, dans le jargon ministériel désigne l’écriture des discours officiels -, les auteurs nous entrainent dans les coulisses d’un ministère français. Douce folie, frénésie et cynisme semblent y avoir fait leur lit. Tournoyant autour de la figure du ministre amateur de poésie, les intrigues jubilatoires, les luttes de pouvoir, les situations grotesques s’enchainent comme poussés par un cyclone sans jamais essouffler le lecteur. Bien au contraire.
acheter


2. maus : l’intégrale
Art Spiegelman

Le père de l’auteur, Vladek, juif polonais, rescapé d’Auschwitz, raconte sa vie de 1930 à 1944, date de sa déportation. Ce récit est rapporté sous la forme d’une bande dessinée dont les personnages ont une tête d’animal : les juifs sont des souris, les nazis des chats, les Polonais des porcs et les Américains des chiens.
acheter


3. le chat du rabbin ; l’intégrale
Joann Sfar

Retrouvez la merveilleuse histoire du Chat du Rabbin en un seul volume de plus de 250 pages. Une plongée magnifique dans l’Algérie des années 1930, une fable philosophique, une réflexion sur la religion, mais surtout une savoureuse comédie humaine avec des personnages inoubliables. Absolument indispensable.
acheter


4. fables nautiques
Marine Blandin

Ne vous y trompez pas : si "Nautiland" ressemble à un complexe aquatique doté de tous les aménagements imaginables (bassins, jacuzzi, fosses à plongée et autres toboggans), la réalité est bien plus inquiétante, c’est un lieu clos dont on ne peut sortir. Construit sur l’emplacement d’un ancien cimetière pour animaux, ce gigantesque équipement rassemble toute une population qui vit et dort sur place. Cette société où se côtoient maîtres nageurs, danseuses aquatiques, joueurs de water-polo, et autres adeptes des sports nautiques semble soumise à une logique qui n’appartient qu’à elle où chacun semble poursuivre un but mystérieux… Alors qu’à la surface, tout semble « apparemment » fonctionner sans accroc (bien que la végétation réagisse d’une façon parfois surprenante, et qu’une grand-mère s’obstine à jeter des carottes dans les bassins…), les profondeurs sont hantées par des spectres… Sur plus de 140 pages, Marine Blandin déploie dans ce premier livre une inspiration fantastique mêlée de comique. Le graphisme est d’une belle fluidité (c’est bien le moins !), le rythme convaincant et il n’est pas interdit de prendre le titre de l’ouvrage au pied de la lettre : on peut faire de cet ouvrage des lectures au choix philosophique, politique, psychologique…
acheter


5. les ignorants : récit d’une initiation croisée
Etienne Davodeau

Par un beau temps d’hiver, deux individus, bonnets sur la tête, sécateur en main, taillent une vigne. L’un a le geste et la parole assurés. L’autre, plus emprunté, regarde le premier, cherche à comprendre « ce qui relie ce type à sa vigne » et s’étonne de « la singulière fusion entre un individu et un morceau de rocher battu par les vents ». Le premier est vigneron, le second auteur de bandes dessinées. Qu’ont-ils donc en commun ? Pendant un an, Étienne Davodeau va goûter aux joies de la taille, du décavaillonnage, de la tonnellerie ou encore s’interroger sur la biodynamie. Richard Leroy, de son côté, va découvrir des livres de bande dessinée choisis par Étienne, rencontrer des auteurs comme Emmanuel Guibert et Jean-Pierre Gibrat, participer à des salons de bande dessinée, ou encore visiter la maison d’édition Futuropolis. Étienne et Richard échangent leurs savoirs et savoir-faire, mettent en évidence les points que ces pratiques (artistiques et vigneronnes) peuvent avoir en commun. Au bout du compte, l’un et l’autre répondent à ces questions : comment, pourquoi et pour qui faire des livres ou du vin ?
acheter


6. quai d’orsay, t.2 : chroniques diplomatiques
Christophe Blain Abel Lanzac

Arthur Vlaminck, le conseiller du ministre des Affaires étrangères en charge du langage, doit préparer les nouveaux discours du ministre. La crise du Lousdem est au coeur des préoccupations : les Américains menacent de déclencher une guerre à laquelle s’opposerait le gouvernement français. Le ministre, Taillard de Worms, s’apprête justement à prendre la parole à ce sujet au siège de l’ONU, à New York. Mais toute cette agitation ne semble guère perturber un nouvel hôte du Quai d’Orsay : un chat qui s’est pris d’affection pour le directeur de cabinet !
acheter


7. asterios polyp
David Mazzucchelli

Derrière ce patronyme énigmatique brille un éminent architecte surnommé « l’architecte de papier » pour ses idées avant-gardistes et ses plans audacieux jamais réalisés. Asterios Polyp enseigne son art dans une prestigieuse université New Yorkaise, et aime briller en société. Mais le soir de son cinquantième anniversaire, l’œuvre de sa vie part brutalement en fumée. Il décide alors d’entreprendre un singulier voyage…
acheter


8. le bleu est une couleur chaude
Julie Maroh

A l’âge de 15 ans, Clémentine connaît ses premiers émois amoureux pour Emma, une jeune femme plus âgée qu’elle. Tout d’abord effrayée par ses sentiments, elle apprend à accepter ce qu’elle considère comme une différence et à profiter du bonheur de cette relation malgré des épisodes douloureux.
Il n’existe que peu d’albums de bande dessinée évoquant l’homosexualité féminine. Celui-ci l’aborde avec beaucoup de pudeur et de sensibilité, si bien que ce qui ressort de ce récit est avant tout une histoire d’amour émouvante. Servi par un dessin très fin en noir et blanc rehaussé de touches de couleur bleue, Le bleu est une couleur chaude est un album qui a déjà fait parler de lui et dont l’auteure a été interviewée dans l’émission « Un monde de bulles » consacrée à l’homosexualité dans la bande dessinée. Après plusieurs recueils auto édités, ce premier album publié chez un grand éditeur par Julie Maroth est une réussite.
acheter


9. blast t.2 : l’apocalypse selon sant jacky
Manu Larcenet

Blast est un projet pour le moins exceptionnel : sombre comme pouvait l’être Le Combat ordinaire, le livre nous plonge dans les tréfonds de l’esprit humain, dans les noires régions de l’inconscient. Dans le noir charbonneux, comme le trait dont use Larcenet pour bâtir cet univers parfois dérangeant autour de ce personnage marmoréen, psychopathe qui inquiète autant qu’il fascine. Alternant les séquences dans le passé et le présent de la garde à vue, les illustrations pleine page, l’extrême dilatation ou la condensation des scènes- à l’instar des mangas dont la narration si caractéristique parait l’inspirer - l’auteur du Retour à la terre semble avoir mis beaucoup de lui dans ce conte des temps modernes.
acheter


10. gaza 1956 : en marge de l’histoire
Joe Sacco

Plus de quinze ans après la publication de son premier livre, Palestine une nation occupée, Joe Sacco poursuit son engagement en livrant dans Gaza 1956, le récit d’une tragédie que l’Histoire aurait bien voulu oublier. Cette note parlait du massacre perpétué par l’armée israélienne à Gaza en cette même année 1956. Plus de 270 palestiniens auraient perdu la vie dans cette tragédie. Difficile à croire. En 2003, Sacco se rend alors, une fois encore, en Palestine afin d’établir la réalité de ce fait et décide de recueillir le témoignage des survivants et témoins. Petit à petit, il remonte le fil de l’Histoire pour nous rapporter ce livre où la bande dessinée, comme pour d’autres grands créateurs, se fait grave, précise et vraie parole. Comme à son habitude, Joe Sacco se met en scène dans le récit, ce qui lui permet de donner chair aux témoins rencontrés, de dévoiler la dureté de la vie quotidienne des palestiniens depuis plus de 50 ans. Un témoignage exceptionnel. Un livre qui ne peut laisser indifférent.
acheter